La clinique Garcia devenue un haut lieu de la recherche

| jeu, 27. nov. 2014
Les nouveaux locaux de l’Institut Adolphe Merkle favorisent les échanges pour le bien de la science.

PAR DOMINIQUE MEYLAN

On pénètre rempli de respect dans cet antre des nanosciences, un haut lieu de la recherche. A l’intérieur de l’Institut Adolphe Merkle (AMI), c’est pourtant une impression de simplicité qui se dégage. Et aussi d’ouverture et de dialogue, à l’image du bureau du directeur Christoph Weder. La porte est vitrée, invitant les collaborateurs à s’arrêter.
Inaugurés demain, les locaux de l’AMI, installés dans l’ancienne clinique Garcia à Fribourg, sentent encore le neuf. La salle blanche, où toute poussière est proscrite, n’est pas terminée et ça et là des ouvriers procèdent aux finitions. Mais le travail a déjà commencé et dans les laboratoires, les blouses blanches s’activent.
L’AMI se compose de deux parties distinctes. Dans un nouveau bloc, construit sur mesure, l’aménagement est moderne. Les laboratoires sont réunis au centre et chacun d’eux dispose d’un bureau en alcôve qui donne sur un couloir extérieur faisant le tour du bâtiment. Bien loin de l’image de rats de laboratoire, les chercheurs de l’AMI ne cessent de se croiser et de s’interpeller.
Et cela se passe en anglais la plupart du temps, tant les nationalités sont diverses. Vingt-deux pays sont représentés parmi la nonantaine de collaborateurs. Une trentaine de scientifiques devraient encore être engagés, dont le titulaire de la chaire de biophysique, la dernière à être pourvue.
Christophe, qui travaille sur la préservation du bois, se félicite de ce nouvel environnement, tout proche de l’Université. Après le déménagement de Marly, les instruments ont dû être recalibrés. «Cela prend un peu de temps pour que cela fonctionne», admet-il. «Nous avons déménagé en septembre et après quatre semaines, l’institut était opérationnel», rapporte son directeur Christoph Weder. Une telle opération ne va toutefois pas sans surprises. «L’air conditionné n’était pas assez puissant pour notre machine à rayons X», prend pour exemple le professeur.


Partie ancienne
Dans la clinique Garcia, qui constitue le second corps de bâtiment, quelques briques apparentes rappellent la façade de l’ancien hôpital. Au passage, on aperçoit le portrait de l’industriel Adolphe Merkle, le généreux donateur qui a permis la construction de ce centre fribourgeois d’excellence. Des baies vitrées relient les corps de bâtiment et offrent des puits de lumière aux collaborateurs venus boire un café.
Dans cette partie, l’aménagement est plus traditionnel, avec des bureaux, des laboratoires et des salles de conférences, qui se succèdent le long de couloirs rappelant l’univers hospitalier. «Il n’y a pas de laboratoire chimique, précise Christoph Weder. Il était impossible d’installer une ventilation sur les toits.» Au sous-sol, d’impressionnants microscopes à balayage électronique attendent les chercheurs. Pour éviter toute vibration, des sols spéciaux ont été installés.
A l’étage, on aperçoit derrière une porte vitrée Christoph Weder en pleine réunion avec des doctorants. Ce dernier se déclare enchanté de ses nouveaux quartiers. «Un jour, j’étais déprimé, mais arrivé ici, l’atmosphère très stimulante m’a fait changer d’humeur», raconte-t-il.
Réinvestir la clinique Garcia, un bâtiment protégé, a représenté beaucoup de contraintes pour l’AMI, en témoignent les tuyaux qui occupent les plafonds des couloirs, des installations totalement invisibles dans le nouveau bâtiment. Mais c’est aussi dans cette histoire que l’institut puise son âme.

 

-------------------------

 

Les nanomatériaux expliqués à tous
Différentes animations sont prévues samedi à l’institut Adolphe Merkle (AMI), à l’occasion d’une journée portes ouvertes. Les professeurs donneront des conférences sur leurs domaines de recherche. Albe Fink expliquera par exemple les applications médicales des nanoparticules.
Dans les laboratoires, le public pourra assister à des démonstrations. Autoréparation des surfaces rayées, changer la vie une couleur à la fois, l’impression biologique en 3D, préparer le bois pour un avenir fort sont quelques-uns des thèmes développés. Un laboratoire sera spécialement mis sur pied pour les enfants de 7 à 12 ans. Le public pourra également déambuler dans le bâtiment ou suivre une visite guidée. Des courts métrages et des vidéos sur les nanotechnologies seront encore proposés.
L’AMI est un centre de compétences internationales en matière de recherche dans les matériaux intelligents et les nanosciences. Les nouveaux locaux ont coûté environ 50 millions de francs. Avant leur déménagement à Fribourg, les chercheurs étaient installés à Marly dans l’ancienne usine Ilford. La clinique Garcia leur offre un emplacement privilégié à proximité de l’Université. DM

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Découverte d’un gigantesque cratère de météorite

Un gigantesque cratère formé par une météorite au Groenland, c’est l’importante découverte d’une équipe internationale de chercheurs, à laquelle l’Université de Fribourg a participé. L’impact a creusé une cavité de 31 kilomètres de diamètre cachée sous un kilomètre de glace. Les scientifiques ont travaillé pendant trois ans pour confirmer leur hypothèse, selon un communiqué ...