Ouverture d'un centre provisoire pour requérants d'asile à Charmey

| mer, 17. oct. 2012
Le Conseil d'Etat a décidé d'ouvrir à la fin octobre un centre provisoire pour requérants d'asile à Charmey. La structure d'urgence sera située au Centre réformé jusqu'à mi-février 2013. Elle disposera de 25 à 30 places pour héberger des familles.

PAR YANN GUERCHANIK


Dès la fin du mois, les locaux du Centre réformé de Charmey accueilleront une structure d’hébergement provisoire pour requérants d’asile. Entre 25 et 30 places seront à disposition pour des familles. Il s’agit d’une solution d’urgence mise en place par le Conseil d’Etat «pour répondre à un afflux exceptionnel de requérants d’asile», communique la Direction de la santé et des affaires sociales (DSAS).
Le syndic de Charmey Félix Grossrieder a été approché dans le courant du mois de septembre et le Conseil communal est alors rapidement entré en matière. La population de Charmey a pu lire la nouvelle dans le bulletin communal paru hier. Par ailleurs, une séance d’information aura lieu lundi prochain en présence du syndic, de la conseillère d’Etat Anne-Claude Demierre et du lieutenant de préfet André Geinoz.
Si le Gouvernement fribourgeois peut imposer une telle décision, cette dernière a d’emblée fait l’objet de discussions avec la commune. «Nous allons instaurer un dialogue au-delà de la séance d’information, assure Claudia Lauper, conseillère scientifique à la DSAS. Comme pour les centres de Sugiez et Wünnewil, cela peut se poursuivre par différents moyens de communication, comme la projection d’un film ou une exposition didactique dans les écoles.»
A Wünewill, par exemple, un groupe de citoyens mène des actions pour intégrer les requérants d’asile aux activités du village, ceci en collaboration avec ORS Service AG, l’entreprise chargée de l’encadrement et de l’hébergement des requérants d’asile et des réfugiés. «Nous essayons de favoriser ce genre d’initiatives. C’est le meilleur moyen pour faire accepter la situation. Pour les requérants d’asile, c’est également un contact précieux avec la population.»


Un état d’urgence
Depuis plusieurs mois, le canton cherche en vain une solution permanente. «Le problème, explique Claudia Lauper, est qu’il est très difficile de prévoir si la situation sera la même l’année prochaine.» Au 31 août dernier, 20007 nouvelles demandes d’asile avaient été enregistrées en Suisse, contre 13266 en 2011 pour la même période.
«Les centres d’enregistrement et de procédure de la Confédération affichent complet, de même que les centres de la plupart des cantons», communique la DSAS. A Fribourg, on enregistre actuellement l’arrivée en moyenne de 13 à 26 personnes par semaine. Rappelons que le canton a l’obligation d’accueillir 3,3% des personnes ayant déposé une demande d’asile en Suisse, soit 674 personnes entre début janvier et fin août 2012 (425 personnes pour la même période en 2011).
La situation actuelle est en partie due au printemps arabe, mais également à la crise européenne qui fait rage. «Et puis beaucoup de gens, notamment des familles, viennent de la corne de l’Afrique», relève encore Claude Gumy. Pour le directeur d’ORS à Fribourg, la solution qui va se mettre en place à Charmey est idéale pour faire face à l’urgence.


Des lits pour les familles
«Nous sommes informés des nouvelles arrivées un jour à l’avance. Il faut réagir très vite. Notre principal souci actuellement, ce sont les familles. On ne sait plus où les loger. On peut toujours trouver une chambre ou aménager un lit pour un célibataire, mais pour une famille, c’est plus délicat.»
De ce point de vue, le Centre réformé de Charmey est tout à fait adapté. «Ce sera un peu d’air frais pour accueillir ces familles. Actuellement, c’est véritablement le branle-bas de combat, un effort quotidien. On est vraiment à la limite de nos capacités et on en peut plus. Nous avons vraiment besoin de lits.»
 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Au volant d'une voiture volée, il s'enfuit par les rails

A Bulle, mercredi après-midi, le conducteur d'un véhicule volé a pris la fuite au moment où la police a voulu l'intercepter. Au volant, il n'a pas hésité à emprunter les voies de chemin de fer sur plusieurs centaines de mètres. Il a finalement été interpellé quelques instants plus tard.