Les acteurs de la votation s'expriment

| dim, 25. nov. 2012
Le rejet surprise de la loi cantonale sur l'énergie, par 50,75 % des citoyens fribourgeois, n'a pas manqué de délier les langues des référendaires et de leurs contradicteurs. Quelques réactions à chaud.

Jean-Daniel Savoy, président du comité référendaire, s’est félicité du succès d’un petit groupe de citoyens, «seul contre tous». «Nous sommes d’avis que l’Etat doit prendre des mesures incitatives, au lieu d’interdire, afin de diminuer la consommation globale d’énergie», a ajouté le citoyen de Villars-sur-Glâne. Qui rappelle que seuls deux alinéas du projet de loi posaient problème aux opposants, persuadés de la rapide adoption d’une seconde mouture légèrement modifiée.

Beat Vonlanthen, pour sa part, a pris acte de la décision du peuple fribourgeois. «Je suis déçu, mais il s’agit maintenant d’aller de l’avant. Le Conseil d’Etat analysera la situation et proposera très bientôt, au plus tard au début de l’année prochaine, un nouveau projet de révision de la loi sur l’énergie». Le directeur cantonal de l’économie et de l’emploi a toutefois insisté sur la responsabilité individuelle et la nécessaire contribution de chacun à la réalisation de la transition énergétique.

Différents députés ont, pour leur part, expliqué le résultat de la votation par un taux de participation très faible (28,6 %), favorable aux référendaires, ainsi que par une campagne peu convaincante du comité de soutien. FOB

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Au volant d'une voiture volée, il s'enfuit par les rails

A Bulle, mercredi après-midi, le conducteur d'un véhicule volé a pris la fuite au moment où la police a voulu l'intercepter. Au volant, il n'a pas hésité à emprunter les voies de chemin de fer sur plusieurs centaines de mètres. Il a finalement été interpellé quelques instants plus tard.