Samuel Volery bat le record de Suisse de highline à Moléson

| sam, 07. juin. 2014
Le Zurichois de 29 ans a parcouru 90 mètres entre le sommet du Moléson et son restaurant sur une highline. La meilleure performance suisse était jusqu’alors de 80 mètres. Il s’est déplacé en équilibre sur une sangle de 2,5 cm de large.

PAR ANGELIQUE RIME


Pari réussi pour Samuel Volery. Vendredi, le Zurichois de 29 ans a battu le record de Suisse de highline. Il a parcouru nonante mètres sur une bande de polyester d’une largeur de deux centimètres et demi, tendue au-dessus du vide qui sépare le sommet du Moléson et son restaurant. Aller-retour.
«Installer une highline à cet endroit est une première! s’enthousiasme Claude Gendre, directeur de la société unebonneidee.ch, qui a organisé l’événement afin de marquer les dix ans de la société Tebicom. Ce que Samuel a réalisé est un exploit. Seule une poignée de sportifs suisses sont capables de le faire.» Principale difficulté de l’exercice: le manque de point de repères, nécessaires à l’équilibre. «Tout est ouvert, explique le Zurichois. Ici, il y a environ mille mètres de “gaz” jusque dans la plaine.»
Pour réussir ce défi, Samuel Volery a mis, techniquement, toutes les chances de son côté. Il s’y connaît d’ailleurs plutôt bien puisqu’il a créé. en 2009, une entreprise qui développe du matériel pour cette discipline. Vendredi matin, les préparatifs ont débuté aux alentours de 9 h 30. Etape cruciale, préparer les points d’ancrage. D’un côté, un des piliers métalliques de la terrasse du restaurant, une accroche «solide». De l’autre, des splits vissés dans la roche. «Elle est très friable, commente Samuel Volery. Nous avons cassé deux cailloux lors des tests.»
Deux sangles pendent dans le vide. «Nous en installons une principale et une de sécurité. Elle est attachée à deux pieux qui bordent le sentier pédestre.» Reste à les tendre. L’aide des touristes qui se promènent est nécessaire. Entre les deux points, une tension de 800 kilos. «Chaque sportif a sa tension favorite. C’est important de bien la tester, décrit Samuel Volery. De manière générale, la préparation est une étape importante. Je prends garde à faire les gestes lentement pour ne pas commettre de faute.»
Dernière étape avant que le funambule ne s’élance, coller la ligne principale à celle de sûreté. A la manière d’un cochon pendu, Samuel Volery la parcourt, un rouleau de toile adhésive à la main. «J’en pose environ un tous les mètres.» Le vent s’en mêle. Afin de «casser» son effet perturbateur, le jeune homme détend la sangle de sécurité. L’ensemble devient plus stable.

«Sans sécurité, tu es mort»
L’heure du premier essai approche. Samuel Volery enlève ses chaussures. Assis sur la sangle, une jambe en arc de cercle, il se lève. «Cet exercice est déjà extrêmement difficile», glisse Claude Gendre. Lentement, il avance. Avec comme seule sécurité, un mousqueton relié à une corde. Son assurance-vie. Ses bras dessinent des ronds dans l’air. Parfois, seuls ses doigts bougent. «Souvent, je compte mes pas, décrit Samuel Volery. Il ne faut pas que je sois trop concentré, sinon, ma tension augmente. Trouver la bonne mesure est difficile.»
Le corps du funambule commence à s’agiter. Il chute. Les touristes qui l’observent lâchent un cri, angoissés. «La dernière fois que j’ai eu peur, c’était dans les gorges du Verdon. J’étais sur la ligne pendant la nuit et je suis tombé. J’avais l’impression que je ne m’arrêterais pas», explique celui qui pratique la highline depuis quatre ans et la slackline depuis huit. «La seule différence entre les deux c’est qu’avec la highline, lorsque tu avances sans sécurité et que tu tombes, tu es mort.»  
Une pression qui convient très bien à Samuel Volery. «L’adrénaline me plaît dans ce sport. Dans mes loisirs, je faisais de la grimpe. Lorsque je regardais en bas, c’était certes impressionnant, mais je me tenais avec les mains. Sur la highline, tu n’as plus ces points d’accroche.»

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Blessée par une vaste balafre, Bulle reçoit un nouveau cœur

Les Transports publics fribourgeois ont dévoilé hier le visage du futur bâtiment de la gare.

Il accueillera des commerces, des bureaux, des logements et un hôtel 3 étoiles.

Quant au Programme Bulle, ambitieux projet ferroviaire, il va connaître ses premiers chantiers.

JEAN GODEL

Maintenant, on entre dans le concret. Après six ans de gestation, la nouvelle gare de Bulle, déplacée de 500 m vers l’Ouest, se présente sous ses contours quasi d...