Et si un astéroïde…

| sam, 09. fév. 2013
Le géocroiseur DA14 frôlera la Terre dans la soirée du 15 février prochain. S’il est tout à fait envisageable que l’humanité succombe à un astéroïde géant, ce ne sera pas pour la semaine prochaine. Ni, en principe, pour les cent prochaines années.

PAR JEROME GACHET


Il va falloir baisser la tête vendredi prochain. A 20 h 24, l’astéroïde qui porte le nom de DA14 frôlera la Terre. Selon Michael Khan, ingénieur au bureau de Darmstadt (Allemagne) de l’Agence spatiale européenne (ESA), le bolide passera à quelque 27000 km de la surface de la Terre. Sans gêne, le visiteur de l’espace traversera la zone des satellites, situés à 36000 km d’altitude.
S’il y en a un qui sera à l’affût, ce sera Peter Kocher. L’habitant de Tinterin est un chasseur d’astéroïdes. Un amateur reconnu par la NASA, lui qui en a déjà découvert plus de 300 et qui en a baptisé certains. C’est d’ailleurs à lui que l’on doit que des astéroïdes portent le nom de Fribourg ou d’Ependes.
Mais revenons à DA14. «Il sera difficile à suivre puisqu’il est petit (environ 50 mètres de diamètre) et qu’il ne lui faudra que deux heures trente pour traverser le ciel. Mais avec de bonnes jumelles, cela devrait être possible», espère Peter Kocher. L’observateur aura l’avantage de connaître la feuille de route de DA14: «Il entrera dans notre champ de vision par le sud et le nord, en passant par le zénith. A la fin, il transitera par la Grande Ourse.» Même s’il n’est pas gigantesque, DA14 sera le plus gros astéroïde passant aussi près de notre planète jamais anticipé.
Quand il regarde les étoiles, Peter Kocher rêve de découvrir un de ces géocroiseurs, ce type d’astéroïdes qui croisent de temps à autre l’orbite terrestre. «Il faut avoir beaucoup de chance», ajoute-t-il.
De la chance? Cela dépend du point de vue. Selon Michael Khan, l’ingénieur de l’ESA contacté par La Gruyère, près de 1500 géocroiseurs dangereux planent sur nos têtes. La plupart tournent autour du Soleil, entre Mars et Jupiter. «Probablement les débris d’une planète qui n’a pas réussi à se former», précise Peter Kocher.
Mais ces «cailloux» faits de roche ou de métal peuvent aussi terminer leur route sur la Terre. Bigre! «Un astéroïde de 100 mètres de diamètre suffit à éradiquer une grande ville. A partir de 200 mètres, il peut rayer de la carte un pays, tandis qu’un objet de 500 mètres aurait des effets sur tout un continent», détaille Michael Khan. Et à partir d’un diamètre de 800 mètres, c’est toute l’humanité qui serait menacée de disparition. Ce qui fait dire à Peter Kocher qu’«il est tout à fait possible que la race humaine succombe à un astéroïde».


«Pas être dessous»
Alors que risque-t-on vendredi prochain? «La probabilité d’un crash est de zéro», rassure aussitôt Michael Khan. Insistons un peu: et si cela devait quand même arriver? «Un astéroïde de cette taille (environ 50 mètres) et de consistance rocheuse comme DA14 se désintégrerait probablement en entrant dans l’atmosphère. Il se produirait cependant une explosion équivalente à 200 bombes atomiques d’Hiroshima et cela, à 20 km d’altitude seulement. Je n’aimerais pas être dessous.»
Pour le scientifique, l’humanité peut cependant dormir sur ses deux oreilles pour les cent prochaines années. Et cela même si quelques inquiétants astéroïdes vont frôler la Terre en 2029 ou en 2036. «On connaît presque tous les géocroiseurs de plus de 1 km et aucun ne nous menacera durant un siècle. Pour la suite, on ne peut pas faire de prévisions.»
L’ingénieur de l’Agence spatiale européenne ne peut cependant pas exclure qu’un autre corps n’entre en collision avec notre planète. Une comète par exemple. «On ne connaît de loin pas tous les objets, notamment ceux qui se trouvent au-delà de Pluton. Ils sont formés de glace et sont là depuis la formation du système solaire», précise-t-il.


Un astéroïde de 12 km
L’extinction de la race humaine par une météorite n’est pas une histoire pour faire peur aux enfants pas sages. Il y a 65 millions d’années, un astéroïde gigantesque a atterri dans le Yucatan, près du Mexique. «Près de 95% des races, dont les dinosaures, ont disparu. Mais, il s’agissait d’un objet de près de 12 km. Ces géocroiseurs-là sont vraiment exceptionnels», reprend Michael Khan.
L’histoire récente retient qu’une chute d’astéroïde avait détruit la forêt dans un rayon de 20 km, en Sibérie, en 1908. Un corps de la taille de DA14, mais métallique. Des astéroïdes nous tomberont encore dessus. C’est scientifique.
 

Commentaires

comme à chaque fois on connait la vitesse et la masse on sait qu'une fois dans le champ gravitationnel de la terre y quand meme vachement de risques.. la composition de l objet est quasi impossible sans forage. Certains sont sérieux et parlent d hypothèses que tout se passe bien tandis que d autre sont dans le 'aucun danger'. Bref suivant la composition que nous ne connaissons guère effectivement dans le cas de ferrite polarisé la vitesse augmentera et ciblera l axe du Yellowstone cela va de toute logique. la composition mes chères amis la composition...
ce qu'on vous dit pas c'est que la composition de DA14 serait ni plus ni moins qu'une gros aimant... si tout se passe mal, il va être pris dans le champ magnétique terrestre, faire une cinquantaine de tour autour de nous, quelques tirs nucléaire désespérés pour tenter de le dévier mais il devrait percuter la terre dans le voisinage du Yellowstone pour déclencher une petite ère glaciaire après la petite réponse immunitaire de la terre par l'explosion de 65% de ses volcans. Environ 3/4 de la pop. mondiale va dégagé sur 5ans dans ce scénario de gravité 50 (impact 'proche' de points systémique relatif a la croûte terrestre) RdV le 15 fev. pour les présentations et le 17 pour le feu d'artifice...
Nostalgique du 21.12.2012. ?

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Chute mortelle dans les Préalpes

Un accident de montagne s’est produit dans la région de la Dent-de-Folliéran, dimanche en fin de matinée. Un homme de 28 ans domicilié dans le canton de Fribourg a fait une chute d’environ 200 mètres et a perdu la vie. Il se trouvait sur l’arête de Galère et cheminait en direction du Vanil-Noir.