L’interdiction des feux est maintenue

jeu, 30. jui. 2015

Malgré la pluie de ces derniers jours, l’utilisation d’engins pyrotechniques et les feux en plein air sont interdits sur l’ensemble du territoire.


PAR VALENTIN CASTELLA

La pluie et la fraîcheur de ces derniers jours avaient suscité quelques espoirs pour les enfants. Mais non. Dans un communiqué, les autorités cantonales déclarent maintenir les restrictions en ce qui concerne les feux d’artifice et les feux en plein air. «Les sols restent extrêmement secs et le risque d’incendie est toujours très marqué», précise la police cantonale.
Lors des soirées du 31 juillet et du 1er août, les communes peuvent autoriser des feux d’artifice et des feux traditionnels sur des places prévues à cet effet, selon les normes de sécurité en vigueur, et sous la surveillance des sapeurs-pompiers. Les autorités précisent encore que, «même à ces endroits, seules les personnes possédant la formation adéquate peuvent utiliser des moyens pyrotechniques avec retombée à distance», comme des fusées ou des lanternes volantes.
Les privés pourront toutefois faire plaisir aux enfants, mais modérément. En effet, l’utilisation de moyens pyrotechniques statiques (vésuves, allumettes de Bengale) n’est autorisée que sur des surfaces non inflammables, soit sur des places goudronnées ou en gravier et situées à plus de 200 m des forêts, cultures et broussailles. La police cantonale informe que les contrevenants sont passibles d’une amende pouvant aller jusqu’à 50000 francs.
Des restrictions qui ont des conséquences pour les commerces, à l’image de Migros Neuchâtel/Fribourg, qui a pris l’option de ne proposer aucun feu d’artifice. «La vente de feux demande beaucoup de ressources durant une courte période, explique Sara Hinske, du service marketing. Compte tenu des restrictions, nous avons décidé de ne pas en vendre. Nous ne voulions pas prendre de risques.»
Sara Hinske poursuit: «En observant la météo de ces derniers jours, nous aurions peut-être dû prendre une autre décision. Mais, maintenant, il est trop tard.»


Une première
La décision de ne pas vendre de feux d’artifice est une première pour Migros Neuchâtel/Fribourg. «La prochaine fois, nous réfléchirons à un plan B.»
Du côté de Coop, le choix est le même: aucune vente ne sera effectuée, confirme Giovanni Iacomini, responsable de la communication. «Par principe de précaution.» Et de poursuivre: «Nous avons anticipé et décidé de jouer la carte de la prudence, car, en 2003, lors de la canicule, Coop Suisse romande avait vendu des feux d'artifice mais avait repris la marchandise à la suite de l’interdiction.»
De son côté, Aldi informe qu’elle a bien lancé sa vente comme prévu. Dans un communiqué, l’entreprise prie toutefois ses clients «d’assumer leurs responsabilités en s’informant sur le danger d’incendie».

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Blessée par une vaste balafre, Bulle reçoit un nouveau cœur

Les Transports publics fribourgeois ont dévoilé hier le visage du futur bâtiment de la gare.

Il accueillera des commerces, des bureaux, des logements et un hôtel 3 étoiles.

Quant au Programme Bulle, ambitieux projet ferroviaire, il va connaître ses premiers chantiers.

JEAN GODEL

Maintenant, on entre dans le concret. Après six ans de gestation, la nouvelle gare de Bulle, déplacée de 500 m vers l’Ouest, se présente sous ses contours quasi d...