Bumotec échappe au non de Berne in extremis

| sam, 24. mai. 2014
D’intenses tractations menées par la DAEC ont convaincu Berne de retirer un recours contre la modification du PAL.

PAR JEAN GODEL

On a frisé la catastrophe dans le dossier Bumotec, cette entreprise sâloise qui cherche à s’implanter à Vuadens (La Gruyère des 29 septembre, 29 novembre et 13 décembre 2012). Lundi, l’ARE, l’Office fédéral du développement territorial, a déposé un recours auprès du Tribunal cantonal contre l’approbation, par le canton, de la modification du Plan d’aménagement local (PAL) de Vuadens instaurant une zone d’activité pour Bumotec dans le secteur des Kâ.
La Direction de l’aménagement, de l’environnement et des constructions (DAEC) ayant officiellement reçu ce recours jeudi matin, son directeur Maurice Ropraz a immédiatement invité la directrice de l’ARE Maria Lezzi à une réunion urgente. Tenue jeudi après-midi à la DAEC, cette séance a également réuni le préfet de la Gruyère Patrice Borcard, Giancarla Papi, cheffe du Service des constructions et de l'aménagement (SeCA), la Promotion économique du canton et le syndic de Vuadens Daniel Tercier.
Au terme de cette longue et intense discussion, l’ARE retirait son recours: «J’ai reçu le soir même une confirmation par mail de Maria Lezzi, suivie d’un courrier officiel vendredi matin, atteste Maurice Ropraz. Bumotec est sauvée des eaux!»


Trois motifs de recours
L’ARE avait trois raisons de faire recours, sensiblement les mêmes que celles qui avaient conduit les citoyens de Vuadens à un premier refus en septembre 2012. Principale pierre d’achoppement: l’atteinte aux surfaces d’assolement, ces bonnes terres agricoles dont la Gruyère, vu son altitude, est pauvre. Or, la zone des Kâ en constitue l’une des rares poches du district. «On a pu démontrer à l’ARE, raconte Maurice Ropraz, que le canton avait déjà approuvé, lors de récentes révisions de PAL, des déclassements de zones à bâtir et leur retour en zone agricole, en particulier sur des surfaces d’assolement.»
Autre point: le surdimensionnement des zones d’activité à Vuadens. «L’ARE avait des doutes sur la possibilité, pour la commune, de les agrandir, précise Maurice Ropraz. Il considérait que celles existantes suffisaient à accueillir Bumotec.» Or, il n’y a pas d’autre terrain à disposition que les Kâ, soutient aussi Patrice Borcard: «Toutes les surfaces situées dans la continuité de Planchy sont déjà achetées par des entreprises pour leur agrandissement.» Au terme d’un travail «de bénédictin», assure Maurice Ropraz, les Fribourgeois ont convaincu l’ARE qu’il n’y avait plus de zone libre et immédiatement constructible à Vuadens.
Le conseiller d’Etat révèle toutefois que ses services ont convaincu Vuadens de renoncer à ouvrir 90000 m2 le long de l’A12, comme d’abord prévu, et de se contenter des 33000 m2 correspondant à des besoins effectifs et immédiats. «Le risque aurait été de tout perdre.»


Une vraie logique
Dernier motif de l’ARE, celui d’une mauvaise pesée d’intérêts. Là, les défenseurs de Bumotec ont longuement insisté sur la nécessité de maintenir en Gruyère une entreprise de
150 emplois (250 à terme) à haute valeur ajoutée, dans un district à forte démographie.
Sous l’angle de l’aménagement du territoire, Maurice Ropraz a aussi rappelé que cette modification du PAL, effectuée sous l’empire de l’ancienne législation fédérale, avait une vraie logique: cette zone des Kâ fait en effet partie du plan d’agglomération de Mobul, approuvé par le canton et la Confédération, et se trouve dans un secteur (Planchy) considéré comme stratégique par le canton et classé zone d’importance cantonale. «Cette zone des Kâ se trouve là où elle doit l’être.»
Reste qu’au terme de cette longue entreprise de sauvetage, Maurice Ropraz reconnaît une «probable insuffisance d’informations et de communication» de la part des autorités communales dans un premier temps.
Pour Patrice Borcard, enfin, cet épisode montre comment, avec la nouvelle LAT, il faudra se battre pour trouver des surfaces de compensation à de nouvelles mises en zone. «La régionalisation est devenue impérative.» Elle est d’ailleurs à l’agenda de l’Association régionale la Gruyère. Enfin, le préfet salue la réactivité des services de Maurice Ropraz qui a permis de sauver 250 emplois en Gruyère.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Découverte d’un gigantesque cratère de météorite

Un gigantesque cratère formé par une météorite au Groenland, c’est l’importante découverte d’une équipe internationale de chercheurs, à laquelle l’Université de Fribourg a participé. L’impact a creusé une cavité de 31 kilomètres de diamètre cachée sous un kilomètre de glace. Les scientifiques ont travaillé pendant trois ans pour confirmer leur hypothèse, selon un communiqué ...