Le nouveau transformateur entre en fonction, par étapes

| sam, 29. nov. 2014
Dimanche, cela fera tout juste un an qu’une explosion sur le chantier d’UCB Farchim provoquait une grosse coupure d’électricité en ville de Bulle. L’enquête sur les causes de cet accident se poursuit.

PAR SOPHIE ROULIN

Le poste à haute tension de la gare a retrouvé son aspect d’origine. Celui d’avant le 30 novembre 2013, date à laquelle l’un des transformateurs qu’il abrite avait brûlé à la suite d’une première déflagration sur le chantier du centre biotechnologique d’UCB Farchim. Un an après cet accident, qui avait coupé l’électricité d’une bonne partie de la ville de Bulle durant plus de deux heures, un nouveau transformateur a pris place dans le bâtiment rénové de la route de la Pâla. Les derniers tests techniques sont actuellement en cours avant sa mise en service.
«Au niveau de la planification, nous respectons nos objectifs», note Claude Thürler, directeur général de Gruyère Energie SA (GESA). La volonté était en effet de voir entrer en fonction le nouveau transformateur avant l’hiver. «Nous disposons ainsi d’une plus grande marge de manœuvre pour équilibrer les charges en cas de grand froid.» La mise en service de l’installation se fera par étapes. «Doté d’un deuxième transformateur, le poste fonctionne déjà depuis février, précise le directeur. Nous travaillons donc comme lors d’une rénovation, sans conséquence pour nos clients.»


Quatre millions pour GESA
Quelques cellules entreront en fonction avant la fin de l’année, d’autres au début 2015. «Dès le mois d’avril, nous déplacerons le deuxième transformateur vers un autre poste et en installerons un de nouvelle génération sur le site de la gare, pour avoir les mêmes technologies», précise Dominique Progin, directeur technique et réseaux. Les dégâts provoqués sur le réseau par cet accident engendrent pour plus de quatre millions de francs de frais pour Gruyère Energie, dont un million pour l’achat des deux nouveaux transformateurs du poste de la gare.
Chacune de ces machines mesure 4,3 mètres de large par 5 mètres de haut. Elles transforment la tension de 60000 V qui arrive de la ligne du réseau Groupe E en tension de 18000 V. «Ce ne sont pas des équipements que nos fournisseurs ont en stock, indique Claude Thürler. On les achète sur la base d’un cahier des charges et d’un appel d’offres.» Celui du transformateur de la gare avait la particularité de demander un délai de livraison très court pour ce type d’objet.
«Tout s’est bien calé, reprend Dominique Progin. Nous n’avons attendu ni sur le transformateur ni sur la reconstruction du bâtiment.» Endommagés par le feu, les murs en béton du poste à haute tension ont en effet dû être restaurés. Les travaux ont débuté en mars pour se terminer début octobre. Dans les temps pour accueillir le transformateur, livré à la mi-octobre.
Mais GESA ne travaille pas dans l’urgence. Depuis le 19 décembre 2013, une redondance sur le réseau a pu être assurée par la création de deux liaisons avec le réseau de Groupe E, l’une en Planchy et l’autre entre Broc et Botterens. «Ça avait été notre priorité afin d’assurer la sécurité du réseau», souligne Claude Thürler.


Rien de nouveau avant 2015
Du côté d’UCB Farchim, le centre biotechnologique affiche un retard de dix mois à la suite de l’accident de novembre 2013. «On avance bien et les validations commenceront en janvier», indique Amer Jaber, directeur du site bullois, qui préfère regarder devant. Si l’entreprise pharmaceutique a avancé dans l’analyse des dégâts subis, elle ne fera pas de communication unilatérale sur le sujet. «Nous attendons les résultats de l’enquête.»
Ces derniers ne seront pas connus avant le début 2015. «L’un des deux experts désignés a été récusé», indique Raphaël Brenta, greffier-chef auprès du Ministère public. Un nouvel expert a été désigné fin août, mais son mandat n’a débuté formellement qu’à la mi-septembre. «Nous n’attendons pas de rapport de sa part cette année.»

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Chez la famille Gremaud, un quotidien digne d’une colo

Christelle et Laurent Gremaud viennent d’accueillir leur quatorzième enfant.

L’une des plus grandes familles de la Gruyère vit dans sa maison de Marsens une existence presque tranquille.

L’organisation familiale repose en partie sur la collaboration des plus grands qui se chargent avec plaisir de la garde des petits.

CLAIRE PASQUIER

FAMILLE NOMBREUSE. «Certains disent qu’on ne fait pas assez d’enfants en Suisse. D’autres qu’on est t...