L’EMS disparaît du projet immobilier de la Toula

| jeu, 23. avr. 2015
Cinq immeubles (136 logements) sur les six prévus seront mis à l’enquête dans une ou deux semaines. Les travaux devraient commencer au printemps 2016 et se terminer à l’automne 2018. Si la crèche et le centre médical sont toujours d’actualité, plus question d’y intégrer un EMS.

PAR JEROME GACHET

A la Toula, en face du Rallye et de Gruyère Centre, les grues vont bientôt remplacer les vaches et le bruit des bulldozers celui des cloches. Le projet sera mis à l’enquête d’ici une semaine ou deux, indique Marilyn Sterchi, responsable des investissements en immobilier en Suisse romande pour La Mobilière.
Le complexe comporte toujours six immeubles dont les dimensions et la hauteur (18 mètres) avaient été définies dans le cadre du Mandat d’étude parallèle (MEP). «Mais dans une première phase, nous construirons cinq bâtiments», précise-t-elle.
Changement de taille: l’EMS a disparu. «De notre point de vue, l’endroit était idéal pour un établissement de ce type, mais les communes y ont renoncé», reprend la Gruérienne.
«Avec une soixantaine de chambres, le projet répondait effectivement bien à nos besoins», explique Josiane Romanens, vice-présidente de la commission de district du Réseau santé de la Gruyère (Codemns) et conseillère communale à Bulle. C’est sur le plan financier que ça n’a pas fonctionné: «Les frais de location étaient trop élevés pour les communes.»
De l’avis du préfet de la Gruyère Patrice Borcard, les chiffres parlent d’eux-mêmes: «Sur une période de trente ans, il y avait plus de dix millions de francs de différence entre la location à la Mobilière et ce qu’il en aurait coûté aux communes en investissant elles-mêmes.»


Un projet d’EMS à Riaz
La Codemns, qui doit remplacer à terme trois établissements (Humilimont à Marsens, le foyer Saint-Germain à Gruyères et la Maison bourgeoisiale à Bulle), revient donc à son idée de construire son propre établissement. Un projet se dessine du côté de Riaz – comprenant soixante chambres environ, mais rien n’est décidé, annonce Josiane Romanens.
Sur la parcelle de la Toula (12000 m2), en revanche, la machine est lancée. Les travaux débuteront au printemps 2016 et devraient se terminer à l’automne 2018, soit une année plus tard que prévu.


«Un lieu ouvert au public»
Quatre bâtiments seront destinés à la location (109 logements) et un à la vente en PPE (27). L’idée est également de créer une rue marchande, en face de l’Hôtel du Rallye. Une surface totale de 2200 m2 est prévue à cet effet au rez-de-chaussée des différents immeubles. «Nous privilégierons les petites boutiques aux grandes enseignes, ajoute Marilyn Sterchi. Nous aimerions créer un lieu ouvert au public, vivant et dynamique. Un parc vert sera également accessible à tous.»
La Toula reliera alors la Grand-Rue de Bulle aux grandes surfaces du nord de la ville. La croix et la fontaine qui se trouvent à l’angle seront les seuls rescapés du passé de la Toula. Car la ferme, elle, va être rasée.
Il est toujours prévu d’intégrer une crèche et un centre médical. Leur présence est «très probable», selon Marilyn Sterchi. De plus, une société spécialisée dans la radiologie prendra ses quartiers dans l’un des immeubles. Un restaurant, un tea-room et une pharmacie pourraient aussi y trouver place. Pour le stationnement, un parking de 200 places sera construit en souterrain.
La Mobilière ne communique pas le budget du projet élaboré par le bureau lausannois CCHE Architectures et design SA. A l’époque, «A la croisée des chemins» – c’est son nom – était devisé à 74 millions de francs.
Quand ce chantier sera terminé, le groupe d’assurances étudiera la possibilité de bâtir un sixième immeuble, en face de Gruyère Centre.

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Val-de-Charmey se déchire

Incroyable rebondissement, lundi soir à Val-de-Charmey, à l'issue d'une assemblée communale fleuve qui s'est terminée peu avant 1 h du matin! Au final, la commune se retrouve dans l'impasse avec un conseil d'administration des Remontées mécaniques démissionnaire et un Conseil communal sans véritable solution.