Course contre la montre pour que les écoles soient prêtes

| jeu, 22. aoû. 2013
Hier, les ouvriers s’affairaient encore sur les chantiers des écoles primaires. Aujourd’hui, ce sont les élèves qui envahissent les nouveaux bâtiments. Quelques réglages resteront à réaliser. Mais les classes étaient prêtes dans les temps.

PAR SOPHIE ROULIN


Le calendrier s’annonçait serré. Il l’a été. Hier, les ouvriers et les machines s’activaient encore sur les chantiers des écoles primaires, aussi bien à la Condémine à Bulle, qu’au centre de La Tour-de-Trême. «Comme sur tous les chantiers, beaucoup de choses se terminent à la limite des délais», philosophe David Seydoux, conseiller communal responsable des écoles. Mais pas de quoi remettre en cause la rentrée dans les nouveaux bâtiments.
«Il y aura encore quelques finitions et des détails à régler, ajoute l’édile bullois. On savait dès le lancement des projets qu’on serait à flux tendu avec les délais.» La couleur avait d’ailleurs été annoncée au moment de la décision sur les crédits d’investissement, en décembre 2010.
Les architectes des deux projets n’étaient pas non plus alarmés par l’état d’avancement des travaux. «C’est normal qu’il y ait beaucoup d’activité à la fin d’un chantier», rassure Marc Zamparo, mandataire de l’agrandissement du site de la Condémine.
Quid des sanitaires dont on entendait dire qu’ils n’étaient pas encore en fonction au début de la semaine? «C’était prévu comme ça avec l’entreprise mandatée, qui a mis d’importantes forces de travail à disposition cette semaine, alors qu’elle était en vacances les précédentes», répond l’architecte. Selon lui, il restera à finaliser l’aménagement extérieur: la plantation des arbres est prévue juste avant l’hiver. Pour le reste, «il y aura encore quelques réglages et des finitions, mais c’est inévitable sur un tel chantier».
Même son de cloche pour le bâtiment de La Tour: «Cette semaine, c’était le rush final», commente Sandra Maccagnan, du bureau Fournier et Maccagnan, à Bex, qui avait gagné le concours d’architecture. «Les aménagements extérieurs sont moins avancés qu’à Bulle. Mais, à part ça, il manque essentiellement de la signalétique.» L’architecte ne cache pas une petite frayeur pour la livraison des bancs: «Ils sont arrivés et ont été montés mardi. On a eu peur, mais c’est bon.»
Les enseignants ont peut-être eu moins de temps qu’à l’accoutumée pour préparer leur classe à la rentrée. «Mais ils se disent contents d’entrer dans des nouveaux locaux, relève David Seydoux. Du mobilier arrivait encore ce mercredi, mais tout sera prêt. On n’a pas le choix!» C’est qu’à 7 h 50 ce matin, la cloche sonne.

Commentaires

Je reste surpris de voir que des entreprises du bâtiment qui obtiennent des mandats pour des bâtiments publiques tels que des écoles ne puissent pas lors de tels mandats fonctionner différemment avec leur traditionnelle fermeture annuelle.
Super, bien planifié. En attendant, ils suppriment les patrouilleurs scolaires à la Tour ! Des économies bien placées ! Bien réfléchi de la part des responsables. Est-ce qu'on frise la bêtise ? A bon entendeur. Et bien évidemment, aucune info. aux parents.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Au volant d'une voiture volée, il s'enfuit par les rails

A Bulle, mercredi après-midi, le conducteur d'un véhicule volé a pris la fuite au moment où la police a voulu l'intercepter. Au volant, il n'a pas hésité à emprunter les voies de chemin de fer sur plusieurs centaines de mètres. Il a finalement été interpellé quelques instants plus tard.