Amadou, l’aventure artistique d’une poupée de jute

| jeu, 29. aoû. 2013
Amadou, l’attachant personnage créé par Alexis Peiry et Suzi Pilet, revit à travers une exposition. Retour sur une étonnante aventure entre photographie et littérature.

PAR ERIC BULLIARD

Au départ, le projet commun d’une photographe vaudoise et d’un écrivain gruérien, enseignant à Lausanne. Nous sommes en 1951: Suzi Pilet (née en 1916) et Alexis Peiry (1905-1968) créent Amadou. Héros à succès de sept livres pour enfants, parus jusqu’en 1959, il revit à travers une exposition que le Musée gruérien accueille jusqu’au 5 janvier.
«La littérature pour la jeunesse illustrée par des photographies était rare dans les années 1950, relève Lise Ruffieux, responsable de la bibliothèque de Bulle. C’est encore le cas aujourd’hui: comme s’il y avait une crainte que les enfants n’arrivent pas à décoder les images, à distinguer réel et imaginaire.»
Suzi Pilet et Alexis Peiry se rencontrent en 1942 et commencent rapidement à collaborer: le Gruérien, futur auteur de L’or du pauvre (1968), raconte des histoires pour occuper les enfants qui posent pour la photographe. Des histoires qui, quelques années plus tard, feront le bonheur du fils de l’écrivain, né en 1943. L’enfant aurait alors poussé son père à les coucher sur papier, pour que d’autres en profitent.
Les histoires d’Amadou naissent d’une complicité exemplaire: les photos de Suzi Pilet ne servent pas de simples illustrations aux textes d’Alexis Peiry. Les deux modes d’expression cohabitent sans hiérarchie et les auteurs s’impliquent dans toutes les phases de la création. Le plus souvent, les prises de vue sont réalisées à l’extérieur, dans les Gastlosen, par exemple, pour Amadou alpiniste.


Tristesse poétique
Pour créer leur personnage, Suzi Pilet et Alexis Peiry ont opté pour une simple poupée de jute et de laine trouvée dans le commerce. Sa «tristesse poétique» a séduit la photographe. «La qualité de ses images permet d’oublier qu’il s’agit d’une poupée», ajoute Lise Ruffieux. Parfois, Suzi Pilet a recours à des trucages d’avant-Photoshop: découpage ou superposition de négatifs, ajouts à coups de crayon ou de pinceau…
Ces trucages, l’exposition (par ailleurs assez peu spectaculaire) les présente sur une large table centrale, symbolisant celle d’un atelier. On y découvre toutes les étapes de la naissance des livres: n’ayant pas trouvé d’éditeur pour leur première histoire (L’opinel), les auteurs ont créé leurs propres Editions du Cerf-volant. Ils se chargent du graphisme, de la mise en pages, des corrections, de la promotion, de la diffusion…
Salué par la presse et les écrivains (Maurice Chappaz, par exemple, parle du «plus beau livre d’enfants depuis Les contes de Perrault»), Amadou connaît un large succès en Suisse romande. Mais la somme de travail est trop importante. La série s’interrompt après sept épisodes. Et la diffusion à l’étranger (il existe des traductions en allemand et en néerlandais) n’a pas vraiment convaincu.


Féerie dans la réalité
Dans toutes ses aventures, Amadou apparaît comme un vrai petit garçon, qui ne craint pas de désobéir, voire de fumer en cachette… Ses histoires évoquent des thèmes éternels, comme l’amitié et le deuil, sans faux-fuyant: «Mon but, écrivait Alexis Peiry, est de donner aux enfants des livres qui soient pour eux, par le texte et l’illustration, une nourriture spirituelle, poétique et artistique en créant non pas une évasion de la vie, mais une féerie au sein de la réalité quotidienne.»
Au passage, l’exposition présente quelques touchantes lettres d’enfants adressées à Suzi Pilet. Qui permettent de se souvenir que, décidément, l’école était mieux avant, quand les élèves maîtrisaient l’orthographe: «L’istoire que je praifaire le mieu quand il et parti avec les ballons», «les images sont belles quand Amadou est sur la charette avec les grapes de résains»…


Bulle, Musée gruérien, du 31 août au 5 janvier. Vernissage ce vendredi, 18 h 30. www.musee-gruerien.ch
 

 

-----------------

 

Les albums réédités
L’histoire d’Amadou ne s’est pas arrêtée en 1959, avec la parution du dernier album: l’année suivante, la Guilde du livre rachetait le stock des Editions du Cerf-volant et rééditait une partie des livres. Dès 1967, Amadou était mis en ondes à Radio-Lausanne. A l’occasion de cette exposition, les Editions La joie de lire ont publié, dans une nouvelle mise en pages, les trois premiers volumes, L’opinel, Le radeau et La bâche (Amadou acrobate). La réédition des quatre autres est prévue pour 2014. A noter que les Editions Infolio ont également sorti une monographie intitulée Amadou l’audacieux.
Conçue par l’Association des amis de Suzi Pilet, le Centre de recherches sur les lettres romandes et l’Institut suisse jeunesse et médias, l’exposition comprend un film avec des extraits d’interviews et de l’émission de Radio-Lausanne. Deux lectures par le comédien Gil Pidoux sont également prévues au Musée gruérien, qui a en outre mis sur pied des activités pour enfants, en particulier un atelier de photographie. EB

Commentaires

Hello Eric, J'ignorais que tu avais écrit sur cet Amadou dont je recherche les albums uniquement guildiens... si tu as une piste ? Pensées lestes et célestes :-) Yves

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Blessée par une vaste balafre, Bulle reçoit un nouveau cœur

Les Transports publics fribourgeois ont dévoilé hier le visage du futur bâtiment de la gare.

Il accueillera des commerces, des bureaux, des logements et un hôtel 3 étoiles.

Quant au Programme Bulle, ambitieux projet ferroviaire, il va connaître ses premiers chantiers.

JEAN GODEL

Maintenant, on entre dans le concret. Après six ans de gestation, la nouvelle gare de Bulle, déplacée de 500 m vers l’Ouest, se présente sous ses contours quasi d...