De retours en découvertes pour la treizième édition

| mer, 05 déc. 2012
Le voile s’est levé sur le programme de la 13e édition. Higelin, Olivia Ruiz et Bénabar reviennent à Bulle. Skip the Use va clore le festival sur une note festive.

Comment trouvez-vous la programmation des Francomanias?

PAR ERIC BULLIARD

Passées à un rythme annuel, les Francomanias de Bulle présentaient hier le programme de leur 13e édition. Du 7 au 11 mai 2013, quelque 23 concerts résonneront sur les deux scènes d’Espace Gruyère. Tour d’horizon, en attendant les dernières retouches: deux artistes de la grande scène seront annoncés en début d’année.

Les retours
Parmi les concerts les plus attendus figure «l’inégalé Jacques Higelin», comme le qualifie le programmateur Emmanuel Colliard. Quinze ans après un concert aussi chaotique que légendaire à l’Hôtel de Ville, Higelin le funambule devrait avoir à cœur de prouver qu’à plus de 70 ans il demeure cet insaisissable et généreux homme de scène, qui a marqué la chanson française depuis plus de quarante ans.
Parmi les autres têtes d’affiche, à noter le retour de deux artistes appréciés du public bullois: Olivia Ruiz, qui vient de sortir son album le plus personnel (lire son interview en page 44) et Bénabar. «Ce sera un concert intimiste, qui retracera quinze ans de carrière», indique Emmanuel Colliard.

Les atypiques
Trente ans après Cargo de nuit, Axel Bauer sera à Bulle, pour défendre un nouvel album, annoncé pour janvier. Ecrit notamment par un trio de prestige: Gérard Manset, Marcel Kanche et Brigitte Fontaine. Autre moment fort à prévoir: la venue d’Arno, dont les concerts ne sont jamais banals. «Je suis sûr que sa prestation sera à marquer d’une pierre blanche», se réjouit Emmanuel Colliard. Dans un registre moins rugueux, Arnaud Fleurent-Didier représentera une certaine élégance française, avec son «univers classieux, un brin précieux».

Les révélations
Avec ses chansons à mi-chemin entre tradition et modernité et une aisance scénique rare, Barcella («avec deux l pour vous faire voyager», précise-t-il) «sera le chouchou du public après son concert», assure Emmanuel Colliard. Le programmateur avoue aussi des coups de cœur pour deux jeunes femmes venues du Québec: Marie-Pierre Arthur, «qui est rarement venue en Suisse et qui mérite d’être plus connue» et Ariane Moffatt, qui joue avec talent à la croisée de la chanson et de l’électro.

La fête et la jeunesse
Comme cette année, la dernière soirée s’annonce festive et jeune, avec Skip the Use. «Un des groupes actuels les plus excitants de la scène française», assure Emmanuel Colliard. Un mélange de funk, rock, électro, «incroyable en concert, avec un chanteur très charismatique». Dans un autre genre, Debout sur le Zinc est aussi la promesse d’une joyeuse soirée. «Avec eux, un concert est comme un repas de famille: convivial et festif.»

Les régionaux
Après Epheire lors de la dernière édition, un autre Gruérien aura l’honneur d’ouvrir les feux: Primasch (le violoniste Jean-Christophe Gawrysiak) se produira avec The Tzigan Dreams’ Collector. Deux autres formations de la région, Season Tree et Violettes noires, sont également programmées. S’ajoutent deux artistes fribourgeois, Sébastien Peiry et Roman Verda, soit le premier projet 100% francophone de Laurent Bronchi.

Les Romands
Autoproclamé «vieux con de la chanson», le Genevois Zedrus présentera ses textes corrosifs et son sens de la formule («vivre sans l’amour d’un père, c’est triste comme grand-maman dans un porno»). Tout aussi déjantés, Les Petits Chanteurs à la Gueule de Bois prendront le relais. Après une première participation aux Francos en 2006, Tomas Grand reviendra avec son deuxième disque, Kamikaze à mi-temps. «Un des albums les plus aboutis que j’ai entendus cette année chez les chanteurs romands», estime le programmateur. Enfin, le duo Aliose et Aloan (seul groupe suisse sur la grande scène) seront chargés de faire monter la température lors de l’explosive dernière soirée.


Programmme sur www.francomanias.ch

 

--------------------

 

De menues améliorations
«L’édition 2012 est notre nouvel étalon. C’était un franc succès que nous souhaitons reproduire et améliorer», souligne Jean-Philippe Ghilliani, directeur des Francomanias de Bulle. Un succès qui avait réuni quelque 9000 spectateurs. Entièrement organisé à Espace Gruyère, en cinq soirées debout, le festival compte sur un budget inchangé de 1,2 million de francs. Le concept technique et la sonorisation, «plébiscités en 2012», restent inchangés.


Retour d’un «bar des bénévoles»
Quelques améliorations sont toutefois prévues: le festival se déroulera toujours sur deux scènes, mais la petite, consacrée aux découvertes et qui ouvrira les soirées, sera positionnée différemment, «afin d’améliorer le flux des spectateurs», indique Jean-Philippe Ghillani.  La zone des bars sera également agrandie et diversifiée, avec notamment le retour d’un «bar des bénévoles», où pourront se rencontrer staff, public, artistes… Les animations d’après-concert (jusqu’à 3 h) doivent encore être programmées et seront dévoilées un mois avant le festival.
Enfin, un nouveau système d’abonnements a été mis en place, avec une formule possible à deux jours (mardi et jeudi, mercredi et vendredi ou jeudi et samedi). EB

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses