A quel consensus les habitants de Charmey vont-ils se rallier?

| sam, 29. juin. 2013
Lundi soir, le Conseil communal de Charmey organise une troisième séance d’information – en moins de huit mois – sur l’avenir de son école. Il (re)présentera le projet des Lévanches, au centre du village, et les deux variantes du Riau de la Maula.

PAR CHRISTOPHE DUTOIT

C’est peu dire que le climat politique est délétère ces temps-ci à Charmey. Depuis le récent refus de discuter d’un crédit d’étude pour l’école des Lévanches, les citoyens ne savent plus à quel saint se vouer sur ce sujet, qui n’a pas vécu d’avancée significative depuis dix ans.
Lundi prochain, les Conseils communaux de Charmey, Cerniat, Crésuz et Châtel-sur-Montsalvens invitent la population à la troisième séance d’information sur le sujet en moins de huit mois. «Pour écouter la population, pour que le débat puisse avoir lieu autour de ce projet qui fait le consensus des autorités des 4C», rappelle Félix Grossrieder, le syndic de Charmey.
En vue de cette soirée, présentation des enjeux liés aux trois projets qui ont été étudiés ces dernières années, avec les implications qu’ils pourraient avoir sur l’avenir du village.

Les Lévanches
Construite en 1953 au centre du village, l’école des Lévanches ne répond à plus aucune norme depuis quelques années. Jamais rénovée en soixante ans, elle a fait l’objet d’un concours entre trois architectes, remporté en novembre 2001 par le bureau Olivier Charrière. Son projet prévoyait un rafraîchissement devisé à 1,5 million. Mais il ne sera jamais entrepris.
Estimée à 6,5 millions en 2009, la rénovation du site des Lévanches s’élèverait aujour-d’hui à 10,9 millions (y compris le terrain), selon les chiffres présentés en novembre 2012. Elle comprendrait la construction à neuf d’un bâtiment pour les classes enfantines et la salle communale, à l’endroit de l’ancien abattoir. En outre, le Conseil communal prévoyait un parking souterrain de 55 places sous l’actuelle place de l’école, pour un montant de 2 millions entièrement à la charge de Charmey.

Le riau de la maula I
En octobre 2009, le précédent Conseil communal, sous la houlette de la syndique Martine Giner, lançait l’idée une nouvelle école au Riau de la Maula. Six mois plus tard, le bureau Latel-tin & Monnerat remportait le concours d’architecture avec un projet ambitieux, sur l’emplacement des courts de tennis. Avec ses 11 salles de classe (huit primaires et trois enfantines) et ses cinq salles annexes, il est une première fois devisé à 10,6 millions (en avril 2009), puis à 12,7 millions (en décembre 2010) sans compter les 4 millions nécessaires à la réhabilitation des infrastructures sportives. Soit un total de 17 millions, que l’Exécutif refuse de présenter à l’assemblée communale de décembre 2010, sous la pression politique des groupements cons-titués de Charmey.

Le riau de la maula II
Face au coût astronomique du projet initial au Riau de la Maula, l’actuel Conseil communal a demandé au bureau Lateltin & Monnerat d’étudier une seconde version, allégée et située dans le prolongement du bâtiment des Myosotis. Au programme, dix classes primaires, trois enfantines et des locaux annexes. Son coût avoisinerait les 14 millions, soit près de 3 millions de différence avec les Lévanches.
Si l’un des projets au Riau de la Maula était choisi, qu’adviendra-t-il alors du bâtiment des Lévanches et de sa place désormais piétonne? Le bureau Moret Concept a déjà étudié un projet – une vision à vingt ans – qui comprendrait des immeubles et une crèche. En revanche, la construction de la nouvelle école près de la piscine prétériterait quant à elle l’avenir de cette zone d’intérêt général de près de 30000 m2, propriété de la commune…
Seule certitude à ce jour, le délai espéré d’une ouverture en 2016 ne pourra pas être tenu.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Blessée par une vaste balafre, Bulle reçoit un nouveau cœur

Les Transports publics fribourgeois ont dévoilé hier le visage du futur bâtiment de la gare.

Il accueillera des commerces, des bureaux, des logements et un hôtel 3 étoiles.

Quant au Programme Bulle, ambitieux projet ferroviaire, il va connaître ses premiers chantiers.

JEAN GODEL

Maintenant, on entre dans le concret. Après six ans de gestation, la nouvelle gare de Bulle, déplacée de 500 m vers l’Ouest, se présente sous ses contours quasi d...