Une clinique de réadaptation et un hôtel trois étoiles

| mar, 02. déc. 2014
Les citoyens de Gruyères ont découvert lundi soir le futur visage de la zone du motel. Elle devrait être composée d’un hôtel trois étoiles et d’un centre de réadaptation, initiative du groupe Orpéa.

PAR PRISKA RAUBER

La société Gévéa, filiale du groupe Orpéa, a présenté hier soir aux citoyens de Gruyères réunis en assemblée son projet de centre de traitement et de réadaptation. Une clinique privée de 60 lits, édifiée à Epagny, le long de la forêt, à la suite de l’hôtel trois étoiles qui sera construit sur les ruines de l’ancien motel par les frères Brodard. Après quoi l’assemblée a accepté (par 59 oui, 3 non et 6 abstentions) la vente d’une parcelle de 7850 m2, négociée par l’Exécutif à 155 francs le m2, non équipé. Soit un montant en faveur de la commune de plus de 1,2 mio.
Gévéa (524 établissements en Europe, 30000 collaborateurs et une augmentation du chiffre d’affaires au 3e trimestre 2014 de 29%, pour atteindre 630 millions de francs) entend donc investir à Gruyères entre 15 et 20 millions pour sa clinique privée. Elle comptera 30 lits destinés à la prise en charge de patients en rééducation cardio-vasculaire et cardio-respiratoire, ainsi que 30 lits destinés à des patients en soins de suite polyvalents. Il est également prévu dix places en hôpital de jour. «Les patients seront pris en charge par une équipe pluridisciplinaire de 75 salariés à temps plein: médecins, infirmières, physiothérapeutes ou neuropsychologues, mais aussi par des personnes en charge de l’hébergement et de la restauration», a communiqué Gévéa. «Ce qui correspond à 120 emplois», se réjouit le syndic Jean-Pierre Doutaz.
Pour rappel, le groupe Orpéa avait déjà tenté de s’implanter en Gruyère, à l’arsenal de Bulle, où il a été échaudé par les déboires financiers d’Abadia, la société de Michel Cailleau, anciennement propriétaire du site. Le projet du groupe était alors d’y exploiter une clinique de 80 lits, également dédiés à la réadaptation, ainsi qu’un EMS. Il a aussi analysé la possibilité de racheter le Rosaire, aux Sciernes d’Albeuve, avant de renoncer cet été.


Projets en cohérence
Hier soir, le projet hôtelier des frères Brodard, entrepreneurs à La Roche, a également été présenté, bien qu’il s’agisse de deux réalisations distinctes et que les citoyens n’auront leur mot à dire sur l’hôtel que lors de sa mise à l’enquête. «Mais nous voulions donner une information transparente, claire et complète sur cette zone», précise le syndic. A noter que les deux projets ont été pensés en collaboration – «le Conseil a exigé que l’ensemble présente une cohérence» – et qu’ils seront mis à l’enquête simultanément. En été 2015, espèrent les investisseurs, pour voir la construction débuter en 2016 et les ouvertures en 2017.
L’hôtel imaginé par les frères Brodard, pour un investissement de 14 mio, comptera trois bâtiments. Dans deux d’entre eux seront réparties 79 chambres et le troisième, le «socle», sera destiné aux activités commerciales: restaurant, salle de conférence, petits commerces et offre wellness. Le site accueillera également 82 places de parc, dont 66 seront souterraines, a précisé Paul Brodard. Qui a encore annoncé la création de seize équivalents plein-temps.
Dans leur concept architectural, ces projets hospitalier et hôtelier devaient tenir compte de la particularité des lieux, précise Jean-Pierre Doutaz. Jean-Claude Sulmoni, architecte mandaté par Gévéa, et Alexandre Delley, architecte en charge du projet hôtelier, ont donc travaillé sur des «volumes simples, des toitures plates, végétalisées, et des matériaux de teinte foncée, afin que l’impact visuel, notamment depuis le château de Gruyères, soit le moindre possible», relève le syndic.
C’est également la raison pour laquelle la parcelle en vente de 7850 m2 a subi un échange de zone. Les périmètres avancent ainsi moins vers le village, et longent davantage la forêt. «Une surface de 2667 m2 a été cédée à la commune par les frères Brodard pour zéro franc, après des négociations assez fermes, se félicite Jean-Pierre Doutaz. Et comme la surface totale modifiée correspond mètre pour mètre à la surface de la zone actuelle, l’opération est conforme à la nouvelle Loi sur l’aménagement du territoire. Cela nous a été confirmé par la Direction de l’aménagement.»

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Au volant d'une voiture volée, il s'enfuit par les rails

A Bulle, mercredi après-midi, le conducteur d'un véhicule volé a pris la fuite au moment où la police a voulu l'intercepter. Au volant, il n'a pas hésité à emprunter les voies de chemin de fer sur plusieurs centaines de mètres. Il a finalement été interpellé quelques instants plus tard.