La nouvelle gare se situera finalement En-Fossiaux

| mer, 10. jui. 2013
La station châteloise se situera toujours à l’ouest de la ville, mais 120 mètres plus loin que le premier projet présenté en 2012. Les travaux restent devisés à 20 millions de francs.

PAR ANGELIQUE RIME

Rebondissement dans le projet du déplacement de la gare de Châtel-Saint-Denis. Alors qu’il était prévu de la construire en face de l’ancienne Landi, dans le champ situé entre la voie de chemin de fer venant de Bulle et la route du Lac-Lussy, elle verra finalement le jour dans la zone En-Fossiaux. «Elle restera à l’ouest de la ville, mais sera déplacée de 120 mètres par rapport aux esquisses dévoilées en juillet 2012», a précisé Vincent Ducrot, directeur des Transports publics fribourgeois (TPF), mercredi en conférence de presse.  
Pour rappel, le déplacement de la gare, actuellement en cul-de-sac, est l’une des conditions pour l’instauration d’une cadence à la demi-heure entre Palézieux et Bulle. «L’autre maillon manquant étant la mise en service du nouveau matériel roulant. Les premières rames devraient être livrées au printemps 2015», ajoute Vincent Ducrot. Avec ses quais droits longs de 120 mètres, la station sera également conforme à la Loi sur l’égalité pour les handicapés.
Si les TPF ont changé leur fusil d’épaule, c’est qu’aucun accord n’a été trouvé avec la Société des laiteries châteloises réunies, propriétaire des bâtiments de l’ancienne Landi et de l’ancienne porcherie. Des constructions que l’entreprise de transports publics prévoyait d’acquérir. «Nous voulions les vendre entre 10 et 12 millions, explique Michel Genoud, président de la Société. Les TPF ne voulaient pas mettre ce prix.»
Autre inconvénient évoqué par les TPF: les ententes difficiles avec le voisinage. «Insérer la nouvelle gare au milieu de bâtiments déjà existants aurait été problématique», complète Vincent Ducrot. Des négociations avec les propriétaires d’une parcelle de 13000 m2 située En-Fossiaux et pour l’heure quasiment vierge de toutes constructions ont donc été menées. «Un arrangement a facilement pu être trouvé avec le propriétaire pour l’achat de l’ensemble de la parcelle», indique le directeur des TPF.
Au total, l’entreprise a déjà acheté 20000 m2 de terrain dans le secteur de la nouvelle gare et prévoit encore l’acquisition de quelques petites parcelles le long de la voie ferrée. «Nous garderons uniquement les surfaces dont nous aurons réellement besoin. Le reste pourra soit être revendu, soit échangé avec d’autres parcelles dont nous aurons l’utilité.» Des discussions avec Bernard Chaperon, dont l’habitation se trouve sur le chemin du train, sont également encore en cours.


Mise à l’enquête en 2014
Grâce à cette adaptation de l’emplacement de la station, «le basculement du trafic de l’ancienne vers la nouvelle gare se fera plus facilement, indique Vincent Ducrot. Nous pourrons continuer à exploiter la voie pendant l’ensemble des travaux.»
Autre aménagement désormais possible: la création d’une troisième voie de chemin de fer parallèlement à celles déjà existantes à la hauteur de la route du Lac-Lussy. «Cela permettra de mener des travaux, de stationner des trains en attente et de faciliter les croisements. Elle ne sera peut-être pas construite tout de suite. Mais nous nous sommes gardé une réserve pour le futur.»
Malgré la modification de l’emplacement, le projet reste devisé à 20 millions de francs, financés à 55% par la Confédération et à 45% par le canton. Les TPF prévoient une mise à l’enquête début 2014 et une mise en service à la fin 2016-2017. «C’est un calendrier réaliste, commente Vincent Ducrot. Beaucoup d’équipements pourront être testés dans la nouvelle gare de Bossonnens, qui sera prochainement inaugurée.»

 

------------------

 

Développer les alentours
Le déplacement de la gare va considérablement modifier l’aménagement urbanistique de la commune de Châtel-Saint-Denis, imposant de revoir les flux de circulation. «Nous travaillons en étroite collaboration avec le Conseil communal et le service technique, explique Vincent Ducrot, directeur des Transports publics fribourgeois (TPF). Des études de mobilité ont été confiées à deux bureaux d’ingénieurs spécialisés. Nous devrions recevoir leurs conclusions en septembre.» Grâce à ses propositions, la commune entend régler plusieurs problèmes, notamment celui des élèves se rendant au Cycle d’orientation. «Le trajet qu’ils emprunteront reste encore à définir, mais les bouchons qui se forment aux heures de pointe au carrefour de la rue de la Coula deviendront de l’histoire ancienne», explique François Genoud, syndic. Un mandat d’études parallèles (MEP), sera également lancé en novembre, avec des résultats prévus pour l’automne 2014. «Nous voulons développer la zone autour de la nouvelle gare, indique déjà Vincent Ducrot. Il y aura des surfaces commerciales, des habitations, des guichets, un parking et une interface pour les bus.» AR

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Au volant d'une voiture volée, il s'enfuit par les rails

A Bulle, mercredi après-midi, le conducteur d'un véhicule volé a pris la fuite au moment où la police a voulu l'intercepter. Au volant, il n'a pas hésité à emprunter les voies de chemin de fer sur plusieurs centaines de mètres. Il a finalement été interpellé quelques instants plus tard.