Les abeilles et les épizooties

A propos de la révision de la loi à voter le 25 novembre sur les épizooties.

La nouvelle loi sur les épizooties (LFE) est censée favoriser une prévention plus efficace contre les épizooties et préserver la santé des animaux. Qu’en est-il vraiment? Regard en coulisses. L’abeille mellifère sauvage a survécu à 30 millions d’années de changements environnementaux et d’épizooties. Les races faibles ont disparu, les plus fortes se sont multipliées. Tel est le principe de la sélection naturelle, impitoyable, mais durable.
Où en est l’abeille aujourd’hui? En Suisse, il n’existe plus que des colonies d’abeilles domestiques, élevées par les apiculteurs. Lorsqu’un essaim s’installe dans la nature, les inspecteurs apicoles le considèrent comme un foyer épidémique potentiel et le détruisent. En quelques décennies, l’être humain a court-circuité l’évolution de l’abeille. Une comparaison entre l’apiculture courante et le mode de vie au naturel d’une colonie d’abeilles met en évidence certaines libertés prises par rapport au bien-être des animaux, au profit du rendement en miel et du confort de l’apiculteur. On pratique aujourd’hui une apiculture intensive sans pitié! La nouvelle loi sur les épizooties veut intensifier et professionnaliser la formation des inspecteurs apicoles. Le «professionnalisme» se réfère à une apiculture très encadrée par le Centre suisse de recherches apicoles (Station fédérale Agroscope), en étroite collaboration avec la Fédération des sociétés suisses d’apiculture (apisuisse). Leurs résultats catastrophiques sont bien visibles: on estime que 50% des abeilles n’ont pas survécu l’hiver passé. La solution existe et commence non par une professionnalisation, mais, au contraire, par une libéralisation! Il est primordial, de redémarrer l’évolution naturelle. On ne peut pas contrôler des animaux sauvages par la loi. Laissons essaimer nos abeilles! Installons-leurs des nichoirs dans la nature, ce qui n’est malheureusement plus autorisé. La résolution des problèmes passe par une transformation fondamentale de l’apiculture et de notre législation! André Wermelinger, apiculteur, Montévraz

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

L’énergie géothermique mise à mal en Gruyère et en Singine

Fribourg s’est doté d’une carte d’admissibilité des sondes géothermiques verticales. Objectif: protéger les ressources en eau souterraine. A l’échelle du canton, 20% des terrains sont classés en zone rouge et interdisent le recours à cette énergie. En Gruyère, 80% des surfaces à bâtir sont concernées.