L’examen d’entrée au CO cherche un remplaçant

| sam, 30. aoû. 2014
La procédure de préorientation, soit l’évaluation pour l’entrée au CO, sera l’objet d’un rapport en fin d’année, en vue de son remplacement. La nouvelle évaluation devra harmoniser le traitement des écoliers francophones et germanophones.

PAR MATHIEU MUSY

La PPO, ou procédure de préorientation, qui décide de la section des écoliers fribourgeois entrant au cycle d’orientation, va disparaître. L’examen qui la compose a suscité de nombreux problèmes.
Sous le concordat HarmoS, et face à la nouvelle loi scolaire qui en dépend, la PPO est inégalitaire entre les parties alémaniques et francophones. De plus, elle serait trop stressante pour les écoliers, leurs parents et les enseignants, selon la Direction de l’instruction publique, de la culture et du sport (DICS).
«Nous nous posons actuellement la question de la pertinence d’un outil aussi lourd que la PPO», déclare Hugo Stern, chef du Service de l’enseignement obligatoire de la langue française (SEnOF). Dès lors, une commission a été mandatée pour chercher, dès le 3 septembre, d’autres solutions pour remplacer l’actuelle procédure. Les résultats de l’enquête sont attendus pour la fin novembre.
La PPO est actuellement basée sur quatre indicateurs: l’avis de l’enseignant, les notes du premier semestre de la huitième année HarmoS (6e primaire), l’avis des parents et l’épreuve cantonale. C’est cette dernière qui est avant tout remise en cause. Les branches évaluées posent problème: alors que les francophones sont testés sur leurs connaissances en français, en mathématiques, en allemand et en environnement, les écoliers germanophones, eux, ne sont évalués que sur les mathématiques et l’allemand.
Gaëtan Emonet, dans la revue de la Société pédagogique fribourgeoise francophone du mois de juillet, explique que la pression est principalement présente sur les élèves francophones. Elle viendrait de la crainte des parents de voir leurs enfants limités dans leur avenir professionnel.
«Il semble que la voie de l’apprentissage est perçue plus favorablement en Suisse alémanique», explique Hugo Stern.
La DICS, dirigée par Jean-Pierre Siggen, essaie donc de mettre en place une harmonisation qui rééquilibrerait la procédure d’orientation. La commission bilingue, composée de représentants des enseignants, de directeurs d’école et d’inspecteurs scolaires a donc été mise sur pied pour étudier la question d’une nouvelle évaluation. L’examen seul ne sera donc pas remis en cause, mais bien toute la procédure qui oriente l’élève vers une section du cycle d’orientation. La tâche ne s’avère cependant pas aisée. En effet, le canton a ses exigences, mais il est déchiré en deux parties linguistiques, régies par autant de réglementations difficiles à accorder.


Fribourg versus Freiburg
La DICS est séparée en deux bureaux, SEnOF pour les francophones et DOA pour les germanophones. Alors que le canton de Fribourg francophone est inscrit dans le Plan d’études romand (PER), qui fixe notamment les objectifs de l’éducation obligatoire, Freiburg germanophone fait partie du Lehrplan 21, son pendant germanique.
Mais ces deux plans, pourtant directement issus d’HarmoS, ne sont pas si perméables. Bien que le PER soit d’ores et déjà en vigueur, le Lehrplan 21 est encore loin de sa mise en application, prévue à l’horizon 2017-2018.
A cela viennent s’ajouter d’autres difficultés: des exigences d’HarmoS, présentes dans la nouvelle loi scolaire. Des examens cantonaux sont au programme, annonce la DICS, alors que l’éducation est régie par région linguistique.
Pour pallier ce problème dans le cas du canton de Fribourg, Hugo Stern, actuel chef de la SEnOF, affirme travailler en étroite collaboration avec son collègue alémanique afin d’assurer une meilleure cohérence entre les bureaux représentant les deux langues. «L’idée est d’harmoniser et non d’uniformiser, dans une perspective de totale transparence et de respect des différences culturelles. La collaboration entre germanophones et francophones s’est intensifiée au cours des dernières années», note Hugo Stern.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Découverte d’un gigantesque cratère de météorite

Un gigantesque cratère formé par une météorite au Groenland, c’est l’importante découverte d’une équipe internationale de chercheurs, à laquelle l’Université de Fribourg a participé. L’impact a creusé une cavité de 31 kilomètres de diamètre cachée sous un kilomètre de glace. Les scientifiques ont travaillé pendant trois ans pour confirmer leur hypothèse, selon un communiqué ...