La chemise edelweiss n'est pas un signe d'appartenance clanique

| ven, 22. fév. 2013
Porter une chemise edelweiss est autorisé si les responsables d'un établissement scolaire estime "qu'il n'y a pas lieu de craindre des débordements". Telle est la réponse donnée par le Conseil d'Etat fribourgeois à une question de deux députés.

Pour rappel, Gabriel Kolly (udc, Corbières) et Roland Mesot (udc, Châtel-Saint-Denis) ont réagi à la suite de l'interdiction, par un enseignant, faites à des élèves de première année du CO de la Veveyse de porter une chemise edelweiss lors de la marche d'automne. Le Gouvernement rappelle que, "lorsqu'il s'agit de tenue quelque peu atypique", les directions d'école doivent se baser sur un règlement de maison pour s'assurer qu'il n'y a pas mise en péril du calme et de la sérenité indispensables à l'enseignement.

Dans leur question adressée au Gouvernement, les deux députés relevaient que le voile est autorisé en classe, ce qui n'est pas le cas de la chemise edelweiss. Le Conseil d'Etat répond que: "Le port du voile doit être exempt de prosélytisme et ne doit pas entraver la marche de l'école. Il n'est donc pas totalement libre".

En conclusion, le Conseil d'Etat ne considère pas la chemise edelweiss comme un signe d'appartenance clanique et assure qu'il n'a aucune intention d'interdire cet habit traditionnel fribourgeois, ni d'ailleurs le bredzon.

Commentaires

J'hallucine! C'est quoi cet a-plat-ventrisme? La honte pour cet enseignant pleutre et anti-patriote
La question ne devrait même pas se poser. Personne ne devrait devoir se justifier d'être fier de sa région!

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Le club où cohabitent rock, électro, théâtre…

L’Américaine Anna Burch lance ce samedi la saison des concerts d’Ebullition. Tour d’horizon avec le programmateur Thomas Van Daele, qui s’apprête à vivre sa deuxième année à la rue de Vevey.

ÉRIC BULLIARD

Après un premier week-end où se sont succédé une party et une soirée d’improvisation théâtrale, Ebullition retrouve le goût de la musique live ce samedi. «En septembre et en octobr...