Le village des jeunesses n’attend plus que sa cantine

| sam, 28. juin. 2014
A trois semaines du premier Giron cantonal des jeunesses fribourgeoises, les constructions sont sorties de terre. Préoccupation majeure: la recherche de bénévoles.

PAR THIBAUD GUISAN

Un tas de 500 m3 de copeaux attend d’être déversé à Farvagny. Une deuxième livraison, d’un même volume, suivra prochainement. Au total, c’est l’équivalent du tiers d’une piscine olympique qui sera étendu entre l’autoroute A12 et la route cantonale Bulle-Fribourg.
A moins de trois semaines du coup d’envoi du premier Giron cantonal des jeunesses fribourgeoises – le 17 juillet, jusqu’au 3 août – le village éphémère a pris sacrément forme. En trois mois, les principaux bâtiments sont sortis de terre. Dernière grosse pierre à l’édifice, la grande cantine (80 m de long par 40 m de large) sera montée à partir de ce samedi. «Le planning est respecté, se réjouit Vincent Neuhaus, le président du comité d’organisation. Les gros week-ends, jusqu’à 80 personnes ont travaillé sur la place de fête. En semaine, on était toujours entre 10 et 25.»


La moitié de bénévoles
Le président se dit serein. Le bémol, c’est les bénévoles. Au total, 6600 tranches horaires – de quatre heures – doivent être remplies. Or, seules 3400 plages ont trouvé preneur, soit juste un peu plus de la moitié (51%). «C’est préoccupant, mais ça ne remet pas en cause la tenue du giron, assure Vincent Neuhaus. Ça nous prend beaucoup d’énergie, mais on va y arriver. De semaine en semaine, on a des inscriptions supplémentaires. L’an dernier, la Cantonale vaudoise n’avait pas non plus rempli toutes ses tranches horaires avant le début de la manifestation.»
Les organisateurs ont battu le rappel auprès de 3500 sociétés locales du canton de Fribourg. «Elles seront rémunérées en fonction du bénéfice, d’après le nombre d’heures qu’elles ont travaillé.»


Un monstre de 60 tonnes
Attraction de ce giron, la tonnelle à trois niveaux trône au centre de la place de fête. D’un diamètre de 53 m et haut de
14 m, l’édifice est prêt depuis la fin avril. «Contrairement aux rumeurs, la tonnelle n’a jamais bougé d’un millimètre, souligne Vincent Neuhaus. D’ailleurs, toutes les constructions sont contrôlées par un ingénieur civil qui a supervisé leur mise en place.»
Le monstre de bois, qui pèse à vide près de 60 tonnes, repose sur 21 plots en béton. Histoire d’éviter qu’il s’enfonce dans le sol, composé de terre noire proche de la tourbe. «Par mesure de précaution, nous avons renforcé ces socles au mois de mai. Au total, 23 m3 de béton supplémentaire a été coulé.»
Le tunnel qui permet de ravitailler la tonnelle par-dessous est aussi en place. Encadré de panneaux de coffrage, il mesure un peu plus de 50 mètres. Un système de pompage automatique permet d’évacuer l’eau provenant du terrain marécageux des environs.
Une centaine de jeunesses participeront au cortège inaugural (19 juillet) et aux jeux des trois week-ends. Certaines sociétés gruériennes ont annoncé leur participation. Pour rappel, la Gruyère est le seul district à avoir maintenu son giron annuel. Les 30es Rencontres des jeunesses gruériennes ont d’ailleurs lieu du 3 au 6 juillet à Broc.
Cinq des dix jeux sont quasi prêts. Elément central: un toboggan de plus de 100 mètres de long qui épouse la pente du terrain. Sur le plan administratif, les organisateurs attendent encore l’autorisation d’exploiter: une patente K, qui doit être délivrée par la préfecture de la Sarine. La manifestation attend 80000 visiteurs et repose sur un budget de 2 millions de francs.


Programme complet sur www.farvagny2014.ch

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Chez la famille Gremaud, un quotidien digne d’une colo

Christelle et Laurent Gremaud viennent d’accueillir leur quatorzième enfant.

L’une des plus grandes familles de la Gruyère vit dans sa maison de Marsens une existence presque tranquille.

L’organisation familiale repose en partie sur la collaboration des plus grands qui se chargent avec plaisir de la garde des petits.

CLAIRE PASQUIER

FAMILLE NOMBREUSE. «Certains disent qu’on ne fait pas assez d’enfants en Suisse. D’autres qu’on est t...