Conseillers généraux sous pression

| sam, 15. mar. 2014
Le Conseil général a accepté jeudi la vente des terrains de Montmoirin. Le vote a eu lieu à bulletin secret. Des élus dénoncent de fortes pressions.

PAR SOPHIE MURITH

Le quartier de Montmoirin et ses quelque 300 logements verront bientôt le jour. Après avoir contraint le Conseil communal à revoir sa copie en juillet 2013, le Conseil général de Châtel-Saint-Denis a accepté par 25 oui, 19 non et 3 nuls, la vente de trois parcelles, plus de 29000 m2 en tout, à la Caisse de prévoyance du personnel de l’Etat de Fribourg (CPPEF) et à la société Coliseum Immobilier SA.
Le syndic François Genoud, content «sans fanfaronner» de la décision, assure que le Conseil communal est sensible au faible écart des voix. «Nous en tiendrons compte dans nos communications futures.»
Le prix de vente du mètre carré est resté fixé à 300 francs, soit une retombée financière nette de 9, 5 millions de francs pour la commune. «Ce vote nous permettra de poursuivre les investissements prévus dans la planification financière, déclare Damien Colliard, grand argentier de la commune. Il retardera aussi une augmentation d’impôts.»
Une convention signée entre la commune, Gérard Vauthey, propriétaire d’une parcelle concernée par le développement de la zone, et la CPPEF, pose des conditions: pour l’adjudication de travaux d’un montant de 6,5 millions de francs, des entreprises locales de construction devront être privilégiées et les loyers modérés. Une demande expresse du Législatif pour endiguer la montée des prix des loyers à Châtel-Saint-Denis et offrir à des jeunes la possibilité d’y loger.


Sans discussion
Le Conseil général a également accepté un crédit d’investissement complémentaire pour l’étude des Plans d’aménagement et d’équipement de détail (60650 francs), ainsi qu’un crédit pour l’équipement de base du secteur Montmoirin (755000 francs).
Contrairement au premier passage de l’objet devant le Législatif, ces trois votes se sont déroulés sans grande discussion préalable, malgré une tension palpable. Et pour cause. «Des personnes impliquées dans la convention ont exercé des pressions plus ou moins sympathiques sur des conseillers généraux. Tous les groupes ont été touchés», dénonce Sarah Colliard (udc-pai). Elle ajoute que certains ont même été menacés de perdre leur place de travail en cas de vote négatif. «Je n’ai pas été touchée personnellement, mais ça a été trop loin, ça me révolte et m’attriste.»
L’élue a demandé le vote à bulletin secret. Une proposition acceptée par l’assemblée. Son collègue socialiste Jimmy Villard, qui a lui aussi relevé en plénum la situation particulièrement tendue autour de ce vote, parle même de «manières mafieuses. Dorénavant, nous exigerons le vote à bulletin secret pour tout objet sensible.»
Interrogé à l’issue de la séance, le syndic estime «normal que les citoyens agissent pour tenter de convaincre leurs élus, dans les limites de ce qui est acceptable». Pour lui, ces pressions n’ont pas joué de rôle dans l’acceptation de l’objet, au vu du résultat attendu après les séances des différents groupes.


Présidente récusée
Autre chamboulement dans le ronron habituel des conseils châtelois: un avis de droit émanant du préfet, après consultation juridique, a exigé la récusation de sa présidente, Annelyse Chaperon, lors de ces scrutins.
«L’entreprise de mon mari est située dans la zone touchée par le PAD», explique-t-elle. La décision, tombée le jour même à 15 h, l’a surprise. D’autant plus que cela n’avait pas été le cas en juillet dernier. «C’était le coup d’assommoir. Il a fallu réorganiser toute la séance.» Elle reconnaît toutefois que l’avis de droit a le mérite d’éviter les éventuels recours sur la décision. Jean-François Maillard, concerné par la vente d’une parcelle à la CPPEF, a également dû quitter la salle durant les discussions et les votes.

 

-----------------------

 

 

Commentaires

Toujours plus de monde: rien à dire, mais toujours pas de route de transit digne de ce nom, ça c'est la vue courte des édiles châtelois.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Chute mortelle dans les Préalpes

Un accident de montagne s’est produit dans la région de la Dent-de-Folliéran, dimanche en fin de matinée. Un homme de 28 ans domicilié dans le canton de Fribourg a fait une chute d’environ 200 mètres et a perdu la vie. Il se trouvait sur l’arête de Galère et cheminait en direction du Vanil-Noir.