Du roi de l’apéro à l’acheteur, les visiteurs du Comptoir

| jeu, 31. oct. 2013
Qu’est-ce qui pousse les gens à venir au Comptoir gruérien? Regard «ethnographique» et amusé sur les différents types de visiteurs.

PAR JEROME GACHET ET ERIC BULLIARD

Le district compte 50000 habitants et le Comptoir accueille entre 120000 et 130000 visiteurs. On en déduira que, statistiquement, chaque Gruérien s’y rend plus de deux fois. Pour expliquer ce succès, La Gruyère pose un regard décalé et léger sur les différents types de visiteurs que l’on croise.

Le roi de l’apéro
Pour schématiser, on peut distinguer deux catégories: d’un côté, le classique rendez-vous avec des potes. Prévu, cadré, programmé. Le roi de l’apéro finit de bosser à 17 h et, à 17 h 15, il est attablé «au premier bar sur le parcours», car c’est là qu’il est attendu. Depuis des semaines, il l’avait annoncé: ce soir, il va boire des coups, dire plein de bêtises qui font du bien et finir par s’étonner que ce soit déjà l’heure de fermer les bars. Quand l’agent de sécurité le prie de sortir, il fait mine de quitter les lieux, mais s’attable au «point d’eau» suivant. Ce n’est de toute manière qu’une étape avant la halle des bars.
Mais il y a aussi le roi à panache, l’empereur de l’apéro, Sa Majesté des libations. Celui qui se laisse emporter alors qu’il passait juste boire un verre en vitesse, pas de folie, je bosse demain. D’ailleurs, il l’a promis: «Je serai rentré pour souper.» Quel-ques heures plus tard, il y a eu ce SMS: «Vous pouvez manger sans moi.» Et tout finit par un piteux «j’ai pas vu l’heure». Avec la surprise de n’avoir même pas fait le tour du Comptoir.
Que voulez-vous, il a croisé ce vieux pote, vous savez, ils ne s’étaient pas revus depuis le dernier Comptoir. Ou depuis l’école, tu te souviens? Ou même depuis hier, mais on ne s’était pas tout dit, il restait des élections à refaire, des matches à commenter, des tournées à payer. La prochaine est pour moi, de toute façon, on est venus à pied, comment ça, vous arrêtez de servir? Pas grave, il reviendra. De toute façon, il a acheté la carte permanente.

Le joueur
Il a en principe entre 2 et 12 ans, mais il arrive qu’il soit beaucoup plus âgé… Il participe à tout: roue de la fortune, vélo stationnaire, puzzle géant, tirs au but, boule téléguidée, jeu de réflexes. Aucun concours ne lui échappe. Sauf celui de la Loterie romande, car il est payant. Sa frénésie est chronophage, ce qui lui impose de venir à plusieurs reprises à Espace Gruyère. A la cinquième visite, d’ailleurs, il se dit qu’il aurait mieux fait de prendre la carte permanente. Trop tard, il se ravisera lors de la prochaine édition. Il trouve aussi que cette année les exposants sont plus râpes que par le passé. La crise probablement.
Il préfère se rendre au Comptoir quand il y a peu de monde et donc moins de file d’attente: les chances de succès augmentent. Poli, il fait mine de s’intéresser aux produits qu’on lui propose. Mais il doit encore réfléchir avant de se décider. C’est où le concours?

Le visiteur qui visite
Il n’aime pas la grande foule, mais il ne peut manquer le Comptoir sous aucun prétexte. Parce que c’est le Comptoir. Ça ne se rate pas, le Comptoir, et pis c’est tout. Surtout quand c’est tous les trois ou quatre ans. Le visiteur qui visite veut voir et se faire un avis. Il n’affiche pas un grand intérêt pour les produits, mais peut se laisser séduire.
Il aime croiser une vieille connaissance, mais ne s’éternise pas. Ce qui capte son attention, ce sont les stands eux-mêmes, la finition, le détail. Il s’extasie devant les pavillons des hôtes d’honneur, car ce sont les plus spectaculaires. Ouf! Il a juste eu le temps de passer en revue les 200 exposants, de faire un saut à la halle des fêtes et de manger une assiette. Il est venu, il a vu et cela lui suffit. De toute manière, il y avait trop de monde. Alors, c’était bien, ce Comptoir? – Comme le Comptoir.

L’homme important
Les stands ne l’attirent pas. Ce qui compte, ce sont les gens. Connaître et être reconnu, serrer des pinces. D’ailleurs, pour faire plus simple, il tutoie tout le monde. Il a mis ses beaux habits, car on n’est pas là pour rigoler. Même s’il rigole tout le temps. Le must, c’est qu’il soit salué par une célébrité locale, une conseillère d’Etat ou un directeur de banque.
Il espère être invité au plus grand nombre d’apéritifs possible. Mais ce n’est pas toujours si simple. Forcément, le visiteur important se rend au Comptoir quand il y a le maximum de monde. Sa technique: il balaie visuellement les vingt mètres qui se trouvent devant lui. Cette précaution lui permet aussi d’éviter de croiser les casse-pieds. Dans ce cas, il regarde ses souliers, accélère le pas ou prend un chemin de traverse.
Lui aussi s’étonne de ne jamais pouvoir faire le tour des stands. Impossible, il est arrêté «tous les deux mètres». Un jour, il a même eu l’idée de prendre le parcours à contresens. Il a fini épuisé, mais n’a jamais serré autant de mains. Ouf, sa cote de popularité est intacte.

L’acheteur
Il vient tôt, quand il n’y a encore pas trop de monde. Il ne connaît pas les raccourcis, donc il suivra l’entier du parcours,
1,6 kilomètre, ce n’est pas si long. Mais l’acheteur ne s’arrête guère, pas le temps, pas envie, pas vraiment d’intérêt. Il ne fonce pas tête baissée, n’exagérons rien, mais bon, il est ici pour un but précis, un objectif fixé il y a déjà bien quelques jours.
Ce qu’il veut, c’est ce stand et pas un autre. Parce qu’il doit changer son frigo, parce qu’il a prévu de s’offrir un téléviseur «full HD», parce qu’il sait que là-bas est exposé le divan ou le vélo de ses rêves. Il connaît le vendeur, si ça se trouve, il lui a même donné une entrée gratuite. Parce que, oui, il est client chez lui, mais au Comptoir c’est différent. Il bénéficiera à coup sûr d’un rabais «spécial Comptoir», en tout cas, ce sera plus décontracté qu’au magasin. Comme il n’y a encore pas trop de monde, il pourrait même boire un verre avec le patron. Mais c’est un peu tôt pour l’apéro, on va y aller, merci. Avec le frigo, il a aussi fini par acheter une machine à café.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Découverte d’un gigantesque cratère de météorite

Un gigantesque cratère formé par une météorite au Groenland, c’est l’importante découverte d’une équipe internationale de chercheurs, à laquelle l’Université de Fribourg a participé. L’impact a creusé une cavité de 31 kilomètres de diamètre cachée sous un kilomètre de glace. Les scientifiques ont travaillé pendant trois ans pour confirmer leur hypothèse, selon un communiqué ...