La première gare nouvelle génération

| sam, 31. aoû. 2013
La nouvelle gare du village a été inaugurée. D’ici à 2023, son concept architectural sera appliqué à toutes les haltes du canton.

PAR ANGELIQUE RIME

Inauguration en grande pompe vendredi à Bossonnens. Sous les airs enjoués interprétés par la fanfare des Transports publics fribourgeois (TPF), citoyens, politiciens et personnel de l’entreprise ferroviaire se sont réunis pour étrenner la première des gares TPF «nouvelle génération». A la place de l’ancien édifice trône désormais une imposante marquise de bois et de métal qui permet d’abriter les voyageurs. Et dont le toit est recouvert de panneaux solaires. «Le temps des bâtiments en dur et des chefs de gare est révolu», décrit Vincent Ducrot, directeur des TPF.
L’esprit de la gare du début du XXe siècle reste toutefois présent grâce à certains détails. «Notamment les poignées de porte en bois et l’intérieur du toit de la marquise qui rappellent les anciennes salles d’attente», précise Alexandre Deillon, architecte au sein du Bureau Deillon Delley, qui, avec ses collègues de la société Inventaire, pour le design industriel, et Lumière électrique, pour l’éclairage, a mis au point le projet.
Sous l’abri, une salle d’attente fermée d’environ 20 m2, dont la luminosité ainsi que l’ouverture et la fermeture des portes sont gérées à distance, offre un espace fermé bienvenu en cas de mauvais temps. Entièrement transparent, son vitrage rappelle les couleurs de l’entreprise, rouge et blanc. «Nous voulions cet endroit le plus ouvert possible afin de diminuer les problèmes d’incivilités et de prévenir les actes de vandalisme», expose Vincent Ducrot. Trois caméras de surveillance ont également été installées.
Un écran, pour l’heure statique, indique aux utilisateurs les horaires des trains. «D’ici à quelques mois, il deviendra tactile et interactif. Nous travaillons avec l’Union fribourgeoise du tourisme pour combiner des informations relatives au trafic, mais aussi au tourisme», complète Martial Messeiller, porte-parole des TPF.
Cette gare, le village l’attendait «depuis longtemps». «Les travaux ont pris du retard. La participation de la commune aux travaux a dû être négociée. Finalement, elle s’élèvera à environ 100000 francs», explique le syndic Jean-Marie Pilloud. Avant de procéder au traditionnel coupé de ruban en compagnie du conseiller d’Etat Maurice Ropraz, l’élu a également souligné «l’image de modernité» que ce nouvel équipement donne à Bossonnens.


Parking payant à terme
Si cette inauguration revêt une importance particulière, c’est qu’elle incarne le début de la modernisation des haltes TPF. «D’ici à 2023, toutes les gares du canton auront une allure similaire (lire encadré). Seules celles de Châtel-Saint-Denis, Bulle, Gruyères et peut-être Courtepin conserveront des bâtiments fermés», détaille Vincent Ducrot. Des travaux de rénovation sur l’ensemble du réseau qui s’avèrent nécessaires afin de répondre aux exigences de la Loi sur l’égalité pour les handicapés.  
Aujourd’hui, la gare de Bossonnens ne répond encore que partiellement à ces normes. «Nous devons encore surélever et élargir le quai, d’ici à 2018. Il  mesurera 120 mètres de long et environ 7 mètres de large. Actuellement, il est à environ 20 centimètres du sol. Après les travaux, sa hauteur sera de 35 centimètres», calcule Vincent Ducrot.
Pour Bossonnens, la facture se montera au total à 5 millions, soit 450000 francs pour la zone d’accueil et 4,5 millions pour les travaux relatifs au quai.
Lors de la réfection du quai, le parking qui se situe entre la route cantonale et la voie de chemin de fer sera transformé. «Nous allons installer un P+Rail, goudronner l’emplacement et marquer les places. Le stationnement deviendra donc payant», ajoute Martial Messeiller.

 

-----------------------

 

Un total de 300 millions
La mise aux normes des 32 gares des Transports publics fribourgeois (TPF) coûtera quelque 300 millions. «La Loi sur l’égalité pour les handicapés impose évidemment des investissements, mais c’est une chance pour le canton de Fribourg. Cela permettra une modernisation de tout le réseau ferroviaire. Depuis cent ans, tout a été entretenu, mais rien n’a été modifié. Aujourd’hui, c’est un véritable saut. Ensuite, j’espère que nous serons tranquilles pendant cinquante ans», rigole Vincent Ducrot, directeur des TPF. L’entreprise ferroviaire entend mettre la priorité sur les gares qui fonctionnement comme point de croisement. «Bossonnens est un point de croisement de secours, mais la commune est en train de repenser la traversée du village et voulait s’attaquer à la place de la gare. Nous avons donc profité de l’occasion pour lancer les travaux.»
En Sarine, la transformation de la gare de Belfaux a déjà été mise à l’enquête. Des dossiers seront déposés avant la fin de l’année pour celles de Pensier, Courtepin et Münchenwiler. L’été prochain, le processus sera lancé pour celle de Châtel-Saint-Denis, tandis que la mise à l’enquête pour la gare de Bulle interviendra en automne 2014. AR
 

Commentaires

Pourquoi il n'y a pas de WC prévus dans ces futures gares? Et pourquoi il n'y a pas de logos TPF sur les deux larmiers Est et Ouest? Les deux seuls visibles en venant de la route.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Découverte d’un gigantesque cratère de météorite

Un gigantesque cratère formé par une météorite au Groenland, c’est l’importante découverte d’une équipe internationale de chercheurs, à laquelle l’Université de Fribourg a participé. L’impact a creusé une cavité de 31 kilomètres de diamètre cachée sous un kilomètre de glace. Les scientifiques ont travaillé pendant trois ans pour confirmer leur hypothèse, selon un communiqué ...