En même temps que le pont grandit, la facture s’allonge

| mer, 30. mai. 2012
Le pont de la Poya devrait coûter 211 millions de francs, selon une nouvelle analyse. Maurice Ropraz s’explique.

PAR DOMINIQUE MEYLAN


Le contribuable fribourgeois n’en a pas fini de payer pour les grands ouvrages routiers du canton. Le projet de pont de la Poya a officiellement dépassé les 200 millions de francs. Il est désormais estimé à 211 mio, dont environ 130 mio à charge du canton. A la fin de l’année dernière, la facture finale était évaluée à 189 mio. Le directeur de l’Aménagement, de l’environnement et des constructions, Maurice Ropraz, explique ce nouveau surcoût.

Quand avez-vous compris que le pont coûterait plus que prévu?
D’emblée, depuis mon entrée en fonction, j’ai eu quelques inquiétudes par rapport à la situation financière du pont de la Poya. Ces craintes ont été renforcées au début du mois de mai, quand j’ai appris les soucis financiers qu’il y avait avec les galeries souterraines. J’ai donc sollicité une analyse sur l’ensemble du projet. Avec les résultats qu’on connaît: le coût final des travaux est estimé à 211 millions de francs. Le manque de couverture financière est de 17,6%.

S’agit-il de la dernière annonce de surcoût?
Je peux m’engager à tout mettre en œuvre pour contenir les dépassements dans les limites annoncées mardi. Ce surcoût tient compte des 100 mio de travaux qui ont déjà été attribués, mais n’ont pas encore été réalisés et des 30 mio encore à adjuger. Nous avons constitué une réserve de 5 mio pour parer à ces incertitudes.

Quelque 22 mio en six mois, c’est énorme. Comment peut-on expliquer un tel saut?
Cette somme comprend 8,5 mio de francs pour compenser les mauvaises surprises géologiques. Nous avons dû y ajouter 4 mio pour la réactualisation des devis, car certains avaient été faits de manière rapide et sommaire. Nous avons encore pris en compte 4,5 mio de renchérissement et les 5 mio que j’ai déjà évoqués.

Mais, pourquoi un tel saut?
Je ne suis pas satisfait de cette situation. J’ai aussi été surpris de l’ampleur des montants. L’Etat devra faire face à ses responsabilités.

Qu’est-ce que cela signifie?
Le canton devra payer le montant final du projet. Ces 211 mio correspondent certainement à la réalité des coûts du chantier. Les devis avaient été sous-estimés en 2009 et en 2010, en raison d’une appréciation trop optimiste des ingénieurs. Par exemple, toutes les terres qui ont été excavées ne peuvent pas être réutilisées. Je suis persuadé que le coût réel prévisible correspond aujourd’hui à la valeur des prestations.

Le peuple n’a-t-il pas été trompé? Il avait accepté un crédit de 120 mio, dont 58 à charge du canton. Il se retrouve aujourd’hui avec un projet à 211 mio, dont 130 mio devront être payés par Fribourg.
Ce n’est pas tout à fait exact. Le Grand Conseil a ajouté une galerie souterraine devisée à 28 mio. Il faut aussi tenir compte de l’indexation et du renchérissement. Pour le canton, le surcoût est de 31,6 mio. Je peux comprendre que la situation ne soit pas considérée comme satisfaisante par la population.
Mais je rappelle qu’il y avait urgence pour la votation. Les travaux devaient impérativement débuter en 2008 pour que la Confédération offre son aide. C’est une leçon pour l’avenir: tout projet devrait être concrétisé par des appels d’offres, avant d’être soumis en votation. Autrement dit, le peuple doit voter sur un projet concret et non sur un avant-projet.

Est-ce qu’il va y avoir une enquête pour déterminer les erreurs dans ce suivi financier?
En 2008, il y a déjà eu un audit du projet Poya par un bureau externe spécialisé. Certains manquements avaient été démontrés, mais les problèmes que nous rencontrons aujourd’hui n’avaient pas été pointés. Refaire un audit sur un premier audit me paraît inutile. De toute façon, le maître d’ouvrage (n.d.l.r.: le canton) devra assumer la facture finale.

Le surcoût est notamment dû à des risques géologiques. N’est-ce pas un grand classique? Pourquoi n’en avez-vous pas tenu compte dès le début?
Sur le principe, je suis d’accord. Les devis en matière de travaux souterrains devraient être plus prudents. Mais, il ne faudrait pas tomber dans l’excès inverse. Les entreprises seraient encouragées à gonfler leurs devis.

Le canton n’a-t-il pas su tirer les leçons de la H189?
Le projet de pont de la Poya a démarré avant. Le vote a eu lieu en 2006 et les travaux ont débuté en 2008. Le canton n’avait pas encore entièrement connaissance des surcoûts de la H189 et de leurs causes.

Pour la route de contournement de Bulle, les nouvelles sont meilleures. Le surcoût serait moins important que prévu...
En effet. J’espère pouvoir terminer le bouclement final cette année. Nous sommes encore en discussion avec la Confédération. Toutefois, il semblerait que la facture finale s’élève à 194 mio, soit 10 mio de moins que ce qui avait été annoncé.

 

---------------

 

Tous sur le pont samedi


L’ouvrage coûte cher, mais il n’en est pas moins impressionnant. Le canton propose de venir découvrir le chantier du pont de la Poya ce samedi de 9 h à 16 h. Les visites débuteront au pavillon d’information et se poursuivront à l’emplacement du futur giratoire sous la route de Morat. Puis, les curieux descendront dans la fouille de la tranchée couverte, découvriront le passage sous la voie CFF et traverseront les 80 mètres de tunnel. En guise de final, chacun pourra monter sur la partie déjà construite du pont. Le gagnant d’un concours, organisé par le canton, pourra même accéder au sommet du mât 6. Pour ne pas surcharger ce secteur en chantier, il est recommandé d’emprunter les transports publics pour arriver à St-Léonard. DM

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Blessée par une vaste balafre, Bulle reçoit un nouveau cœur

Les Transports publics fribourgeois ont dévoilé hier le visage du futur bâtiment de la gare.

Il accueillera des commerces, des bureaux, des logements et un hôtel 3 étoiles.

Quant au Programme Bulle, ambitieux projet ferroviaire, il va connaître ses premiers chantiers.

JEAN GODEL

Maintenant, on entre dans le concret. Après six ans de gestation, la nouvelle gare de Bulle, déplacée de 500 m vers l’Ouest, se présente sous ses contours quasi d...