Le retour du héros

La Gruyère, en partenariat avec les archives de la Radio Télévision Suisse, présente un document consacré au retour triomphal d’Henri Chammartin, médaillé olympique.

Images. Aux JO d’été de Tokyo, en 1964, le sergent-major Henri Chammartin remporte l’unique médaille d’or helvétique lors de l’épreuve de dressage avec son cheval Woermann. A son retour en terre fribourgeoise, suivie par l’émission Carrefour, le cavalier est acclamé par la foule et les autorités lui remettent une nouvelle médaille en signe de reconnaissance. Deuxième plus jeune d’une fratrie de dix enfants, Henri Chammartin est né le 30 juillet 1918 à Chavannes-sous-Orsonnens. Il passe sa jeunesse à la ferme familiale où il acquiert les qualités nécessaires à un bon cavalier. Après son école de recrues dans l’artillerie de campagne, il obtient un poste d’aspirant préparateur à la Régie fédérale des chevaux à Thoune. En 1949, il rejoint le Dépôt fédéral des chevaux de l’armée (DFCA) à Berne. Il y travaille jusqu’à sa retraite en tant que préparateur de chevaux. Henri Chammartin est l’un des meilleurs cavaliers de dressage et participe à cinq reprises aux jeux Olympiques, remporte deux fois l’argent et deux fois le bronze avec l’équipe suisse de dressage. Puis ce sera la médaille d’or à Tokyo en 1964. Il est également deux fois de suite champion d’Europe, en 1963 et 1965. Il met un terme à sa carrière internationale en tant que cavalier de dressage après les jeux Olympiques de 1968 à Mexico.

Après sa retraite, il déménage avec son épouse dans une ferme du canton de Fribourg, puis retourne à Berne dans une maison de retraite. Il s’éteint le 30 mai 2011. GRU

Voir la vidéo
 

Vous pouvez voir ce document sur www.lagruyere.ch (voir sous Séquences d’archives) et découvrir d’autres archives des années 1954 à nos jours sur le site www.rts.ch/archives
 

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Dans le sud du canton, quatre sites éoliens retenus par l’Etat…

Le canton a inscrit sept parcs éoliens, pouvant accueillir jusqu’à 66 mâts, dans son Plan directeur, actuellement en consultation. Ceux-ci ont été sélectionnés selon des critères sociaux, environnementaux et économiques. Les sites du Cousimbert/La Berra et de Semsales notamment passent à la trappe.