Fribourg honore à son tour la photographe Vivian Maier

| jeu, 27. mar. 2014
Le Festival international de films de Fribourg débute vendredi avec le vernissage de l’exposition de Vivian Maier à la BCU. Les photos de cette nounou américaine n’avaient jamais été montrées avant son décès en 2009.

PAR CHRISTOPHE DUTOIT

Le 23 avril 2009, une petite annonce du Chicago Tribune fait part du décès de Vivian Maier, «partie paisiblement lundi dernier». Quelques jours plus tard, un jeune agent immobilier de 27 ans trou-ve enfin un nom écrit au stylo dans le fatras de négatifs qu’il a acquis aux enchères deux ans plus tôt: Vivian Maier. Coïncidence?
Oui et non. Jamais en effet John Maloof ne rencontra cette vieille dame de 83 ans, dont la fin de vie précaire fut sauvée de l’indifférence générale par trois garçons dont elle a été la nounou dans les années septante.
Aujourd’hui, à peine cinq ans plus tard, le nom de Vivian Maier figure au panthéon de la photographie. Alors même qu’elle n’a jamais montré ses images de son vivant et qu’elle n’a pris le soin de développer qu’une partie de ses films… A l’unisson de cette reconnaissance posthume, la Bibliothèque cantonale et universitaire de Fribourg vernit vendredi une rétrospective de cette Mary Poppins de la photographie, en partenariat avec le Festival international de films de Fribourg.
Lorsqu’on déguste la soixantaine de tirages exposés, une évidence se dessine: les éloges adressés depuis trois ans à la mémoire de Vivian Maier sont amplement mérités. Cette dame avait indéniablement l’œil pour cadrer ses images carrées avec le Rolleiflex qui ne quittait jamais sa bandoulière. «Elle devait avoir un sacré sens de l’humour, mais aussi beaucoup d’empathie pour le genre humain», note la photographe Mary Ellen Mark dans le documentaire Finding Vivian Maier, projeté la semaine prochaine à Fribourg.


Enfance dans le Bronx
Rien ne prédestinait toutefois la New-Yorkaise à entrer dans l’histoire du XXe siècle. Quelque temps après sa naissance en 1926, ses parents se séparent et sa mère s’installe dans le Bronx. Jamais elle ne nouera de contacts avec son père ni avec son grand frère.
Des six années d’enfance passées dans le village natal de sa maman dans le Champsaur (Hautes-Alpes), elle conserve un étrange accent français qui ajoute au mystère dont elle aime se parer. Après la guerre, elle travaille comme nounou pour diverses familles de Manhattan. Surtout, elle photographie de manière compulsive les enfants dont elle a la garde. Mais aussi des inconnus, saisis avec son appareil tenu sur sa poitrine, qui lui confère la vivacité du geste et la discrétion du regard.


Huit mois autour du monde
Au milieu des années cinquante, la longiligne demoiselle (jamais elle ne se mariera) s’installe à Chicago, après un voyage autour du monde, dont elle tait l’existence à son entourage, malgré les milliers d’images qu’elle en rapporte. Tout comme elle garde secrète la vente de la maison familiale du Champsaur, au terme d’un second voyage qui marque sa foi dans la photographie et son envie – hélas jamais assouvie – de faire tirer ses images par le magasin du village qui a publié ses clichés en cartes postales.
Cette constatation, John Maloof a mis plusieurs années à l’étayer. Car en 2007, au moment où il acquiert son premier lot, Vivian Maier n’est encore qu’une anonyme. Pour rentabiliser son achat, le jeune homme commence en effet à poster des images sur le site Flickr et vend des négatifs «à la pièce» sur Ebay. Très vite, son blog déborde de commentaires élogieux. Ce qui l’incite à en savoir davantage.
Il rachète dans la foulée les boîtes misées par les autres participants à l’enchère et amasse près de 100000 négatifs, des dizaines de films super-8 et des centaines de tirages de laboratoire. En outre, il met la main sur le garde-meubles qui contient, du sol au plafond, tout ce que Vivian Maier s’est acharnée à conserver de sa vie. Grâce à des reçus, il retrouve ainsi une à une les familles qui ont mandaté ses services de gouvernante, il trace non sans difficulté sa généalogie et découvre qu’elle s’entourait volontiers d’un voile de cachoteries, avouant parfois s’appeler Miss Smith à ceux qui lui demandaient son nom…
Ses pérégrinations sur les traces de la photographe, John Maloof les a documentées et mis en scène dans son film Finding Vivian Maier. Sous ses airs de jeune arriviste décomplexé, il cache mal sa méconnaissance première de la photographie et son envie de faire de l’argent avec son précieux trésor. Lui aussi d’ailleurs refuse de partager ses secrets et voit d’un mauvais œil qu’un concurrent, Jeffrey Goldstein, mette en ven-
te les 12000 vues de sa collection de Vivian Maier. John Maloof engage une énergie débordante dans ce projet, scanne des milliers d’images, mandate des spécialistes et contacte les galeries les plus réputées de Soho. Sans ce fol engouement ni l’assurance de tenir là un pan du patrimoine, Vivian Maier aurait sans doute gardé pour elle son ambitieux secret. Sans lui, les amateurs n’auraient jamais pu se délecter de ces images qui font désormais partie de l’histoire de la «belle image en noir et blanc», de la photographie de rue dans sa plus sublime expression.


Fribourg, BCU, exposition Vivian Maier photographe, vernissage vendredi 28 mars, 18 h 30. Infos: www2.fr.ch/bcuf
Projection du documentaire Finding Vivian Maier, de John Maloof: mardi 1er avril, 18 h 45 (Cap’Ciné) et mercredi 2 avril, 15 h (Rex 1)

 

---------------------

 

Le FIFF démarre samedi
Après des avant-premières à Berne mardi et à Fri-Son hier, le vernissage de l’exposition Vivian Maier marque le coup d’envoi du 28e Festival international de films de Fribourg (FIFF). La cérémonie d’ouverture a lieu samedi soir, mais les premiers films seront projetés, à Cap’Ciné et au Rex, à Fribourg, dès samedi midi. Jusqu’au 6 avril, près de 130 films de 46 pays seront présentés. Outre la compétition internationale (11 longs métrages de fiction et documentaires) et celle de courts métrages, les temps forts de cette édition sont un hommage au cinéma iranien, une carte blanche aux frères Jean-Pierre et Luc Dardenne, une autre à Slava Bykov sur le cinéma russe, un programme dédié à Madagascar… Le cinéma de genre est à nouveau à l’honneur, avec une série de 11 films catastrophe. La billetterie est ouverte sur www.starticket.ch et le programme complet se trouve sur www.fiff.ch. EB

Commentaires

Il convient peut-être de corriger le fait qu'en réalité John Maloof aurait pu rencontrer Vivian Maier mais volontairement il ne l'a pas fait. Qu'aurait-il fait de son investissement si, comme c'est tout à fait probable, Vivian Maier lui avait interdit la diffusion des images qu'elle avait gardées pour elle toute sa vie ?... Bien cordialement Les Amis de Vivian Maier

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Au volant d'une voiture volée, il s'enfuit par les rails

A Bulle, mercredi après-midi, le conducteur d'un véhicule volé a pris la fuite au moment où la police a voulu l'intercepter. Au volant, il n'a pas hésité à emprunter les voies de chemin de fer sur plusieurs centaines de mètres. Il a finalement été interpellé quelques instants plus tard.