Le CO de Riaz ne sera pas opérationnel à la rentrée 2017

| jeu, 28. aoû. 2014
Le futur CO de Riaz sera inauguré avec une année de retard. Les travaux prendront plus de temps que prévu. Jusqu’en 2018, il faudra faire tenir près de 2000 élèves dans deux CO qui débordent déjà.

PAR JEROME GACHET

Après un été pluvieux, c’est encore la douche froide à l’heure de la reprise. Peu avant l’assemblée du CO de la Gruyère qui se tient ce jeudi à Bulle, les délégués des communes gruériennes ont appris une bien mauvaise nouvelle: contrairement à ce qui était annoncé, le Cycle d’orientation de Riaz, prévu pour 750 élèves, ne sera pas prêt pour la rentrée 2017, mais pour la suivante.
«Le retard devrait en fait être de cinq mois, mais cela nous oblige à reporter la mise en service d’une année», explique Jean-Bernard Repond, président de la commission de bâtisse.
Un retard qui s’explique pour des raisons techniques. Car si le projet des architectes lausannois Patricia et Graeme Mann Capua n’a pratiquement pas changé depuis sa dernière présentation, la construction durera plus longtemps que prévu. «Des calculs effectués par les ingénieurs entre mai et juillet, nous ont contraints de revoir certains points. Dans un projet de cette importance, nous ne sommes jamais à l’abri de soucis de ce genre», reprend Jean-Bernard Repond.


Les façades visées
Principal élément en cause, les façades vitrées. «Deux problématiques se posent: le bruit, avec la proximité de l’autoroute, et la chaleur, sujette à d’importantes variations. La solution est de poser une enveloppe complémentaire avec des éléments en béton. Ça ne coûtera pas beaucoup plus cher, mais ça prendra davantage de temps.»
Le système de ventilation a également dû être reconsidéré. «Après étude, il s’avère qu’il est préférable qu’il soit installé en sous-sol plutôt que sous la toiture, comme prévu initialement», poursuit Jean-Bernard Repond.
Dernier point évoqué, seules trois grues pourront être utilisées sur le chantier et non quatre. La configuration en U du bâtiment limite en effet le nombre de ces machines.


Un crédit de 81 millions
Toutes ces modifications ne devraient cependant pas entraîner de grands changements sur le plan financier. Ce jeudi, les délégués vont en effet se prononcer sur un crédit d’investissement de 81 millions de francs, soit, à un demi-million près, le montant qui avait été avancé en mai dernier.
Pour ce qui est du timing, en revanche, le coup est rude. «Une très mauvaise nouvelle face à laquelle nous ne pouvons pas faire grand-chose. Pour répondre aux besoins, nous avions mis la pression sur tous les acteurs. Nous savions que le calendrier était serré», affirme Patrice Borcard, préfet de la Gruyère et président de l’Association régionale la Gruyère (ARG). «Je me souviens que pour le CO2 de La Tour-de-Trême, il avait aussi fallu reporter l’inauguration de 2003 à 2004», ajoute Jean-Bernard Repond, déjà président de bâtisse à l’époque.
Cela fait plusieurs années que les cycles d’orientation de Bulle et de La Tour-de-Trême débordent de toutes parts. Aujourd’hui, on frise 2000 élèves dans l’ensemble des deux établissements.
«Une partie du problème pourra être réglée grâce aux quatre nouvelles classes qui seront ouvertes au CO de la Tour-de-Trême en janvier prochain. Mais ça ne suffira de loin pas», reprend Patrice Borcard.
Le préfet espère aussi que l’évolution démographique ne sera pas trop brutale lors des quatre années à venir. «Selon les prévisions de la démographe Anne-Christine Wanders, le boom devrait surtout intervenir lors de la rentrée 2019-2020. Espérons que cela se vérifie.»
 

Commentaires

Effectivement cela fait peur. Entre le préfêt qui prie pour que la population n'augmente pas avant 2020 (on fera quoi après), les coûts qui vont grimper et le manque de vision et de suivi d'un tel projet, on est mal parti. On se demande qui s'occupe de quoi réellement. Cela aura un impact sur la qualité des cours donnés pour nos enfants. Mais bon, pourvu que l'on construise partout. Ne faudrait-il pas freiner les constructions plutôt ?
Une enveloppe supplémentaire et une durée des travaux augmentée et tout ça pour le même prix? Y a-t-il des entreprises qui travaillent pour pas un sous ou va-t-on nous annoncer plus tard un dépassement de budget "imprévu"?
Pour vous donner une idée voilà ce qui ce disait au mois de mars: Quant aux coûts de réalisation d’un tel projet, personne ne prend pour l’heure le risque de le chiffrer. Une simple règle de trois permet toutefois de se donner une échelle de grandeur. Avec un coût moyen usuel estimé à 750 fr./m3, la facture finale ne devrait pas descendre en dessous des 50 millions de francs. Aujourd'hui on en est déjà à 81 millions et les ennuis ne font que commencer. Au fait le président de la commission de bâtisse était le même il y a 10 ans (à se demander s'il a été nommé à vie) et le retard était déjà d'un an ???
En lisant l'article on a vraiment l'impression que l'autoroute n'existait pas au mois de mai et que les variations de température sont une problématique typiquement gruérienne. C'est à se demander si on a affaire à des pros ou à de simples bracaillons.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Découverte d’un gigantesque cratère de météorite

Un gigantesque cratère formé par une météorite au Groenland, c’est l’importante découverte d’une équipe internationale de chercheurs, à laquelle l’Université de Fribourg a participé. L’impact a creusé une cavité de 31 kilomètres de diamètre cachée sous un kilomètre de glace. Les scientifiques ont travaillé pendant trois ans pour confirmer leur hypothèse, selon un communiqué ...