Le Patenschaft comme alternative aux crédits LIM

| jeu, 06. aoû. 2015

L’entretien de leurs infrastructures coûte cher aux communes de montagne. Le Parrainage suisse pour communes de montagne leur offre une aide gratuite et souvent indispensable. Né durant la guerre, le Patenschaft Berggemeinden va fêter ses 75 ans d’existence.

PAR XAVIER SCHALLER

Aide suisse aux montagnards, Fond d’aide Migros, Parrainage Coop pour les régions de montagne, de nombreuses associations ou fondations proposent leur aide aux habitants des régions d’altitude. Mais pour les communes, depuis la fin des prêts LIM en 2008 – ces crédits sans intérêt pour les régions de montagne – ne reste guère que le Parrainage suisse  pour communes de montagne (Patenschaft Berggemeinden) pour financer les infrastructures de base.
«La Loi fédérale sur l’aide aux investissements dans les régions de montagne (LIM) devait permettre de lutter contre l’exode des populations, en développant les infrastructures basiques», explique Alain Lunghi, responsable de la politique régionale pour le canton de Fribourg. «En 2008, le retard était rattrapé, selon la Confédération, et la Nouvelle politique régionale a remplacé la LIM.» L’outil ne cible plus directement la montagne et soutient des projets à forte valeur ajoutée et jamais l’entretien.


Vive le Patenschaft!
«A Bellegarde, nous n’y arriverions jamais sans l’aide du Patenschaft», annonce le syndic Jean-Claude Schuwey. Privée, l’organisation a pour objectif «d’améliorer durablement la qualité de vie et les perspectives d’avenir de la population de montagne», selon sa directrice Barbla Graf.
Active depuis 1940, elle est devenue un partenaire important pour de nombreuses communes, notamment pour les travaux d’entretien des infrastructures. «Normalement, ils sont financés par des taxes», explique Gérald Mutrux, chef du Service des communes de l’Etat de Fribourg. «En raison de la topographie, ils sont souvent plus onéreux dans les régions de montagne.»
Le Patenschaft travaille à fonds perdus, avec des dons et non des prêts. «Il s’agit essentiellement de soutenir financièrement des projets de construction communaux urgents», détaille Barbla Graf. Alimentation en eau, canalisations, électrification, rénovations d’écoles, jardins d’enfants, protections anti-avalanches et autres. En 2014, près de 20 millions ont été distribués pour l’ensemble du pays, dont un pour le canton de Fribourg. Depuis 2008, ce sont près de six millions de francs qui ont été distribués aux communes fribourgeoise.


Selon la santé financière
Celles qui cherchent de l’aide présentent leur projet, qui n’a pas encore été réalisé, mais que l’assemblée communale a d’ores et déjà accepté. Des assurances de subventionnement et les comptes communaux doivent également être fournis au Patenschaft, car la santé financière de la commune joue un rôle important dans la décision finale.
Pour l’ensemble des travaux au centre du village, terminés cette année, Grandvillard a bénéficié de près de 350000 francs. «L’aide peut grandement varier, en fonction de l’intérêt du projet et de l’état des comptes», témoigne Daniel Schmoutz, syndic de Corbières. L’assainissement des canalisations et la nouvelle déchetterie de son village vont bénéficier cette année d’un soutien de 150000 francs.
«Les requêtes que nous acceptons ont toutes été vérifiées bénévolement par les membres du directoire et nos experts, qui les ont jugées dignes d’être subventionnées», explique Barbla Graf. «Ces derniers sont souvent des retraités: anciens directeurs d’usine, ingénieurs ou cadres des grandes administrations», note Jean-Claude Schuwey.
Pour la traversée de Bellegarde, un canton alémanique a offert, par l’entremise du Patenschaft, 400000 francs. Une rallonge de 106000 francs arrivera cette année encore. «Lorsque nous avons préparé le financement de ce projet, le village devait encore débourser un million, note le syndic. Nous espérions une aide, mais nous n’aurions jamais pensé toucher autant.»
Depuis 1970 et la construction d’une nouvelle école, Bellegarde fait régulièrement appel au parrainage. La commune va d’ailleurs organiser une fête en son honneur, en septembre, pour le 75e anniversaire.
L’association étant historiquement plus active en Suisse orientale, les communes alémaniques du canton l’ont plus sollicité. «Les localités ne nous informent pas spécialement de ce genre de démarches, note Gérald Mutrux. Nous avons un regard éloigné sur ce sujet. Nous faisons néanmoins partie du Patenschaft et le canton verse une contribution annuelle de 20000 francs.»
Selon sa présidente Nadia Savary, l’Association des communes fribourgeoises ne s’implique pas non plus dans ces dossiers: «Depuis que je suis à la tête de l’association, le thème n’a jamais été abordé. C’est une problématique spécifique à certaines communes.»
Bellegarde, Plasselb, Oberschrot, Planfayon et Dirlaret seront soutenues en 2015 côté alémanique; Corbières, Hauteville et Saint-Martin, côté francophone.
Pour la construction d’un trottoir et de deux abribus, cette dernière va recevoir 100000 francs. «Nous avons essayé sans trop d’espoir, confie le syndic Gérard Buchs, mais le dossier a abouti.» Comme disait la loterie française: 100% des gagnants ont tenté leur chance.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Blessée par une vaste balafre, Bulle reçoit un nouveau cœur

Les Transports publics fribourgeois ont dévoilé hier le visage du futur bâtiment de la gare.

Il accueillera des commerces, des bureaux, des logements et un hôtel 3 étoiles.

Quant au Programme Bulle, ambitieux projet ferroviaire, il va connaître ses premiers chantiers.

JEAN GODEL

Maintenant, on entre dans le concret. Après six ans de gestation, la nouvelle gare de Bulle, déplacée de 500 m vers l’Ouest, se présente sous ses contours quasi d...