«Avec la fusion, on a appris à communiquer»

| sam, 28. déc. 2013
Dernier syndic de l’histoire de Cerniat, Pascal Andrey quittera ses fonctions le 31 décembre. La nouvelle commune de Val-de-Charmey naîtra officiellement le 1er janvier.

PAR CHRISTOPHE DUTOIT

«J’ai donné quinze ans à la collectivité. A 54 ans, je suis content d’avoir pris la décision de ne pas continuer. Ce n’est
pas bon de s’incruster. Il faut savoir partir à temps, car personne n’est indispensable.» Depuis quelques mois en effet, le syndic de Cerniat a choisi de ne pas poursuivre l’aventure de la fusion avec Charmey, au con-traire de Julien et Nicolas Charrière, les deux Cerniatins élus tacitement au Conseil communal de Val-de-Charmey.
Dernier syndic de l’histoire de Cerniat, l’agriculteur voit cette fusion des 2C comme un nouveau départ. «Si la commune de Cerniat disparaît officiellement le 31 décembre, celle de Charmey aussi, note pertinemment Pascal Andrey. On ne se fait pas manger par la grosse commune. On part ensemble dans une nouvelle aventure.»
Dans l’esprit des citoyens, une fusion est parfois synonyme de perte d’identité. Dans le cas de Cerniat, Pascal Andrey «ne voit pas de gros changements. L’administration communale déménagera certes à Charmey. Mais tout le personnel est réengagé et toutes les locations sont reprises.» Cerise sur le gâteau de mariage, le taux d’impôt des Cerniatins tombera de 1 franc à 89 centimes.


«Appris à communiquer»
«Durant ce processus de fusion, on a appris une chose: communiquer! Il est important de faire passer le message entre l’autorité et les citoyens. Il faut du temps pour expliquer les tenants et les aboutissants. Et, surtout, il est nécessaire de laisser aux habitants la possibilité de poser des questions.»
A ce propos, Pascal Andrey regrette que la grande fusion des 4C ait échoué. «On aurait dû y arriver d’un seul coup et j’espère que ça réussira dans quelques années. Mais je peux comprendre les habitants de Crésuz, qui craignent que leurs impôts augmentent.»
Acceptée en mars 2013 à une large majorité (77,5% à Cerniat et 66,6% à Charmey), la fusion de Val-de-Charmey a été rapidement acquise auprès de la population. «Je n’ai pas eu d’échos de gens déçus. J’ai l’impression que tout le monde respecte cette décision démocratique.»
Cette fusion des 2C est avant tout administrative. «Je peux comprendre les réticences qui se sont manifestées envers la grande commune. Les citoyens de Cerniat devront veiller à aller aux assemblées communales, à être actifs dans les commissions. Des promesses ont été faites pour les investissements à venir. Il faudra s’assurer qu’elles sont tenues.»


Une carte à jouer
Selon son syndic, le village de Cerniat a une véritable carte à jouer dans la nouvelle entité. «Nous avons une auberge, une salle communale de cent places, un petit commerce. Ce n’est pas négligeable.» D’ailleurs, une intersociétés de Val-de-Charmey a récemment été créée pour harmoniser la vie des sociétés locales.
A quelques jours de son retrait de la politique communale, Pascal Andrey ne regrette pas le temps consacré à la collectivité. «J’ai trouvé cette activité très enrichissante. En plus, j’ai toujours eu un excellent contact avec la population. Même s’il n’est souvent pas facile d’expliquer des problèmes de finances ou d’impôts, l’assemblée a toujours assez bien fonctionné.»
Et de se remémorer des moments assez difficiles, lorsque les finances étaient dans le rouge. «Lors d’une rencontre avec les employés du Service des communes, on leur a demandé si on était des mauvais gestionnaires. Ils ont répondu que non, il nous manquait juste des ressources à un certain moment. Il faut voir que, dans des communes rurales comme la nôtre, les réseaux de routes, d’eaux usées et d’eau potable sont immenses pour un très petit nombre de contribuables. Nous n’avions alors pas d’autres choix que d’augmenter les impôts.»

 

------------

Deux assemblées fixées
La nouvelle commune de Val-de-Charmey verra officiellement le jour le 1er janvier 2014, bien que son site internet ait déjà adopté le nouveau patronyme depuis quelque temps. En sus d’un apéritif public servi à l’administration communale le 3 janvier (17 h 30), les nouvelles autorités ont d’ores et déjà fixé les dates des deux prochaines assemblées communales. Le 10 février (à l’Hôtel Cailler), les citoyens nommeront les nouvelles commissions, avaliseront les budgets 2014 et adopteront un complément au règlement sur l’épuration des eaux.
La seconde assemblée est prévue le 14 avril (toujours à l’Hôtel Cailler) durant laquelle les citoyens se prononceront sur les comptes 2013 des deux anciennes communes, ainsi que sur les investissements 2014. En outre, l’assemblée devra harmoniser bon nombre de règlements communs. CD

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Le club où cohabitent rock, électro, théâtre…

L’Américaine Anna Burch lance ce samedi la saison des concerts d’Ebullition. Tour d’horizon avec le programmateur Thomas Van Daele, qui s’apprête à vivre sa deuxième année à la rue de Vevey.

ÉRIC BULLIARD

Après un premier week-end où se sont succédé une party et une soirée d’improvisation théâtrale, Ebullition retrouve le goût de la musique live ce samedi. «En septembre et en octobr...