Carton jaune pour la gestion des déchets verts

| jeu, 01. mai. 2014
L’actuel stockage du gazon acheminé par les habitants est illégal. Le Service de l’environnement exige l’évacuation du site. La commune travaille à une nouvelle déchetterie, peut-être avec Corbières.

PAR JEAN GODEL

La commune de Hauteville a mal à ses déchets verts. Depuis trois ans, elle demande à ses administrés d’amener leur gazon dans un lieu d’entreposage visiblement inadéquat. A la sortie du village en direction de La Roche, les tas de gazon et de feuilles s’amoncellent en effet à l’abri d’un bosquet d’arbres recouvrant une cuvette, entre champs et route cantonale.
Plus ennuyeux, le dépôt est à même la terre, sans aucune dalle de béton à même d’empêcher les jus de compost de s’infiltrer dans le sol. Cela à une cinquantaine de mètres d’un ruisseau se jetant dans le lac de la Gruyère. Les moustiques virevoltent au-dessus de petits tas qu’un tracteur vient régulièrement pousser au fond, histoire de faire de la place. Cerise sur ce gâteau indigeste: par temps de pluie, toute l’aire se recouvre d’une boue peu engageante. Ce qui ne convient pas vraiment à bon nombre d’habitants qui pestent régulièrement, les pieds dans la gadoue.


Loi claire à ce propos
Bref, une situation qui rappelle la «belle» époque des décharges en plein air et autres «ruclons» sauvages. Et qui ne satisfait pas Marc Chardonnens, chef du Service de l’environnement (SEn), à qui La Gruyère l’a apprise: «De manière générale, stocker du gazon dans un trou et le laisser pourrir n’est pas admissible du point de vue légal.» Il existe en effet une série de lois et règlements, fédéraux et cantonaux, dont les principes généraux exigent le traitement adéquat des déchets, y compris des déchets verts.
Martin Gendre, collaborateur scientifique à la Section déchets et sites pollués du SEn, précise: «Selon la Loi sur la protection de l’environnement, il est interdit de stocker définitivement des déchets ailleurs qu’en décharge contrôlée.» Il y a aussi le Plan directeur cantonal qui pose les principes de la valorisation des déchets et de leur élimination respectueuse de l’environnement. Ainsi, les installations de traitement des déchets doivent-elles être «dûment équipées» et respecter «strictement» les conditions permettant de garantir la protection des eaux et la qualité des sols.
La Loi cantonale sur la gestion des déchets (LGD) oblige, elle, les communes à éliminer leurs déchets, y compris compostables, d’une manière respectueuse de l’environnement. Martin Gendre note d’ailleurs avec intérêt que dans son règlement communal, Hauteville reprend les principes du Plan directeur cantonal et de la LGD…
Mais ce n’est pas tout. En plus d’un Règlement sur la gestion des déchets et d’un Plan cantonal de gestion des déchets, le canton a, dès 1998, édicté des Directives techniques sur les déchetteries communales, très précises et qui s’imposent aux collectivités publiques. Pour le gazon et les déchets de jardin entreposés hors du périmètre des égouts, ce qui est le cas à Hauteville, il faut ainsi au minimum un stockage dans une benne étanche à l’abri des précipitations, sous un couvert ou munie d’un couvercle. On en est loin à Hauteville… L’idéal étant un stockage sur une surface imperméable à l’intérieur du périmètre des égouts.


Déchetterie en projet
Syndic de Hauteville, Jean-Marie Castella est conscient qu’urgence il y a. Et reconnaît qu’aucun contrôle d’une éventuelle pollution par les eaux de ruissellement n’est fait. Mais il rappelle aussi qu’un projet de nouvelle déchetterie est à l’étude depuis environ deux ans. Elle trouverait place à côté de la gravière située dans le secteur de Cheseau Levrat, en direction de La Roche. «Un endroit idéal», estime le syndic: à l’abri des regards, sans risque de désagréments par les odeurs, qui plus est à côté d’une gravière retenue comme site prioritaire pour une future décharge contrôlée pour matériaux inertes (DCMI).
L’automne dernier, le Service des constructions et de l’aménagement (SeCA) a pourtant préavisé négativement le dézonage prévu par cet avant-projet au motif que l’installation se trouverait en dehors de toute zone à bâtir.
Depuis, Hauteville a changé son fusil d’épaule en s’alliant à sa voisine Corbières, elle aussi déboutée par le SeCA dans son propre projet de déchetterie à côté du stand de tir. «Nous en sommes aux prémices, précise Jean-Marie Castella, mais nous maintenons notre projet d’une déchetterie – cette fois intercommunale et complète – à côté de la gravière.» Il espère convaincre le SeCA lors d’une vision locale à venir. «Ou alors qu’on nous dise où mettre cette déchetterie!»

 

----------------------------

 

Evacuation du site exigée


Martin Gendre s’est rendu sur place lundi après que La Gruyère l’eut informé de la situation à Hauteville. «Le syndic Jean-Marie Castella s’est montré très coopératif», témoigne le collaborateur scientifique à la Section déchets et sites pollués du Service de l’environnement (SEn).
Pour autant, insiste-t-il, Hauteville a l’obligation d’éliminer les déchets compostables produits sur son territoire. «Le cadre légal n’est pas respecté et il existe un potentiel de pollution.» Pas élevé, certes, étant donné que le stockage de gazon incriminé se trouve dans une petite cuvette: «Une pollution de la nappe phréatique ou du ruisseau voisin est peu probable. Reste un risque de pollution du sol et surtout des désagréments pour les voisins.» Lesquels n’étaient pas encore là lorsque le dépôt a été mis en place il y a trois ans, lui a expliqué le syndic.


Deux mesures urgentes
Martin Gendre va maintenant écrire un courrier officiel exigeant deux mesures. D’une part, l’évacuation urgente de ces déchets. Au vu de l’état avancé de décomposition d’une partie du stock, il ne sera plus possible d’en faire du compost. Mais ce lot devrait pouvoir être éliminé dans une installation de méthanisation ou partir en usine d’incinération. Pour les déchets encore compostables, Hauteville devra les acheminer soit vers une installation de compost en dur (il en existe deux dans le canton, à Posieux et à Galmiz), soit vers une installation de compostage en bord de champ.
D’autre part, le SEn demande qu’une solution temporaire de stockage soit mise en place en attendant l’ouverture de la déchetterie intercommunale que projettent Hauteville et Corbières (lire ci-dessus). Martin Gendre a enfin assuré le syndic qu’il se tenait à la disposition de la commune afin de trouver une solution temporaire qui la satisfasse, elle, autant que les services de l’Etat, et ce jusqu’à l’obtention du permis de construire pour la nouvelle déchetterie intercommunale. JnG

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Au volant d'une voiture volée, il s'enfuit par les rails

A Bulle, mercredi après-midi, le conducteur d'un véhicule volé a pris la fuite au moment où la police a voulu l'intercepter. Au volant, il n'a pas hésité à emprunter les voies de chemin de fer sur plusieurs centaines de mètres. Il a finalement été interpellé quelques instants plus tard.