Expo Bulle: Atacama, championne suisse, sous toutes ses coutures

| mar, 27. mar. 2012
Samedi, à Expo Bulle, le juge Jacques Rouiller a décerné à Atacama le titre de championne nationale holstein. L’agriculteur de Rossens explique pas à pas ses critères de jugement.

PAR CHRISTOPHE DUTOIT


Eleveur à Rossens, Jacques Rouiller a jugé, samedi à Espace Gruyère, la 41e édition d’Expo Bulle. «Le coup d’œil est important, il faut que la vache nous flashe dès qu’elle arrive sur le ring», explique ce Fribourgeois âgé de 38 ans, juge holstein depuis six ans. «Tous nos critères sont liés à la fonctionnalité de la vache, à sa capacité à produire du lait de qualité, mais aussi au fait qu’elle ne soit pas malade, qu’elle vêle chaque année (une lactation dure environ 300 jours) et qu’elle puisse bien vieillir.»
Samedi, Jacques Rouiller a décerné à Atacama – de Marc et Erhard Junker à Iffwil (BE) – le titre de championne nationale holstein. Une vache créditée de la note EX 94 dans la Description linéaire et classification (DLC) sur un total de 100 (la meilleure vache a actuellement la note d’EX 96). Il nous explique pas à pas quels critères il a observés pour rendre son jugement (à noter que ces critères sont peu ou prou les mêmes pour la race red holstein).


La stature
«On regarde le développement de la vache, qu’elle soit grande et puissante pour emmagasiner le maximum de fourrage et produire le maximum de lait, explique Jacques Rouiller. On est revenu en arrière par rapport à quelques années précédentes où les juges – notamment nord-américains – préféraient des vaches extrêmement grandes. C’était un peu une mode, mais nos écuries n’ont pas grandi aussi vite que ces vaches…»


La finesse du cou
Le juge ausculte la tête de la vache, qui doit être longue et fine, ainsi que son museau, qui doit être large pour ingurgiter de grosses bouchées d’herbe.


La force au cœur
Les juges apprécient que les vaches aient une large cage thoracique, qu’ils nomment «la force au cœur» ou «la force à l’avant-main». Plus cette zone à l’arrière de l’épaule est large, plus elle laisse de la place aux organes vitaux tels que le cœur ou les poumons. «On veut des vaches fortes, dit Jacques Rouiller, qui ose l’image du lutteur. On aime aussi quand il y a une bonne largeur entre les pattes avant, ce qui est signe de puissance.»


La profondeur des côtes
Les vaches holstein doivent pouvoir emmagasiner le maximum de fourrage et d’herbe. «C’est pour cela qu’on apprécie que les côtes soient profondes (longues), pour laisser de la place aux trois estomacs de la vache.»

La ligne de dos
La ligne de dos doit être tendue, solide, très droite. Cela permet une légère inclinaison de la croupe vers le bas. «Ainsi, lorsque la vache pisse, la totalité de l’urine peut être évacuée de la vessie, ce qui peut éviter des infections», éclaire le Rossensois. Cela permet également une meilleure fécondité, un critère très important pour les éleveurs.

La largeur de croupe
«On aime lorsque la croupe (le bassin) est le plus large possible, afin de faciliter le passage du veau lors du vêlage.» Une croupe large a également pour conséquence un pis plus large, ce que recherchent évidemment les éleveurs. Le juge observe aussi la position des trochanters (entre le fémur et la hanche), qui ne doivent être ni trop en avant ni trop en arrière.

Le profil du jarret
Au niveau des membres postérieurs, le profil du jarret doit être ni trop droit (auquel cas la patte manquerait de souplesse) ni trop courbe (ce qui peut causer de trop forts appuis sur la patte et accélérer le vieillissement de la vache).

La droiture des aplombs
Vus de derrière, les aplombs (la position des membres) doivent être bien droits, ce qui est une marque de bonne morphologie. «Sur la photo, Atacama est vraiment parfaite, s’enthousiasme Jacques Rouiller. On regarde aussi que le sabot soit droit et que la vache ne marche pas “en canard”.»

La qualité de l’ossature
Au sein de la race holstein, les éleveurs recherchent une ossature de qualité, gage de longévité. «Les membres doivent être fins, les os plats, pour notamment minimiser la maladie du jarret spongieux.»

La force du paturon
Au bas des pattes, le juge regarde la force du paturon, qui doit être souple, mais pas trop. «J’observe également les talons. Avec la sciure du ring, on ne voit pas toujours bien les sabots, mais c’est un contrôle que chaque éleveur fait quotidiennement à l’écurie.»

La qualité du pis
Le pis est sans doute l’organe le plus important de la vache. Le ligament doit être bien marqué et les attaches bien soudées au corps. «C’est très important, car il arrive que le ligament lâche après un vêlage.» L’attache arrière doit être la plus haute et la plus large possible, afin que le plancher du pis soit le plus haut possible. «C’est une question d’hygiène, pour que les trayons ne soient pas souillés par de la bouse, explique Jacques Rouiller. Si le pis est haut, cela évite également que la vache se blesse en marchant sur ses trayons, par exemple lorsqu’elle se lève.»

L’implantation des trayons
Le juge observe l’implantation, la direction et la forme des quatre trayons. «C’est primordial pour la traite: si le trayon est trop court, le manchon de la machine a tendance à ne pas bien tenir. Idem s’ils sont trop écartés ou s’ils se croisent. Nous cherchons à faciliter le travail des agriculteurs, qui doivent traire deux fois par jour et 365 jours par année. Si tout se passe bien à ce moment, il ne perd pas de temps et il maintient une très bonne hygiène, ce qui évite des maladies et de devoir traiter les bêtes avec des antibiotiques.»

La texture du pis
Extrêmement tendue lors de la présentation sur le ring, la peau du pis doit être très fine: «C’est un signe qu’il se vide bien lors de la traite. Regardez Dirona (la réserve championne), elle semble encore très jeune même après six vêlages. Cela prouve que nous allons dans le bon sens, que nos sélections améliorent la qualité de la race.»
Tous ces critères peuvent être améliorés lors de croisements, selon la génétique du taureau choisi. «Mais la qualité que j’ai vue samedi est déjà extraordinaire», conclut Jacques Rouiller.




 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Blessée par une vaste balafre, Bulle reçoit un nouveau cœur

Les Transports publics fribourgeois ont dévoilé hier le visage du futur bâtiment de la gare.

Il accueillera des commerces, des bureaux, des logements et un hôtel 3 étoiles.

Quant au Programme Bulle, ambitieux projet ferroviaire, il va connaître ses premiers chantiers.

JEAN GODEL

Maintenant, on entre dans le concret. Après six ans de gestation, la nouvelle gare de Bulle, déplacée de 500 m vers l’Ouest, se présente sous ses contours quasi d...