Le CO à la recherche du temps perdu

| ven, 21. aoû. 2015

Les travaux du troisième Cycle d’orientation de la Gruyère, à Riaz, vont bien commencer. La bataille juridique a toutefois fait perdre beaucoup de temps au niveau de la construction. Une course contre-la-montre est lancée pour la rentrée 2018.

PAR VALENTIN CASTELLA

Les travaux du futur Cycle d’orientation de la Gruyère, à Riaz, vont enfin commencer! Prévus initialement au mois de mai, ces derniers, d’un coût de 81 millions de francs, avaient été retardés par le recours d’un agriculteur possédant des terrains jouxtant la future construction. Mais la décision du Tribunal cantonal, qui a balayé les arguments de l’opposant (La Gruyère du 20 août), a permis à la commission de bâtisse de donner le feu vert au début du chantier. «L’ordre a été donné de lancer les opérations, confirme le préfet Patrice Borcard. Les travaux vont commencer dans quelques semaines. Nous ne pouvons pas donner de date précise. La construction d’un CO est une machine gigantesque et il faut du temps pour qu’elle se mette en marche.»
La décision de lancer le chantier a été prise malgré un risque d’effet suspensif que pourrait provoquer l’opposant s’il souhaite poursuivre son recours auprès du Tribunal fédéral. «Il a trente jours pour utiliser cette voie», précise Me David Ecoffey, avocat de l’Association des communes de la Gruyère pour le Cycle d’orientation de la Gruyère (Asco). Il ajoute: «Ses chances de succès sont faibles étant donné que le Tribunal cantonal a déjà balayé ses arguments.» De son côté, Me Dominique Morard, avocat de la partie adverse, dit: «Nous n’avons pas encore fait l’étude de nos chances de succès au Tribunal fédéral.»


Une situation tendue
Si un premier pas a été effectué, l’Asco se trouve toutefois sous pression. Car le temps va lui être compté, pratiquement à la minute près. Le chantier aurait dû commencer il y a quatre mois déjà. «La situation est tendue», explique le préfet. Vice-président de la commission de bâtisse, Claude Cretton complète: «La construction va durer trente-sept mois. Nous ne possédons donc plus aucune réserve. Nous espérons ne connaître aucun problème sur le chantier et au niveau de la météo.»
Pour ne rien arranger à la situation, les intervenants précisent qu’il n’est pas possible de se concentrer prioritairement sur la construction des classes, les salles de gymnastique étant situées en dessous.
Si tout se déroule sans accrocs, le gros œuvre devrait être terminé à la fin de l’année 2016 et les salles ouvertes à la mi-août 2018, soit quelques jours avant la rentrée. «Une chose est certaine: nous n’allons pas lésiner sur la qualité pour gagner du temps», précise Claude Cretton.


La bataille pas terminée
Autres menaces: des oppositions au Plan d’aménagement de détail (PAD) et à la demande du permis de construire déjà déposées par l’agriculteur. Une réponse de la Direction de l’aménagement de l’environnement et des constructions (DAEC) concernant le PAD devrait d’ailleurs être donnée ces prochaines semaines. «Elles concernent les accès et ne devraient pas influer sur la construction des bâtiments», assure Me David Ecoffey.
La commission de bâtisse ne se fait toutefois pas trop d’illusions. Jusqu’au bout, elle devra se battre pour que le délai soit respecté. «Nous ne souhaitons pas mettre de l’huile sur le feu, temporise le préfet. La situation est déjà assez pénible. Mais nous savons que ce n’est pas terminé et que l’horizon peut encore être bouché.» Claude Cretton réagit: «C’est une prise d’otage sur le dos de la jeunesse!» Me Dominique Morard rétorque: «Notre attitude sera également dictée par l’avancement des pourparlers de délocalisation des infrastructures agricoles de mon client. Si les autorités avaient été plus promptes au dialogue, nous n’en serions pas là.»
En cas de retard, les 750 élèves ne pourront pas inaugurer le nouveau CO lors de la rentrée 2018. Les pavillons redeviendraient alors une solution. «Nous devrions renouveler les classes existantes et en créer dix supplémentaires, conclut le préfet. Le coût serait de 1,6 million de francs.»

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Le club où cohabitent rock, électro, théâtre…

L’Américaine Anna Burch lance ce samedi la saison des concerts d’Ebullition. Tour d’horizon avec le programmateur Thomas Van Daele, qui s’apprête à vivre sa deuxième année à la rue de Vevey.

ÉRIC BULLIARD

Après un premier week-end où se sont succédé une party et une soirée d’improvisation théâtrale, Ebullition retrouve le goût de la musique live ce samedi. «En septembre et en octobr...