Un village de chœurs au cœur de Bulle

| mar, 17. fév. 2015
Le week-end de la Fête-Dieu 2016 sera marqué par la deuxième édition de Tutticanti, la Fête fribourgeoise des chorales, qui entend transformer le centre-ville de Bulle en «village olympique» des chanteurs.

PAR CHRISTOPHE DUTOIT

Il reste encore 464 jours jusqu’à ce que Tutticanti mette en ébullition le centre-ville de Bulle. Quinze mois durant lesquels la Fête fribourgeoise des chorales affinera ses préparatifs et son programme, dont les premiers voiles ont été levés, samedi à Sâles, à l’occasion de l’assemblée générale de la Fédération fribourgeoise des chorales (FFC). «Sur le thème “Une tradition d’avance entre ciel et terre”, la fête se déroulera sur quatre jours, du 26 au
29 mai 2016, au centre-ville de Bulle, a expliqué Jean-Pierre Doutaz», président du comité d’organisation aux quelque 200 délégués présents.
«Notre idée est de réunir la grande famille des chanteurs dans une sorte de village olympique, un village de chanteurs autour de la place du Marché», annonce le député et syndic de Gruyères. Les concerts, les aubades, les ateliers et les passages devant jury auront tous lieu dans un périmètre restreint, de l’église Saint-Pierre-aux-Liens au château, en passant par le Conservatoire, Notre-Dame-de-Compassion, l’Hôtel de Ville et sans doute un chapiteau où devraient avoir lieu les trois représentations du Festival Grevîre, ce spectacle monté pour la première fois par l’abbé Bovet en 1930 qui fera l’objet d’une relecture de la part du chef de chœurs Michel Corpataux et du metteur en scène André Pauchard.


800 bénévoles attendus
Au-delà des quatre jours de fête proprement dite, Tutticanti mettra également sur pied une vingtaine d’ateliers, de longue haleine ou spontanés, qui débuteront pour les premiers dès le mois d’août prochain. Le délai des inscriptions individuelles ou en chœur est fixé au 22 février. «En outre, nous sommes encore à la recherche de
800 bénévoles», note Jean-Pierre Doutaz, qui prévoit un budget entre 700000 et 800000 francs pour cet événement musical.
Pour sa deuxième édition après Romont en 2011, Tutticanti est en effet l’occasion de rendre compte de la vigueur du chant choral en terres fribourgeoises. Avec ses 232 chœurs et ses quelque 7200 chanteurs (la plus grande association cantonale), la Fédération fribourgeoise des chorales fête en effet dignement son 10e anniversaire cette année.
La faîtière des associations de chorales a rappelé, par la voix de son président Christian Clément, son soutien à divers camps de jeunes, son partenariat avec la Banque cantonale de Fribourg (60000 fr. sur trois ans, près d’un demi-million depuis dix ans) et la prochaine mise en ligne d’une base de données des partitions et des fichiers audio de travail. Quant aux comptes de la fédération, ils bouclent sur un léger bénéfice de 5800 francs.
Entre deux chants d’ensemble et des prestations remarquées de La Concorde de Sâles, la FFC a remercié Thierry Dagon qui quitte la présidence de la commission de musique fribourgeoise pour siéger à celle de l’Union suisse des chorales. Deux vice-présidents ont été élus par acclamation à son poste, Dominique Rossier (membre du comité de la FFC) et le chef de chœur Pascal Mayer.


A vos tropaires
A noter que le Groupement des associations de céciliennes vient de mettre la touche finale à un document (cahier des charges, procédure d’engagement, formation) sur le rôle du chef de chœur, qui sera à disposition de tous les ensembles. Il annonce enfin préparer un prochain concours de composition pour stimuler la création liturgique. La forme du tropaire (stance, psaume, refrain) a été choisie, car elle est idéale en introduction de messe…

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Le club où cohabitent rock, électro, théâtre…

L’Américaine Anna Burch lance ce samedi la saison des concerts d’Ebullition. Tour d’horizon avec le programmateur Thomas Van Daele, qui s’apprête à vivre sa deuxième année à la rue de Vevey.

ÉRIC BULLIARD

Après un premier week-end où se sont succédé une party et une soirée d’improvisation théâtrale, Ebullition retrouve le goût de la musique live ce samedi. «En septembre et en octobr...