Vingt ans se sont écoulés sous une bonne étoile

| jeu, 05. sep. 2013
Châtel-Saint-Denis. Pour fêter ses vingt ans, la Belle Etoile invite dans son jardin. Pas de portes ouvertes, mais des événements autour du cirque Helvetia.

PAR SOPHIE MURITH

Les organisateurs du 20e anniversaire de la Belle Etoile avaient peur que le ciel leur tombe sur la tête. Comme à chaque événement que l’établissement socioprofessionnel châtelois planifie. Alors ils rêvaient d’un chapiteau. C’est chose faite. Le cirque Helvetia, qui passe habituellement à Châtel-Saint-Denis au printemps, fera halte du 12 au 15 septembre dans leur jardin.
«Depuis son ouverture, le 16 août 1993, entre les personnes en situation de handicap, les membres du conseil de fondation et les employés, 300 personnes ont traversé la Belle Etoile», estime son directeur Thierry Ulrich. «Une installation illustrera toute cette énergie lors de l’apéritif de vendredi prochain.»
Samedi dès 13 h 30, un atelier sera organisé par les artistes du cirque Helvetia. Dès 16 h 30, Jacky Lagger se produira en concert. La soirée se poursuivra en musique, avec un accès payant cette fois-ci. Yvostellka, groupe neuchâtelois inspiré par l’Europe de l’Est et le folk irlandais, et Cavi, bien plus reggae, se succéderont sous le chapiteau dès 20 h. Dimanche et lundi, la piste aux étoiles sera rendue au cirque Helvetia pour des représentations publiques et scolaires.


Débat sur la prise en charge
Avant cela, une conférence-débat se tiendra jeudi en collaboration avec l’Association fribourgeoise action accompagnement psychiatrique. Les professionnels débattront sur la problématique de la prise en charge des personnes en situation de handicap souffrant aussi de troubles psychiques. Une question d’actualité pour les responsables d’établissement.
Car, s’il n’en a pas toujours été ainsi, la philosophie actuelle est claire: mettre la personne au centre. Tout en gardant la même mission: l’intégration sociale par le travail en atelier protégé. Quarante personnes travaillent à la Belle Etoile, encadrées par autant d’animateurs.
Les infrastructures, dimensionnées pour 40 travailleurs et 16 résidents réguliers, n’ont pas grandi avec le temps. «Nous avons eu la chance de pouvoir gérer des entrées progressives sans agrandissement», se rappelle Thierry Ulrich, présent dès la création, comme deux employés et cinq travailleurs. Le foyer s’est adapté aux besoins. Un appartement protégé est créé à Fruence en 2007 et, en 2010, un foyer de jour pour les personnes vieillissantes ou malades.


Intégration encore difficile
En vingt ans, le regard du public sur le handicap a changé. «Ce n’est plus une maladie que l’on soigne», note Emmanuelle Burri, accompagnatrice. Mais cela reste toujours difficile d’intégrer les personnes en situation de handicap dans les entreprises. «C’est le milieu qui produit le handicap, explique Thierry Ulrich. Sans exigence, nos résidents peuvent vivre sans difficulté.»
Pour preuve, les 400000 pièces manufacturées chaque année pour l’entreprise Samvaz par les travailleurs de l’atelier sous-traitance. La menuiserie, la cuisine et la céramique ne sont pas en reste. A eux tous, ils génèrent un chiffre d’affaires de plus de 100000 francs et couvrent leurs salaires et les matières premières. Le budget total de l’institution s’élève à trois millions, financé par le canton et des donateurs. «Grâce à eux, nous pouvons organiser cette manifestation qui sort de notre mission première.»


Programme complet sur www.belle-etoile.ch



 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Découverte d’un gigantesque cratère de météorite

Un gigantesque cratère formé par une météorite au Groenland, c’est l’importante découverte d’une équipe internationale de chercheurs, à laquelle l’Université de Fribourg a participé. L’impact a creusé une cavité de 31 kilomètres de diamètre cachée sous un kilomètre de glace. Les scientifiques ont travaillé pendant trois ans pour confirmer leur hypothèse, selon un communiqué ...