Un mort et quatre blessés dans une explosion aux caves de la Tzintre

| jeu, 30. aoû. 2012
Un homme a perdu la vie et quatre autres ont été blessés dans un incendie qui s'est déclaré dans les locaux des nouvelles caves à fromage de la Tzintre, à Charmey. Devant la complexité de la situation, le plan d'urgence cantonal a été décrété.

A 16 h 30, heure d'un point presse, toutes les victimes n'avaient pas encore été identifiées. "Le pronostic vital de deux des blessés est engagé", a déclaré Donatella Del Vecchio, porte-parole de la Police cantonale. La plupart des personnes impliquées œuvraient pour des entreprises qui effectuaient des travaux de finition sur le chantier des nouvelles caves, dont l'inauguration officielle était prévue demain. Cette manifestation, comme les portes ouvertes de samedi, n'aura pas lieu.

La décision de déclencher le plan d'urgence cantonal a été prise à 14 h 40. "En raison de la difficulté de fouiller les locaux pour des raisons techniques, a expliqué Martin Helfer, de l'inspectorat de l'ECAB. Cette décision a été prise afin de resserrer la puissance des opérations." Une explosion, qui a eu lieu à 13 h 46, a provoqué l'incendie. Elle a eu lieu dans le local technique abritant le système de gestion du chauffage, raccordé au gaz. Sur place, des témoins disaient avoir vu la porte exploser et des débris projeter jusqu'à la route cantonale.

Avant de pouvoir pénétrer dans les locaux, les sapeurs pompiers du Centre de renfort de Bulle et Riaz et du corps local ont d'abord dû s'assurer qu'il n'y avait plus de gaz. "La situation était complexe et on ne savait pas combien de personnes étaient à l'intérieur du bâtiment au moment de l'explosion, a ajouté le préfet de la Gruyère, Patrice Borcard. Mais actuellement, nous avons la certitude qu'il n'y a pas d'autres personnes impliquées ou blessées."

L'incendie a pu être rapidement maîtrisé. Il était en revanche difficile d'estimer l'ampleur des dégâts. "Ils sont importants", jugeait André Remy, président de la Coopérative des producteurs de fromages d'alpage, propriétaire des caves. "Des conduites ont fondu, de l'isolation a brûlé, de l'eau s'est infiltré dans les sous-sols et les systèmes d'aération et d'électricité ne fonctionnent plus. Mais les conséquences matérielles ne sont rien en comparaison des dégâts humains." Profondément touché, André Remy ne pouvait analyser davantage la situation.

Les dégâts semblaient localisés dans la partie du local technique, sur les trois étages du bâtiment. "Mais on n'a pas vraiment pu entrer dans les autres locaux pour savoir ce qui était touché ou non", a précisé le préfet. Difficile pour l'heure de dire si les quelque 5000 meules de gruyère et de vacherin qui se trouvent dans les caves sont entrées en contact avec de la fumée ou non. "On en saura plus ces jours prochains", a ajouté André Remy.

Chargé de l'affaire, le procureur Michel Favre est arrivé sur le lieu du sinistre peu avant 17 h. Une enquête est ouverte pour connaître les causes de cet incident majeur.

 

Commentaires

En pensées avec mes collègues... :-(
Nous sommes très tristes pour ce qui d'arriver. Nous avons des pensées émues et profondes pour les victimes de cette explosion. Une pensée spéciale pour André Remy et son personnel de cave qui se sont investis sans compter depuis plusieurs mois. Courage

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses