Retrouvée, la pièce manquante du puzzle

| mer, 12. mar. 2014
Grosse surprise pour l’administratrice du Musée du papier peint. Un lai manquant est mystérieusement réapparu.

PAR SOPHIE MURITH

La chambre des deux amours du château de Mézières a retrouvé l’un de ses tableaux manquants. Quatre putti, ces angelots jouant à colin-maillard, pourront bientôt retrouver leurs camarades sur les murs de la bâtisse. «C’est un petit miracle, s’exclame Evelyne Tissot, administratrice du Musée du papier peint. C’était une pièce manquante très visible dans cette chambre.»
Coïncidence ou incidence des réseaux sociaux: impossible à trancher. Mais voilà deux semaines, en pleine vague des «Tu es de Mézières, si...», la fille d’Evelyne Tissot repère un poste sur la page Facebook dédiée aux nostalgiques du village. «Le message disait: “Tu es de Mézières, si tu t’es amusé au château à décrocher les papiers peints”, raconte l’administratrice. Je lui ai demandé d’envoyer une invitation générale à nous les retourner.»
Le 4 mars, quelle ne fut donc pas sa stupeur quand, au retour de la poste, elle découvre, enroulé dans un tube, un papier peint en parfait état de conservation. Elle reconnaît immédiatement le décor des bas de lambris de la chambre des deux amours.
Une pièce unique, car personnalisable, confectionnée en pulpe de chiffon et imprimée à la planche en camaïeu de gris. «Elle provient de la maison Réveillon de Paris, manufacture royale, et date de 1779.» Un catalogue de présentation, conservé au Musée parisien des arts décoratifs permet de l’attester. «Nous allons décider avec le conseil de fondation et la restauratrice de la meilleure façon de la remettre en place.»
Sur l’identité du mystérieux expéditeur, aucun indice. Aucune démarche ne sera entreprise pour le retrouver. «Cette personne a pris grand soin du papier peint. On peut même imaginer qu’elle l’a décroché par souci de préservation d’un patrimoine qui s’étiolait.»
Evelyne Tissot rappelle qu’entre les années 1970 et 1990, la bâtisse était ouverte aux quatre vents et tout un chacun pouvait y entrer, la pluie comme les curieux, qui n’hésitaient pas parfois à emporter un souvenir. Qu’ils peuvent désormais rendre au domaine public. Sans crainte de représailles.
 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Blessée par une vaste balafre, Bulle reçoit un nouveau cœur

Les Transports publics fribourgeois ont dévoilé hier le visage du futur bâtiment de la gare.

Il accueillera des commerces, des bureaux, des logements et un hôtel 3 étoiles.

Quant au Programme Bulle, ambitieux projet ferroviaire, il va connaître ses premiers chantiers.

JEAN GODEL

Maintenant, on entre dans le concret. Après six ans de gestation, la nouvelle gare de Bulle, déplacée de 500 m vers l’Ouest, se présente sous ses contours quasi d...