Pendant l'école, le chantier reste ouvert

| jeu, 22. nov. 2012
Le cycle d'orientation de Bulle est en travaux depuis huit mois. La rénovation durera jusqu'à la fin 2013. Aux difficultés techniques s'ajoutent le fait que l'école continue, avec ses 880 élèves. Visite du chantier en compagnie du directeur du CO

PAR PAULO WIRZ

Commencés en février et avec une fin prévue pour 2013, les travaux de rénovation du Cycle d’orientation de Bulle vont bon train. Malgré les quelques difficultés techniques et logistiques que représente le chantier, le moral du directeur de l’école, Olivier Grangier, reste au beau fixe.


L’élévation du «bâtiment B», le troisième autour du rond central réunissant les façades du CO et du Collège du Sud, représente la nouveauté la plus visible du complexe. Avec un budget à 20 millions de francs, les autres transformations, bien que plus discrètes, sont nombreuses. Elles étaient surtout inévitables.


Le projet, sorti du bureau d’architecture Jacques Ayer, se veut à la fois ambitieux et simple, adapté aux éléments existants. Pour le directeur du CO, «il y avait un besoin urgent de mettre les bâtiments aux normes thermiques, antifeu et de mobilité, pour les élèves handicapés notamment». Ces importants travaux de mise en conformité sont aussi l’occasion de rafraîchir toutes les classes, que ce soit le sol, la peinture ou les équipements.


Economie d’énergie
La sécurité reste une priorité: «Nous avons opté pour des escaliers de secours externes, le long des façades, pour l’évacuation en cas d’incendie.» L’isolation thermique représentait un autre aspect largement améliorable. En rénovant la façade entièrement, en remplaçant les fenêtres et la toiture, «nous avons calculé une économie d’énergie de 50 %. C’est dire s’il y a une déperdition thermique à l’heure actuelle.» Finalement, avec un nouvel ascenseur dans le hall principal, les élèves ou les professeurs à mobilité réduite ont un accès facilité aux salles de classe.


Migrations des classes
Le prolongement de l’escalier qui mène à l’aula a fait disparaître les salles d’arts visuels, «qui seront déplacées. L’idée, après réflexion, était de concentrer les arts visuels et les activités créatrices dans le nouvel étage du bâtiment abritant déjà les salles de sport et la piscine», précise Olivier Grangier.


Un accord avec le Collège du Sud permettra aussi de déménager les bureaux des conseillers en orientation et le dentiste scolaire dans cette nouvelle annexe. Le bâtiment principal,
lui, accueillera dorénavant une bibliothèque et deux nouvelles salles de sciences, tandis qu’un agrandissement de la salle des professeurs est prévu.


Ceci pour les projections optimistes du projet, mais un chantier envisagé sur deux ans présente aussi des difficultés non négligeables. Le déplacement des élèves pendant les travaux en est une: «Les pavillons que nous avions déjà, derrière la salle de sport, servent à accueillir des classes pendant les travaux.» Même si la solution n’est pas toujours des plus agréables, notamment en été, elle est inévitable.


Défis techniques
A cela s’ajoute «la contrainte des horaires et du bruit, car les travaux ont lieu pendant que l’école fonctionne, explique Sandra Pitteloud architecte du bureau Ayer. Mais nous profitons au maximum des vacances pour mettre les bouchées doubles et tout est fait pour que les élèves ne soient pas dérangés.» Difficulté technique aussi lorsqu’il s’agit de construire, pour la nouvelle annexe, un niveau entier reposant sur des piliers externes et avec une toiture en bois.


Pour Olivier Grangier, «ces rénovations sont bénéfiques pour l’enseignement», bien que la capacité de l’école se trouvera réduite (de 880 élèves actuellement à 650 à la fin des travaux). «Le reste sera absorbé par le futur CO du site de Riaz.»

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Découverte d’un gigantesque cratère de météorite

Un gigantesque cratère formé par une météorite au Groenland, c’est l’importante découverte d’une équipe internationale de chercheurs, à laquelle l’Université de Fribourg a participé. L’impact a creusé une cavité de 31 kilomètres de diamètre cachée sous un kilomètre de glace. Les scientifiques ont travaillé pendant trois ans pour confirmer leur hypothèse, selon un communiqué ...