L’HFR veut défendre sa part du gâteau

| sam, 31. mai. 2014
L’Hôpital fribourgeois (HFR) boucle l’exercice 2013 sur un résultat positif de 5,4 millions de francs. Ce dernier n’est toutefois dû qu’à une contribution en hausse de l’Etat.

PAR MICHELINE HAEGELI

«Nos comptes 2013 pourraient a priori laisser penser à une embellie», a dit hier devant les médias le président du conseil d’administration de l’HFR Philippe Menoud. Le Gruérien s’est appliqué à expliquer que la réalité est moins rose.
Selon lui, il n’est pas possible de passer sous silence l’importance répétée du financement transitoire octroyé par l’Etat: 51,9 millions de francs en 2013 et 42,9 millions en 2012. Or, le but à moyen terme pour l’HFR est de réduire ce montant à zéro, afin de répondre aux exigences de la LAMal. Affaire aussi d’apporter sa contribution à l’assainissement des finances de l’Etat.
Certes, l’activité de l’HFR reste stable. Le nombre de patients pris en charge continue d’augmenter (+6,6%). Mais la rémunération de cette activité est en baisse continue.  Le baserate de 10070 francs fixé par le canton pour 2013 va sans doute baisser dans un futur pas si lointain. Le chiffre de 9500 francs est dans l’air. «Plus de 10 millions de recettes sont en jeu», a souligné Philippe Menoud.  
Du côté du point TARMED, les choses ne sont pas réjouissantes non plus. L’HFR a salué la décision d’autorité du Conseil d’Etat de le fixer à 90 ct. pour 2013. le Gouvernement a admis qu’un tarif d’un franc devrait être appliqué à court terme dans le domaine des soins ambulatoires. Selon Philippe Menoud, il manquera près de 10 millions de francs tant que le point TARMED ne sera pas à un franc.
Ce n’est pas demain la veille dans la mesure où les assureurs ont fait recours contre les 90 ct. Ils ont également fait recours contre le baserate fixé par Fribourg. Les deux dossiers se trouvent devant le Tribunal administratif fédéral. «En attendant, nous n’avons pas d’autre choix que faire des provisions, en espérant évidemment ne pas avoir à les utiliser», a indiqué la nouvelle directrice de l’HFR Claudia Käch.
«Les perspectives demeurent donc plutôt sombres», n’a pas caché Philippe Menoud. Le mode de financement des hôpitaux ayant fondamentalement changé, il leur appartient de s’adapter ou de disparaître à long terme. «Entre les hôpitaux universitaires les plus proches, nous avons fait le choix de pérenniser la présence de l’HFR», a affirmé avec force son président. «Cela ne pourra se faire sans correction et adaptation de structures.»
Plusieurs mesures ont déjà été prises: le transfert de la maternité de Riaz à Fribourg, le déplacement des soins palliatifs de Châtel-St-Denis à Fribourg ainsi que la mise en place d’un transfert intersites doublé de la création d’un SMUR. «Ces premières mesures confirment la nécessité de changer le cap de gestion de l’HFR vers plus d’efficacité et d’efficience.»
Les dépenses salariales équivalant à près de 70% des dépenses totales, «il devient de plus en plus évident que la direction doit pouvoir bénéficier de plus de souplesse, si ce n’est de souplesse tout court, dans l’application de la Loi sur le personnel». Sans jamais oublier les acquis, dixit Philippe Menoud.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Chute mortelle dans les Préalpes

Un accident de montagne s’est produit dans la région de la Dent-de-Folliéran, dimanche en fin de matinée. Un homme de 28 ans domicilié dans le canton de Fribourg a fait une chute d’environ 200 mètres et a perdu la vie. Il se trouvait sur l’arête de Galère et cheminait en direction du Vanil-Noir.