Les chevaliers du troisième millénaire

| jeu, 29. mar. 2012
Deux Français de la Guadeloupe ont traversé l’océan pour être faits chevaliers. L’Ordre des chevaliers de Rondmons leur a remis, mardi, titres, blasons et épées.


PAR MARIE-PAULE ANGEL
C’est une histoire d’amour courtois, comme on les aimait au Moyen Age, avec preux chevalier et gente dame. Mardi à Romont, dans un décor de l’an de grâce 1386, le Chevalier-Farge de La Tour Smalt de la Lys d’Azur a déclaré sa flamme à Dame Chevalier-Farge de La Tour Garance de la Sainte Croix.
Après un petit crochet par la Picardie (France), pour revoir la famille du chevalier, ce couple reprendra l’avion pour la Guadeloupe, sous sa vraie identité. Les passeports portent les noms de Stéphane Denaro, expert comptable et commissaire aux comptes de son état, membre du Rotary international et violoniste, et d’Angella Youyoutte, consultante en bureautique et informatique à Baie-Mahault.
Si l’état civil indique l’âge de la gente dame (50 ans fêtés mardi), il ne dit pas qu’elle a été consacrée, en 1977 à Paris, vice-championne de France d’athlétisme dans la discipline du 800 mètres. Son compagnon se souvient par cœur de sa performance: deux minutes, seize secondes, neuf dixièmes! «Je voulais lui faire ce cadeau, pour son anniversaire et pour honorer cette performance trop ancienne pour figurer sur internet», explique Stéphane Denaro.
«Je surfais sur internet, justement, dans l’idée d’acheter un château. Au fil des sites, je suis tombé sur un ordre de chevaliers qui m’a intrigué. Je me suis retrouvé dans ses valeurs. Alors je l’ai contacté.» Voilà comment un Français d’Amiens (France), établi en Guadeloupe et très amoureux d’une dame originaire de cette île en forme de papillon, est arrivé à Romont.


Quelque 500 chevaliers
Voilà qui explique aussi, à la Tour de Billens, à Romont, la présence de chevaliers costumés et d’un homme de belle prestance, gants blancs, habit de cérémonie et chapeau empanaché. Au civil, cet homme, c’est Pierre Bertherin, alias le Chevalier-Farge de La Tour Smalt d’Armor. Etabli près du château de Gruyères, cet ancien Glânois préside la Fondation de l’Ordre des chevaliers de Rondmons (ancien nom de Romont), ordre qu’il a fondé en 1999. Le cercle s’est élargi à quelque 500 chevaliers et autres titrés à ce jour.
On peut sourire, au vu du décorum et à parcourir la revue de presse du site internet de l’ordre. La baronne Nadine de Rothschild, alias Nadine Nelly Jeannette Lhopitalier, jadis roturière, ne s’en est pas privée, elle qui aurait déclaré: «On peut bien se ruiner pour obtenir un titre, mais cela finit toujours par se savoir si vos parents sont boulangers.»


Des titres certifiés
Les titres accordés par l’OCR, fondation contrôlée par l’Etat de Fribourg, n’en sont pas moins légaux. «Certifiés par un notaire, ils bénéficient d’une protection juridique universelle et sont reconnus dans tous les Etats. Uniques, ils donnent droit à l’usufruit du patrimoine de l’ordre. Mais ils ne remplacent pas les actes officiels d’état civil», éclaire le président Pierre Bertherin.
L’ordre, qui fuit l’idée de «secte» comme la peste et se distancie complètement de la noblesse et de l’aristocratie, ne se réclame pas non plus du passé du temps de Lancelot, mais de la chevalerie moderne. «Ce n’est pas le titre qui fait l’homme ou la dame. Mais ce sont eux, par leur sens des valeurs, leur idéal, qui font l’esprit de la chevalerie. Ce n’est pas de la nostalgie, même si plusieurs chevaliers sont attachés à l’histoire médiévale ou au XVIIIe siècle. C’est un idéal qui, porté par la courtoisie et la communication, se profile comme la chevalerie du troisième millénaire. On est l’histoire du futur», dit Pierre Bertherin.


Un chemin en bonne voie
Idéaliste, l’ordre n’a rien d’un groupe d’illuminés quand on voit ce qu’il a accompli grâce au produit de ses titres. Pour ne citer que cet exemple: la restauration de la Tour de Billens, pour laquelle ont été investis près de 200'000 francs. Cette tour du XIVe siècle, lieu d’intronisation des chevaliers, est devenue le point de départ ou d’arrivée du chemin de Cluny (Bourgogne), 300 kilomètres, qu’on peut parcourir à pied, à vélo…
Mardi, Pierre Bertherin a annoncé la pose, prochaine et progressive, le projet étant à long terme, de 300 écussons métalliques qui baliseront cet itinéraire. A l’instar des coquilles sur le chemin de St-Jacques de Compostelle, passant aussi par Romont. Reste un souci, pour nos nouveaux chevaliers guadeloupéens: passer les frontières avec deux lourdes épées dans leurs valises… Mais la devise de l’ordre, «Nihil obstat!», «rien n’empêche», devrait opérer un miracle…

 

------------

 

Des titres et des dons
Une troisième personne a rallié le cercle de l’ordre: André Moullet, de Granges-Paccot. Ferblantier reconverti dans le travail social pour handicapés, il a été fait Chevalier-Farge de la Tour Garance de Quéribus, ce dernier mot étant le nom d’un château cathare dans l’Aude (France).
Si le titre ne «s’achète» pas, son acquisition implique néanmoins un don qui permet à l’ordre d’alimenter un fonds pour entretenir ou accroître son patrimoine, organiser des activités culturelles. Comme ce  prochain 14 avril, à la Tour de Billens, avec une exposition sur les fées, les dragons et les elfes.
Le droit de sceau, pour être titré chevalier, signifie un don de 1800 francs. Les titres de baron(ne), comte(sse), marquis(e) ou duc(hesse) coûtent de 9000 francs à… 500'000 francs!
Dans la cour d’honneur de l’ordre, on trouve des personnalités qui ont été gratifiées de leurs lettres de chevalerie pour leur soutien moral ou financier. Ainsi d’anciens présidents du Gouvernement fribourgeois, des préfets et syndics, un banquier, des gradés de l’armée…  
Les médias s’intéressent beaucoup à la chevalerie moderne. Selon Pierre Bertherin, qui fait état d’une centaine de Français qui seraient titrés ou sur le point de l’être par l’Ordre des chevaliers de Rondmons, M6 préparerait, après une télévision belge, un sujet sur ce phénomène dans son émission 100% mag.  MPA
www.rondmons.org
 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Blessée par une vaste balafre, Bulle reçoit un nouveau cœur

Les Transports publics fribourgeois ont dévoilé hier le visage du futur bâtiment de la gare.

Il accueillera des commerces, des bureaux, des logements et un hôtel 3 étoiles.

Quant au Programme Bulle, ambitieux projet ferroviaire, il va connaître ses premiers chantiers.

JEAN GODEL

Maintenant, on entre dans le concret. Après six ans de gestation, la nouvelle gare de Bulle, déplacée de 500 m vers l’Ouest, se présente sous ses contours quasi d...