Les feux rouges vont faire leur retour

| jeu, 13. fév. 2014
Les feux de signalisation permettent une bonne gestion du trafic, contrairement aux ronds-points. C’est la raison pour laquelle il est inévitable qu’ils fassent leur retour à Bulle.

PAR PRISKA RAUBER

Eh oui, les feux de signalisation – remplacés par les ronds-points, eux-mêmes remplacés par les priorités de droite – vont à nouveau imposer leur cadence sur les routes bulloises. Pas demain, mais après-demain. «A n’en pas douter, un système de régulation de la circulation devrait être mis en place à la prochaine grande construction génératrice de trafic, lâche Jean Hohl, l’ingénieur de ville. Et il n’y a pas d’autre système connu que les feux lumineux. Ce n’est pas moi qui le dis, mais les études et la technique.»
Une gestion du trafic sera nécessaire, notamment à l’entrée nord de la ville. Depuis la construction du centre commercial Pôle Sud, les tronçons alentour saturent déjà,
entre les véhicules, les bus et les élèves. Et dans ce secteur notamment, des grands développements, il y en aura sous peu: à la Toula, ce terrain de près de 12000 m2 situé en face de la Migros et du Rallye, où la Mobilière prévoit de construire des commerces, des bureaux et des appartements pour 2017. Et puis, le réaménagement du plateau de la gare (70000 m2 de terrain constructible), qui table quant à lui sur la construction de 100000 m2 d’habitations, 20000 m2 de bureaux et 20000 m2 de commerces dans deux lustres.


Vus comme une contrainte
Qu’ils soient rouges, verts ou orange, les automobilistes ont souvent une perception négative des feux, qu’ils voient «comme une contrainte», souligne le spécialiste de la gestion de la circulation Christian Jaeger. Il est l’un des directeurs associés du bureau team+, régulièrement mandaté par la ville pour son concept d’aménagement. «Or, les feux représentent le meilleur outil de régulation de la circulation. Comme avec des robinets d’eau, on peut donner la priorité à certains mouvements, à certains usagers, laisser la priorité aux bus ou aux voitures en fonction de l’heure.»
Alors pourquoi les avoir supprimés – les derniers, au carrefour de la Migros justement et devant Swisscom, ont disparu au début des années 1990 – pour installer des giratoires? «Les giratoires sont devenus à la mode, il y a une trentaine d’années, car les feux de l’époque étaient peu souples. Aujourd’hui, ce sont des outils performants, avec caméra de détection, possible programmation des variations des flux, etc.», indique Christian Jaeger (qui précise qu’il n’est pas en train de plancher sur la mise en place de feux en ville de Bulle).
Des feux permettraient donc d’éviter que le chaos en ville ne se répercute sur les axes extérieurs. «Si tous les véhicules avancent en même temps, ça sature au carrefour suivant, ajoute-t-il. En régulant le flux à l’entrée, derrière, la circulation est fluide.» Un tel système de contrôle d’accès existe dans beaucoup de grandes villes, comme Genève ou Paris.
Avec la disparition prochaine des petits veaux de la Toula et les feux de régulation de flux ou les bus urbains, Bulle s’éloigne de plus en plus de son statut de ville à la campagne.
 

Commentaires

Et combien cela coûte à la collectivité publique cette mode ? Feux-rouges, puis giratoire, puis priorité de droite et retour aux feux-rouges. Si certains ne savent pas quoi faire à la Ville de Bulle, j'ai des idées pour eux.
Pauvre Gruyère, je l'ai quittée il y a 25 ans pour me rendre à Genève. Je reviens visiter mes proches deux à trois fois par année. Jolis tous ces immeubles, et tout ce qui va avec, vraiment du grand art. Si les feux que j'ai connus dans les années 90 sont une vraie préoccupation, je vous souhaite bien du plaisir lorsqu'il faudra aborder l'insécurité liée à l'arrivée de tout se beau monde. Messieurs les politiques, restez raisonnables!!
Bulle une ville où rouler en voiture devient une sacrée mission...arrêtez de construire...et essayez de faire quelque chose de bien une fois....
Ayant circulé pendant 30 ans à Genève, j’ai été heureuse d’arriver en Gruyère, notamment à Bulle où la circulation est réglée par des ronds-points et non des feux, ce qui permet une circulation nettement plus fluide.
C'est vrai que les feux sont beaucoup mieux, car contrôlable à distance
Monsieur Hohl, vous plaisantez n'est-ce pas? Et depuis quand les routes à Bulle sont faites pour rouler après tous les obstacles que vous mettez.
Monsieur Hohl, devenez un adulte une fois pour toutes et cessez de suivre la mode en matière d'urbanisation comme le font les ados avec les fringues! Depuis quand la mode doit-elle être suivie dans ce domaine-là??
Quand on voit ce qu'ils ont fait devant la Condémine… Etant enfant, après de multiple accident, une barrière avait été installée afin de garder les écoliers à l'abri. Maintenant tout est libre. On pense qu'une zone 30 permet d'éviter les accidents? Je suppose que les petits n'ont plus le droit de jouer dans cette partie de la cours. Et les peintures rouges qui font l'objet de chutes pour les cyclistes et les motards par temps sec déjà! Imaginez quand c'est humide. Quant au rond point supprimé en-bas La Tour-de-Trême, combien d'accident déjà? Sans compter la confusion et l'insécurité qui y règne! C'est un scandale ce que ce monsieur a fait à cette ville! Créer des couloirs de bus et condamner des voies aux détriments des automobiliste! Est-ce vraiement la solution? N'aurait-il pas été mieux d'élargir les voies et permettre aux bus et automobilistes de circuler en harmonie avec une certaine fluidité? C'est une honte!
Il n'y a qu'une chose à faire, virer ce monsieur Hohl, il a tout faux depuis de nombreuses années !
Vive le bon vieux temps ! On n'arrête pas le progrès...

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Découverte d’un gigantesque cratère de météorite

Un gigantesque cratère formé par une météorite au Groenland, c’est l’importante découverte d’une équipe internationale de chercheurs, à laquelle l’Université de Fribourg a participé. L’impact a creusé une cavité de 31 kilomètres de diamètre cachée sous un kilomètre de glace. Les scientifiques ont travaillé pendant trois ans pour confirmer leur hypothèse, selon un communiqué ...