A Charmey, les traditions ont encore une fois attiré la foule

| mar, 02. oct. 2012
La Désalpe de Charmey a vécu samedi une édition pluvieuse. La fête a malgré tout connu un succès populaire. Le regard de Christophe Valley, nouveau directeur de Charmey Tourisme.

PAR JEAN GODEL

Malgré des conditions météo exécrables, les visiteurs n’ont pas boudé la 33e Rindyà de Charmey, samedi. Ils étaient près de 10000 (contre 12000 l’an dernier, sous le soleil) à braver les trombes d’eau, selon le bilan dressé par le nouveau directeur de Charmey Tourisme, le Neuchâtelois Christophe Valley. Une cinquantaine de cars, dont bon nombre venus de France voisine, pouvaient être dénombrés, soit une bonne moyenne. Mieux: les teneurs de stands ont été surpris par la bonne marche des affaires, relaie Christophe Valley: «Vers midi, le marché était plein à craquer!»
Pour le responsable du tourisme charmeysan, cette désalpe est vraiment la marque de l’authenticité rattachée à la station et à sa région. Lui-même à pied d’œuvre dès 5 h dans un alpage pour préparer les vaches, puis dans le troupeau à marcher jusqu’à Charmey, il a goûté à sa juste valeur ce point d’orgue de la saison d’estivage: «Cet échange entre les gens de la montagne et le public est vraiment quelque chose de fantastique.»


L’intérêt de Suisse Tourisme
Côté médias, des journalistes venus d’Espagne et de Grande-Bretagne ont couvert l’événement. Peut-être plus important encore, les équipes de Suisse Tourisme ont fait le déplacement. Et ont même poussé jusqu’à l’alpage du Planey, dans le Gros-Mont, d’où elles ont suivi, dès 5 h, Laurent Gachet et son troupeau jusqu’au village. Les images prises serviront aux campagnes marketing de 2013, décrétée Année de l’authenticité et des traditions par l’organe faîtier du tourisme helvétique. «Ce n’est pas facile d'attirer Suisse Tourisme, commente, heureux, Christophe Valley: pour Charmey, c’est un honneur d’être associé à ces valeurs.»
Grâce à son regard neuf, le patron de Charmey Tourisme a déjà nourri quelques idées pour améliorer encore le potentiel de la désalpe. Notamment pour garder plus longtemps les touristes après le passage du dernier troupeau. Il est encore tôt pour entrer dans le détail, mais Christophe Valley parle de «donner plus de contenu» à la fête.


Des liens à renforcer
Il évoque aussi la nécessité de «renforcer les liens» avec les agriculteurs qui participent à la désalpe. Car, samedi, il y a eu bien moins de troupeaux que d’habitude: neuf contre une quinzaine les grandes années. Un recul qui s’explique par la date assez tardive de cette 33e édition: «Les paysans ne fixent pas leur agenda sur la désalpe. Ils regardent s’il y a assez d’herbe dans les pâturages et s’ils ont atteint leurs quotas laitiers.» La solution pourrait passer, entre autres, par une meilleure intégration commerciale de leurs produits à la fête.
Enfin, l’accident dramatique des caves de la Tzintre était dans tous les esprits. Pascal Andrey, speaker des troupeaux, a d’ailleurs brièvement évoqué au micro la mémoire du défunt et a eu un mot pour les victimes et leurs familles. «Mais aujourd’hui, cela doit rester la fête des gens de la montagne, de leur travail et de leurs troupeaux», confiait à la pause de midi celui qui est aussi syndic de Cerniat.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Chute mortelle dans les Préalpes

Un accident de montagne s’est produit dans la région de la Dent-de-Folliéran, dimanche en fin de matinée. Un homme de 28 ans domicilié dans le canton de Fribourg a fait une chute d’environ 200 mètres et a perdu la vie. Il se trouvait sur l’arête de Galère et cheminait en direction du Vanil-Noir.