Un Fribourgeois sur quatre travaille dans un autre canton

| jeu, 23. mai. 2013
Une étude quantifie les flux de pendulaires. Bilan: un quart des Fribourgeois travaillent dans un autre canton.

Par Thibaud Guisan

 

Fribourg est le champion romand de la pendularité. Près d’un quart de ses travailleurs ont leur emploi dans un autre canton. Le constat est impressionnant. Il est issu du Rapport sur le produit intérieur brut romand 2013, dévoilé hier par les six banques cantonales.


Loin derrière Fribourg (23,7% de pendulaires sortants), suivent Jura (13,9%), Vaud (11,7%), Neuchâtel (11%), le Valais (9,7%) et Genève (4,4%). «C’est la première fois qu’on peut quantifier ces flux», souligne Paul Coudret, conseiller économique à la Banque cantonale de Fribourg. L’étude se base sur le Recensement fédéral de 2010.
Autre enseignement: 60% des Fribourgeois (90400) ont leur emploi dans le canton, mais pas dans leur commune de domicile. Ils ne sont finalement que 15% (22150) à travailler et à habiter au même endroit. «Le flux de pendulaires internes est très important entre les régions de Bulle et de Fribourg, note Paul Coudret. On n’aime pas trop le dire, mais ça montre que plusieurs villages et villes sont des cités-dortoirs dans le canton.»


Vaud et Berne en tête
Dans le détail, il ressort que, sur 147500 travailleurs fribourgeois, 34900 ont leur emploi à l’extérieur du canton: principalement sur Vaud (14400) et en Suisse alémanique (17200, canton de Berne essentiellement). Les pendulaires vers les autres cantons sont marginaux: 1100 travaillent sur Neuchâtel, 815 sur Genève, 455 en Valais.
A l’inverse, 13500 pendulaires viennent travailler sur Fribourg: parmi eux, 5500 sont issus du canton de Vaud, 750 de Neuchâtel, 500 du Valais et 6000 du reste de la Suisse (hors Suisse romande).


La position géographique du canton de Fribourg est propice à la pendularité. Mais le phénomène est aussi à mettre en lien avec un boom démographique. Paul Coudret relève que la population fribourgeoi-se croît de 2% depuis «trois-quatre ans». «Chaque année, le canton compte 6000 habitants de plus. C’est environ la taille de Guin.»
Parmi ces résidents supplémentaires, 1000 sont dus à l’accroissement naturel (solde positif des naissances sur les décès). Les 5000 autres personnes sont donc des nouveaux habitants, «dont la moitié vient du canton de Vaud». «Il faudrait 1500 à 2000 places de travail en plus chaque année pour les occuper, calcule Paul Coudret. Or, ces dernières années, au maximum 1000 emplois ont été créés chaque année dans le canton.»


Conclusion qui vérifie des observations du terrain: on s’installe dans le canton de Fribourg pour y habiter et non pour y travailler. «Le phénomène est marqué depuis le début du XXIe siècle. Il correspond à un manque de logements sur Vaud et Genève, deux cantons qui connaissent un fort dynamisme économique. Le besoin en infrastructures (de transport et pour le résidentiel) est donc très important pour Fribourg.»


Quid des tendances? «Il est en train de se construire de nouveaux logements sur Vaud, constate Paul Coudret. On peut s’attendre à ce que la pression démographique freine. Mais ça va prendre du temps. Pour l’heure, le canton de Fribourg vit avec une épée de Damoclès: il est très dépendant de la santé économique de ses voisins. Car un pendulaire qui perd son emploi engendre des coûts sociaux où il habite.»

Commentaires

Cet article est fort intéressant. Je me permets toutefois d'y ajouter un commentaire personnel, contribuant à expliquer le haut pourcentage de personnes domiciliées dans le canton de fribourg et travaillant dans un autre canton: Il n'est en effet peu aisé de trouver un emploi dans le canton de fribourg répondant aux critères suivants: - Peu de postes de travail sont ouverts aux personnes ne maîtrisant pas l'allemand. Le bilinguisme est devenu une exigence professionnelle courante dans tout le canton, de même que la part des suisses alémaniques augmente annuellement. Par ailleurs, le marché de l'emploi ne suit pas l'évolution démographique du canton. Pour s'en convaincre, il suffit de parcourir les offres d'emploi des différents portails disponibles (web, presse, etc...) on constate alors que le cahier des offres dans la rubrique "Fribourg" est bien maigre en comparaison des sections "Lausanne", "La Côte", et bien entendu "Genève". Je suis ainsi surpris de constater que moins de 1'000 pendulaires fribourgeois travaillent quotidiennement à Genève, notamment au vu du nombre élevé de véhicules immatriculés dans le canton de fribourg et circulant quotidiennement sur l'A1 entre Lausanne et Genève...

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Chute mortelle dans les Préalpes

Un accident de montagne s’est produit dans la région de la Dent-de-Folliéran, dimanche en fin de matinée. Un homme de 28 ans domicilié dans le canton de Fribourg a fait une chute d’environ 200 mètres et a perdu la vie. Il se trouvait sur l’arête de Galère et cheminait en direction du Vanil-Noir.