Un fabuleux héritage pictural

| mar, 06. nov. 2012
Jusqu’au 25 novembre, la galerie de Rue expose une soixantaine de tableaux d’Antonio Bruni, issus des quelque 800 œuvres que le peintre a léguées avant sa mort en 2008. L’histoire insolite d’un fabuleux héritage pictural.

PAR YANN GUERCHANIK


«C’était inscrit dans le ciel. Quand des gens doivent se rencontrer, ils se rencontrent.» Antonio Bruni prononça ces mots quelques heures avant de mourir, le 30 juillet 2008. Il les adressa à Bernard Mivelaz, l’homme resté à son chevet au crépuscule de sa vie. Un médecin vaudois rencontré par hasard un mois plus tôt, sur les chemins de montagne entre Charmey et Cerniat. C’est le début d’une histoire dont l’épilogue prend la forme d’un livre et d’une exposition à voir jusqu’au 25 novembre, à la galerie de Rue.
Dans cet endroit insolite, communément appelé la maison Basler, les visiteurs pourront admirer une soixantaine de peintures et des dessins d’Antonio Bruni. Ces œuvres sont issues du fabuleux héritage pictural que l’artiste a laissé à l’association Persis Valais présidée par Bernard Mivelaz.
En tout, près de trois cents tableaux, pour la plupart des huiles sur bois, et plus de cinq cents dessins ont été légués. Une grande majorité des œuvres sont reproduites dans un livre qui vient de paraître, comme un hommage à celui qui peignait éperdument, reclus dans son chalet des Blanc Ruz.


L’histoire d’une rencontre
Quelques jours avant le double vernissage de l’exposition et du livre, qui a eu lieu samedi soir, Bernard Mivelaz nous confiait son sentiment sur sa rencontre avec le peintre ermite: «J’ai toujours pensé qu’il s’agissait d’une étonnante coïncidence. Mais Bruni possédait une telle sensibilité…»
Comment, en effet, ne pas voir autre chose que le fruit du hasard dans cette journée de juin 2008? En séjour dans la vallée de la Jogne, le Dr Mivelaz et son épouse avaient pris l’habitude de se promener sur un parcours en particulier. Ce jour-là, un inconnu les y attendait. La veille, ils avaient déjà croisé cet homme longiligne: «Nos regards se rencontrèrent, suivis de quelques échanges de mots sans importance», écrit Bernard Mivelaz dans le livre.
Mais cette fois-ci, l’inconnu se montra plus entreprenant. «Sans hésitation il me demanda si nous pouvions faire quelques pas ensemble et me posa ces étranges questions:
– Connaissez-vous l’église de Monreale en Italie?
– Oui. J’y ai été il y a bien longtemps.
– Et qu’avez-vous vu?
– Des mosaïques dorées d’une grande richesse.
– Mais quel est leur style dans la partie inférieure de l’édifice?
– Byzantin, je crois…
Et il enchaîna:
– C’est vous que j’ai choisi pour reprendre tous mes tableaux après ma mort! Et vous les vendrez au profit d’enfants malheureux.
Bernard Mivelaz et Antonio Bruni ne se connaissaient pas. Le peintre semblait pourtant s’adresser au docteur en connaissance de cause: «Vous savez que je suis médecin et que j’aide des enfants en Afrique?» lui demanda ce dernier. Avant de s’entendre répondre: «Non, mais cela est ainsi. Je le sais. C’est inscrit dans le ciel.»


L’ombre au tableau
Dans le chalet des Blanc Ruz, face à la Valsainte, le couple de promeneurs découvrit bientôt les trésors dont l’artiste était capable. Puis vint l’annonce intime, celle qui commandait Bruni d’agir avec un tel empressement. La mort était à sa porte et délaisser ses tableaux le plongeait dans un profond effroi: «Ces tableaux, ce sont mes enfants et je dois les protéger. Ils seront bientôt orphelins», retranscrit Bernard Mivelaz.
Après une nuit de tourment et de réflexion, le docteur acquiesça à la demande du peintre comme on accepte l’évidence. Il le convainquit néanmoins de quitter exceptionnellement les hauteurs pour se rendre à l’hôpital de Riaz. Antonio Bruni y subit des examens qui confirmèrent l’issue fatale qu’il pressentait intimement.
«Il avait une angoisse extrême de la mort, qu’il gérait pourtant avec un grand calme», se souvient Bernard Mivelaz. Pour rendre l’inéluctable plus paisible, Antonio Bruni voulut retrouver sa modeste demeure et, surtout, passer les derniers moments de sa vie en compagnie de ses tableaux.


Une œuvre vivante
Bernard Mivelaz et Marie Irène, son épouse infirmière, lui prodiguèrent les soins à domicile. Durant cette période, Antonio Bruni invita ses nouveaux compagnons à pénétrer plus profondément dans ses tableaux. «Pendant quinze jours, on les a tous passés en revue et Bruni expliquait chacun d’entre eux. Les commentaires qui apparaissent dans le livre sont issus de quelques enregistrements que j’ai pu faire de ces moments.»
Ceux qui ont connu le peintre savent en effet à quel point il pouvait fournir des explications détaillées sur ses tableaux et combien il aimait révéler leurs secrets au-delà des couleurs. Les amateurs qui venaient le trouver avaient souvent droit à un interrogatoire: «Que voyez-vous à cet endroit? Que signifie pour vous ce détail?»
Le docteur et le peintre enchaînèrent également de nombreuses conversations sur la mort. «Le fait d’en parler l’a sans doute apaisé», s’émeut Bernard Mivelaz. Un baume encore lui permit de trouver un doux soulagement: Bruni savait désormais que ses tableaux ne seraient pas seuls, que ses «enfants» serviraient à d’autres.
L’exposition qui se tient à Rue est le fruit d’une belle histoire. Chacun y trouvera la morale qui lui convient. Pour notre part, on se contentera d’un simple constat: le ciel comme le hasard font parfois bien les choses.


Rue, galerie de Rue, Antonio Bruni et Jacques Basler, jusqu’au 25 novembre, du mercredi au vendredi de 17 h à 21 h, les samedis et dimanches de 14 h à 21 h
Le livre "Antonio Bruni et l’enfant du Sahel" aux Editions Zénobie

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Chute mortelle dans les Préalpes

Un accident de montagne s’est produit dans la région de la Dent-de-Folliéran, dimanche en fin de matinée. Un homme de 28 ans domicilié dans le canton de Fribourg a fait une chute d’environ 200 mètres et a perdu la vie. Il se trouvait sur l’arête de Galère et cheminait en direction du Vanil-Noir.