Il y a cinquante ans, la Gruyère découvrait la voie des airs

| jeu, 08. aoû. 2013
L’aérodrome fête ce week-end ses cinquante ans. Retour sur sa naissance avec Michel Devaud, l’un des fondateurs.

PAR ERIC BULLIARD

Il suffit parfois du rêve de deux hommes. Il a permis, il y a cinquante ans, de fêter la «brillante inauguration de l’aérodrome gruérien», selon La Gruyère du 9 juillet 1963. Le Brocois Michel Devaud, l’un des deux rêveurs de l’époque, sera évidemment du jubilé, ce week-end à Epagny. Il est le dernier des pionniers, Armand Caille étant décédé il y a tout juste un an.
Leur idée: «Nous avions fini notre avion et nous nous sommes demandés où le mettre. On s’est dit: et si on essayait de créer un aérodrome?» Simple, non? Ce Jodel D112, biplace, ils l’ont construit après que Michel Devaud eut racheté les plans, en découvrant une petite annonce dans une revue spécialisée. C’est qu’il avait découvert le bonheur de voler lors d’un meeting à Siviriez: «J’avais gagné une tombola dont le prix était un vol. C’était fantastique!»
Michel Devaud commence la construction à Château-d’Œx, où il travaille alors. Il la poursuit à Bulle, dans une ancienne forge de la rue Sciobéret, avec Armand Caille. Quatre à cinq mille heures leur seront nécessaires, en dehors de leur travail aux ateliers mécaniques de Louis Morand.
L’avion construit, les deux jeunes hommes se lancent donc dans leur projet d’aérodrome. Mais ignorent comment s’y prendre. Ils abordent Robert Dumas, ancien pilote professionnel et instructeur à La Blécherette. «Il avait formé Louis Guigoz, qui l’avait engagé dans son usine de Vuadens, comme chef du personnel», raconte Michel Devaud. C’est lui qui se chargera, entre autres, des démarches administratives. Avec encore l’arrivée de Pierre Gapany, l’équipe de base est formée.
Le terrain? Ces pionniers pensent d’abord à Riaz, où un aérodrome militaire avait été installé pendant la guerre. «Mais il appartenait à trop de propriétaires différents.» Le choix se porte finalement sur Epagny, avec l’appui du syndic de Gruyères, Elie Bussard, «enchanté de cette création».


Des cailloux partout
Peu exploitable pour l’agriculture, ce terrain avait connu un début d’aménagement dans le cadre du plan Wahlen. Trois ruisseaux le traversaient. «Nous avons contacté Angel Grisoni et en une semaine, il a mis tout son matériel là-bas et a nivelé la base.» Une mauvaise surprise les attendait toutefois: «Après les premières pluies, c’était blanc de cailloux! On en a ramassé pendant une année, tous les soirs et tous les week-ends. Il y en avait une montagne, plus haute que la buvette actuelle.»
Entre-temps, les initiateurs ont pu se rendre compte de l’écho que rencontrait leur projet: à l’automne 1960, une soixantaine de personnes assistent à la première séance d’information publique, au Cheval-Blanc, à Bulle. Plusieurs personnalités gruériennes s’engagent à leurs côtés, comme Henri Hohl, directeur des Services industriels de la ville de Bulle, et le député Pierre Rime.


Premiers pilotes
En mars 1961, la société Aéro-Gruyère est créée. Angel Grisoni en prend la présidence. Quelques mois plus tard, la société peut acheter son premier avion, un Piper, grâce à l’aide de François Affentauschegg, qui avance les 11000 francs nécessaires. «Mais, pour le hangar, l’argent manquait», se souvient Michel Devaud. En octobre 1962 naît ainsi la Société d’aviation de la Gruyère, une S.A. qui va gérer l’aérodrome, les bâtiments, le matériel technique et les avions. Aéro-Gruyère s’occupera pour sa part des activités et manifestations aéronautiques.
Logiquement, Michel Devaud et Armand Caille font ensuite partie des premiers pilotes à obtenir leur brevet à Epagny, auprès de Robert Dumas. En «pilote expérimenté» (La Gruyère du 9 juillet 1963), celui-ci «démontra la robustesse et les qualités de vol» de leur Jodel D 112 lors de l’inauguration officielle. Un avion que Michel Devaud a de longue date revendu, «pour acheter un quatre places. Mais il vole toujours. D’ailleurs, il est à nouveau à vendre!»

 

----------------------

Des vols en tous genres
Pour ses 50 ans (et les 40 ans de présence d’Heliswiss à Epagny), l’aérodrome de la Gruyère va montrer l’ensemble de ses activités, samedi et dimanche, de 8 h à 18 h. Des vols passagers (avions, hélicoptères, planeurs) seront proposés, ainsi que des démonstrations de parachutes, parapentes, ballons, modèles réduits et Kamov (hélicoptère géant). L’armée sera présente, via un Super Puma et un EC 135, ainsi que la Rega. Des conférences sur l’aviation sont également au programme. Un fly-in sur inscription, ouvert à tous les avions, a en outre été mis en place. Renseignements sur www.aerodrome-gruyere.ch.
 

 


 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Au volant d'une voiture volée, il s'enfuit par les rails

A Bulle, mercredi après-midi, le conducteur d'un véhicule volé a pris la fuite au moment où la police a voulu l'intercepter. Au volant, il n'a pas hésité à emprunter les voies de chemin de fer sur plusieurs centaines de mètres. Il a finalement été interpellé quelques instants plus tard.