Les vacances sont finies pour 45000 écoliers

| mar, 20. aoû. 2013
Pas moins de 45084 élèves vont regagner leur classe pour la rentrée scolaire 2013-2014.

PAR MICHELINE HAEEGELI

La grande majorité des jeunes Fribourgeois reprendra le chemin de l’école jeudi. Les classes et les préaux des écoles enfantines, primaires et du cycle d’orientation de l’ensemble du canton retrouveront leurs activités.
Les écoliers de sept communes du district du Lac, dont Chiètres, ont repris le travail lundi déjà. La rentrée sonnera le 26 août pour les élèves fribourgeois du Gymnase intercantonal de la Broye. Quant aux étudiants des collèges, des écoles de commerce et de culture générale, ils pourront profiter pleinement de la fin de l’été jusqu’au 2 septembre.


62 classes supplémentaires
Tous niveaux confondus, les écoles fribourgeoises compteront 2352 classes, soit 62 de plus que l’an dernier. Elles accueilleront ainsi 1810 enfants de plus qu’à la rentrée 2012. Cette hausse importante est causée en bonne partie par la dernière phase de l’introduction de la deuxième année d’école enfantine. Cette dernière annonce 1069 bambins de plus.
Près de 360 postes d’enseignement ont dû être repourvus à la suite d’ouvertures de classes, notamment dans le primaire, de démissions, de retraites, de changements de poste ou de taux d’activité. Le gros des nouvelles troupes concerne  les écoles enfantines et primaires: 301 postes ont été mis au concours contre 280 l’an dernier.  
Du fait de ce nombre important de places vacantes, il a fallu parfois procéder à plusieurs mises au concours successives pour un même poste, note la Direction de l’instruction publique (DICS) dans son dossier de presse. De manière globale, celle-ci a constaté que les candidats sont moins nombreux pour les postes à temps partiel, les classes à deux degrés ainsi que les classes isolées dans les villages.
La très grande majorité des postes sont occupés pas des enseignants titulaires des diplômes requis. Sur les 1087 classes enfantines et primaires francophones que compte le canton, seules dix classes sont conduites par des duos pédagogiques composés d’un enseignant diplômé et d’un enseignant au bénéfice d’une autre formation.  Parmi les candidats retenus, 20% ont accompli leur formation dans un autre canton, voire dans un autre pays, en France en particulier.


Retraités à la rescousse
Enfin, les enseignants retraités qui le souhaitent sont les bienvenus pour effectuer des remplacements ponctuels.
Comme lors de la précédente rentrée, la pénurie d’enseignants diplômés persiste, du côté de la partie francophone du canton, dans les cycles d’orientation dans les domaines des langues étrangères, de l’économie familiale et des activités créatrices.
Dans les écoles du secondaire supérieur, 12 postes ont été mis au concours contre 17 l’an dernier. La DICS ne relève pas de difficulté de recrutement dans ce degré d’enseignement. La baisse du nombre de classes dans les Collèges St-Michel et Ste-Croix a pu être réglée par le déplacement partiel ou total d’une demi-douzaine d’enseignants dans un autre collège ou par des départs naturels. Tous degrés confondus, c'est près de 29 équivalents plein temps de plus qui ont été créés par rapport à la rentrée précédente, précise la DICS.


Nouveautés
Grande nouveauté fribourgeoise, l’introduction de la 2e année d’école enfantine arrive à son terme. Désormais, tous les cercles du canton ont procédé à sa mise en œuvre. Le nombre supplémentaire d’élèves scolarisés depuis l’introduction de la deuxième année d’école enfantine s’élève à 3395 et celui des classes à 154.
Concernant le Plan d’études romand (PER), visant l’harmonisation des contenus et des plans d’étude, son application suit son cours. Selon la conseillère d’Etat Isabelle Chassot, son introduction ne pose pas de problème dans le canton de Fribourg, celle-ci ayant été répartie sur quatre ans. «Il y a bien eu quelques réactions au début, mais tout s’est bien déroulé par la suite.» A noter qu’il y a eu formation et information avant l’introduction et après.
Autre avancée: le concept cantonal pour l'enseignement des langues, accepté par le Grand Conseil en 2010, connaît cette année une étape importante puisque un enseignement de l'anglais est mis en place en 5e primaire (5P) dans les deux parties linguistiques du canton.


Enseignement religieux
Les Eglises catholique et réformée conduiront une phase pilote de trois ans pour l’enseignement religieux à l’école enfantine. Ce concept comprend en principe cinq temps forts au cours de l’année scolaire. Il ne s’agit donc pas de leçons hebdomadaires comme dans les degrés supérieurs. A noter que cet enseignement sera prodigué indifféremment par des auxiliaires formés communément par les responsables des deux Eglises concernées. Une douzaine d’écoles participent à cette phase pilote, dont celles de La Roche et Hauteville, en Gruyère, ainsi que Châtel-Saint-Denis, en Veveyse.  
Classes relais
Pour ce qui est des élèves présentant de graves difficultés de comportement, le changement le plus significatif concerne les locaux des classes relais de Bulle. En effet, la classe relais du Sud occupe depuis la rentrée 2011 des locaux provisoires à la route du Vieux-Pont, à Bulle. Le déménagement dans les locaux définitifs à l’ancien arsenal de Bulle, prévu en décembre 2012, a lieu au cours de cet été.
Egalement à Bulle, le projet d’agrandissement du Collège du Sud arrive maintenant au stade de la réalisation. L’extension sur quatre niveaux du bâtiment existant au nord et la surélévation d’un étage de l’ensemble de l’édifice permettront la création de 19 classes supplémentaires. L’exécution des travaux débutera au début de l’année 2014 pour permettre une mise en service des nouveaux locaux pour la rentrée scolaire 2015-2016.
 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Au volant d'une voiture volée, il s'enfuit par les rails

A Bulle, mercredi après-midi, le conducteur d'un véhicule volé a pris la fuite au moment où la police a voulu l'intercepter. Au volant, il n'a pas hésité à emprunter les voies de chemin de fer sur plusieurs centaines de mètres. Il a finalement été interpellé quelques instants plus tard.