Un pari ambitieux pour une première édition

sam, 06. juin. 2015

Quatre dancefloors pour autant de styles de musique, trente artistes dont une dizaine de renommée mondiale, 4000 personnes attendues, dix heures de musique non-stop, vingt tonnes de matériel…

PAR VALENTIN CASTELLA

Aujourd’hui dès 17 h, Espace Gruyè­re devrait faire office de place incontournable de la musique électronique. En effet, l’association Bombastick-Events ouvre les portes de la première édition du DanceSector Electronic Festival, qui ravira les amateurs de hardstyle, deephouse, trance remember et hardcore. Des organisateurs qui ont vu les choses en grand en occupant toute la surface du centre polyvalent bullois. Ils racontent les points importants au déroulement de cet événement.

L’origine du festival
C’est il y a deux ans que Jérôme Chavaillaz, président du comité d’organisation, a eu l’idée de lancer ce festival. «Nous voulions proposer quel­que chose de différent.» Une mise en place qui n’a pas été évidente. «C’est nouveau et il est difficile d’arriver dans une région où il n’y a jamais eu ce type d’événement», raconte Aurélie Chavaillaz, également membre du comité. Le Bullois de 28 ans continue: «Trouver du sponsoring a, par exemple, été difficile. Nous avons connu beaucoup d’embûches au niveau de l’organisation. Mais nous y sommes arrivés.»
Grâce notamment au soutien d’Espace Gruyère: «Sans son appui, nous ne serions pas là», confirme le président. La directrice Marie-Noëlle Pasquier en explique les raisons: «Il faut parfois prendre des risques. Leur projet est courageux et ambitieux, et nous avons décidé de devenir partenaires.»

Les finances
Jérôme Chavaillaz l’a dit: les sponsors ne se sont pas pressés au portillon. Pourtant, un budget de 435000 fr. a été nécessaire. Technique de pointe, location du matériel, publicité, cachets des artistes, qui peuvent flirter avec des montants allant de 15000 fr. à 20000 fr., sans oublier toutes les infrastructures annexes: autant de frais que les organisateurs ont dû assumer. «Nous nous sommes battus pour bénéficier du soutien de la ville de Bulle et de la Loterie romande, reprend Jérôme Chavaillaz. En vain. Nous avons donc investi nous-mêmes passablement d’argent.»
Impliqués personnellement, les membres du comité espèrent obtenir le succès escompté. «Nous pouvons tabler sur 700 prélocations, lance le président. Nous espérions mieux.» Lors de la première présentation du projet, 6800 personnes étaient attendues. Aujourd’hui, 4000 entrées sont espérées. «Nous restons confiants. Plusieurs per­son­nes nous ont confié que, dans ce genre de soirées, les gens achètent leur billet sur place.»

Les styles de musique
Quatre styles seront proposés. Jérôme Chavaillaz les décrit: «Le hardstyle est une musique assez dure. Le hardcore l’est encore plus. La deephouse & electro convient davantage à tout le monde. Quant à la trance remember, il s’agit de titres de trance des années 1990 à 2000.»

Les têtes d’affiche
Trente artistes seront de la partie. «Nous aurons la chance de voir à l’œuvre des DJ qui tournent à l’étranger. Des personnes connues mondialement», présente Jérôme Chavaillaz. Les organisateurs mettent en avant le Belge Coone, les Hollandais The Prophet, Psyko Punkz et Frontliner, l’Italien Anime et l’Allemand Alex Morph. D’autres artistes viennent compléter le programme, dont de nombreux Suisses.
De plus, les organisateurs ont prévu d’autres distractions comme, notamment, un cracheur de feu, de la pole dance et un spectacle de laser.

L’infrastructure
Chaque halle d’Espace Gruyère sera décorée de manière différente. Du fluo, des méduses géantes ou des monstres multicolores accrochés au plafond de la patinoire: voilà ce qui attend les participants. Au total, vingt tonnes de matériel ont été installées.
De plus, une partie extérieure à l’arrière du centre polyvalent a été aménagée. «Des associations, comme Reper, Nuit blanche ou Be my angel, seront présentes à cet endroit, précise Jérôme Chavaillaz. Elles feront de la prévention.»

Les horaires
Samedi, les premiers sons se feront entendre dès 17 h. «Nous n’avons pas reçu l’autorisation de poursuivre la soirée au-delà de 3 h, explique Coralie Grandjean, membre du comité. Pour offrir dix heures de musique, nous avons décidé de commencer assez tôt. Ce n’est pas commun, mais c’est un risque que nous avons pris.»

La sécurité
Autre question en suspens: la sécurité et le bruit occasionné: «Quarante agents de sécurité seront de la partie, expose Jérôme Chavaillaz. Ils circuleront à l’intérieur, mais également à l’extérieur lorsque la soirée sera terminée. Cela évitera des débordements en ville. Il paraît que la police sera également bien présente.»
Le président d’organisation rassure: «Normalement, il ne devrait pas y avoir de problèmes. Ce style de musique n’est pas réputé violent.»

 

------------------

 

La pression est énorme


A quelques heures de l’ouverture des portes de la première édition du DanceSector Electronic Festival, Jérôme Chavaillaz admet être tendu. Notamment en raison des prélocations, qui n’ont pas été à la hauteur des attentes. «La pression est énorme. Ma plus grande peur est de connaître l’échec. Nous nous sommes tellement investis dans ce projet.»
Le Gruérien sait que lui et son comité d’organisation sont attendus au tournant: «Nous avons subi une ribambelle de critiques en ce qui concerne les horaires, le prix des billets (n.d.l.r.: l’entrée est à 75 fr.), l’ordre des artistes, le fait que nous avons vu grand dès la première édition… Tous ces commentaires nous ont au moins appris une chose: il faut avoir confiance en son projet.»
Stressés, mais impatients que les portes s’ouvrent enfin, les membres de l’association organisatrice Bombastick-Events ne manquent toutefois pas d’ambition: «Notre premier objectif est que cette fête connaisse du succès. Ensuite, nous souhaitons la mettre sur pied une fois par année. Et puis, si tout va bien, pourquoi pas l’organiser une fois au printemps et une fois en automne.»
Enfin, à plus long terme, l’association souhaite se professionnaliser dans ce domaine spécifique. VAC

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Blessée par une vaste balafre, Bulle reçoit un nouveau cœur

Les Transports publics fribourgeois ont dévoilé hier le visage du futur bâtiment de la gare.

Il accueillera des commerces, des bureaux, des logements et un hôtel 3 étoiles.

Quant au Programme Bulle, ambitieux projet ferroviaire, il va connaître ses premiers chantiers.

JEAN GODEL

Maintenant, on entre dans le concret. Après six ans de gestation, la nouvelle gare de Bulle, déplacée de 500 m vers l’Ouest, se présente sous ses contours quasi d...