Les communes gruériennes refusent d'augmenter leur part pour la puériculture

| jeu, 26. nov. 2015

La Croix-Rouge ne pourra pas développer son service de puériculture et conseils aux parents en Gruyère. Lors de l'assemblée du Réseau santé et social (RSSG), les délégués ont refusé d'augmenter leur part de 2,5 à 3,5 francs par habitant. Ils comptent ainsi protester contre l'Etat qui a réduit sa participation.

Seize des vingt-trois communes ont suivi la position du Comité de direction du RSSG. «Nous déplorons le fait que l'Etat ne concourt pas à l'évolution des coûts, mais aussi son désengagement», expose William Horner, le président du RSSG. L'Etat a en effe diminué sa part de 2 à 1 franc par habitant.

Le préfet Patrice Borcard a insisté sur le fait que c'est les enfants qui seront punis et non l'Etat. Les communes ne l'ont pas suivi sur ce point. A noter qu'aucune d'entre elles n'a mis en doute la nécessité d'un tel service. Il perdurera, mais avec des effectifs qui ne seront plus en phase avec la croissance démographique.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Mais c’est quoi le problème avec la piscine de Bulle?

En juillet, la ville de Bulle annonçait qu’elle reportait d’une année les travaux de rénovation de sa piscine extérieure. En cause: une procédure retardée par huit oppositions. Le bruit que pourraient produire la piscine et ses nouvelles infrastructures préoccupe.