Un deuil auréolé de honte

| mar, 10. nov. 2015

La mort d’un animal, souvent le compagnon fidèle et tolérant d’une vie, peut créer un vide douloureux et plonger son propriétaire dans un deuil particulier, à l’image d’un vrai deuil, avec la notion de honte en plus. La psychiatre Sibylle Bolli a creusé le sujet et offre son obligeance. Interview.

PAR PRISKA RAUBER

Lorsqu’un animal décède, son absence peut créer un vide très douloureux. Mais le travail de deuil est souvent difficile, car incompris et sous-estimé, donc auréolé de honte. Pourtant, estime la Dr Sibylle Bolli, la souffrance est bien réelle. La psychiatre lausannoise a creusé le sujet et propose des consultations spécifiques ainsi que des conférences sur le deuil animalier. Prochain rendez-vous samedi, à 13 h 15, dans le cadre du Salon du mieux-vivre, à Fribourg.

Deuil animalier: le mot «deuil» n’est-il pas trop fort?
Non, les gens qui ont perdu un animal vivent vraiment un deuil. Ils entrent dans un processus qui ressemble beaucoup à ce que l’on peut vivre à la mort d’une personne avec qui l’on avait une relation forte. En fait, c’est l’attachement et tout ce que l’on a pu vivre avec l’autre, que ce soit une personne ou un animal, qui nous fait entrer dans un processus de deuil.

Tout de même, quand on entend «la mort de Minette m’a plus bouleversée que la mort de mon grand-père», vous admettez que cela peut choquer!
Oui. Celui qui s’entend très bien avec son grand-père va être choqué, bien sûr. Mais celui qui ne s’entend pas du tout avec son grand-père pourra comprendre. Ce n’est pas forcément avec son grand-père que l’on a la relation la plus forte parmi les êtres qui nous entourent. Les gens sont pris entre la nécessité de se comporter de façon acceptable socialement – les valeurs de la famille sont importantes, socialement – et le besoin d’exprimer leur chagrin. Il faut déjà un certain penchant pour le défi pour dire «je préférais Minette que grand-papa»! Mais je peux comprendre que cela puisse choquer.

Vous estimez que ce qui importe, c’est l’intensité d’une relation et pas l’objet de cette relation?
Oui. J’aime bien cette définition du deuil. Il y en a beaucoup, mais celle-ci me plaît: elle dit que le deuil est une réaction émotionnelle et comportementale, tout à fait normale, déclenchée lorsqu’un lien d’amour est rompu. Je crois vraiment que l’on peut avoir une relation d’amour avec un animal.

Encore un mot fort!
Bien que les animaux ne parlent pas, ils sont tout à fait capables de ressentir des émotions complexes, cela a été démontré au niveau biologique. Et les émotions sont un élément important dans une relation. Un moyen de communication très fort entre les espèces. Sans compter qu’un animal peut remplir beaucoup de rôles auprès de nous. Il est là quotidiennement, il nous montre énormément d’affection, il est en général très constant dans ce qu’il donne. Il traverse avec nous des périodes de notre vie qui ne sont pas forcément évidentes. Et puis, on partage avec lui des joies très simples du quotidien. Tout ceci mis ensemble engendre un lien fort.

Se voir souffrir davantage à sa mort qu’à la mort d’un humain demeure quand même difficile à avouer…
C’est en effet un sujet tabou. Les gens vivent ces deuils avec beaucoup de pudeur et ont souvent de la peine à en parler, même à leurs proches.

Au-delà de craindre d’entendre «ce n’était qu’un animal», eux-mêmes pensent donc qu’ils ont une réaction disproportionnée...
D’eux-mêmes, ils peuvent le croire, en effet. Il peut arriver que les gens soient débordés par la force des émotions qu’ils ressentent à la mort de leur animal. Ils cachent alors parfois volontairement leur chagrin de peur qu’on se moque d’eux, ou parce qu’ils pensent qu’ils doivent en avoir honte.

Parfois le regard des autres est jugeant…
Les personnes endeuillées peuvent entendre des réflexions très dures. Comme «prends le même, ça fera l’affaire» ou «tu n’as qu’à arrêter le cheval si c’est trop dur», s’entendrait dire une adolescente qui a perdu sa monture. Devant une personne endeuillée, les autres sont aussi mis devant leur propre sentiment d’impuissance. Ils ne sont pas forcément confortables eux-mêmes avec l’idée de perdre un être cher.
Mais on peut débattre: un animal vaut-il moins, ou plus, qu’un homme? On pourrait hiérarchiser, d’après le poids de leurs cerveaux ou d’après la complexité de leurs relations sociales! Sauf que dans les relations, les classements ne marchent pas. Il ne s’agit pas des mêmes logiques. Peu importe que je ne puisse comprendre. Finalement, ce qui compte, c’est la réalité subjective vécue par la personne qui est en deuil.

Raison pour laquelle vous dites qu’il ne faut pas avoir honte de cette souffrance?
Le deuil est un processus, une transformation de la perte vers quelque chose d’autre. Je pense que l’une des clés est en effet d’accepter les émotions qui sont présentes et de les laisser s’exprimer, de ne pas les mettre de côté. Ça peut être profond, ça peut être violent. Mais l’important, c’est que cela reste un processus qui aboutit à un retour à la vie. A un moment donné, le fait qu’un animal ait vécu devient plus important que le fait qu’il soit mort.

Constatez-vous un manque d’accueil général face à la souffrance?
Il est clair que la mort n’est pas un sujet facile à aborder dans la société, dans la nôtre en tout cas. Je suis d’ailleurs toujours très reconnaissante envers les gens qui viennent à mes conférences, parce que je sais qu’il leur a fallu un certain courage pour venir, et parce qu’il n’est pas facile de parler de ce sujet. Si les gens pleurent, souvent aussi, ils me remercient, parce que ça fait du bien d’en parler et de pouvoir exprimer ses interrogations et ses ressentis.

Que conseille le médecin que vous êtes pour traverser ce deuil? Reprendre un animal?
Cela dépend de chaque situation. Les personnes sont différentes, notamment dans le temps dont elles ont besoin pour vivre leur deuil. Je pense cela dit qu’il vaut mieux avoir fini son deuil pour reprendre un animal, au risque d’une relation compliquée, au début, avec son nouvel animal. Ce dernier sentira bien qu’il n’a pas complètement sa place.
D’autre part, je pense que les rites sont des aides au processus de deuil. On peut récupérer les cendres de son animal – il y a beaucoup de demande pour cela – et procéder à un rite personnel.

Et que devrait-on dire à un enfant qui vient de perdre son chat ou sa tortue, et qui en est bouleversé?
Ça dépend de l’âge de l’enfant, car ils n’ont pas tous la même compréhension de la mort. Mais dans tous les cas, il faut être très honnête, employer des mots qu’ils comprennent. S’ils sont petits et ne s’expriment pas encore bien, leur donner un moyen d’expression, comme le dessin, peut être bénéfique. Un autre point est d’être attentif les semaines qui suivent la mort de l’animal. Car certaines manifestations peuvent arriver plus tard. Ce peut être des troubles du sommeil ou un manque d’appétit. En tous les cas, il est bon de ne pas sous-estimer sa souffrance.

 

Enterre Minette dans son jardin ou l'incinérer

Quand Minette meurt, si aucune mesure particulière n’est prise, elle sera envoyée par le vétérinaire ou conduite par son propriétaire à l’usine de déchets carnés (à Broc, Romont et La Joux pour le Sud du canton). Ses restes seront ensuite transformés en combustible, notamment pour les cimenteries. Leur utilisation à des fins d’alimentation animale est interdite depuis le scandale de la vache folle.
Si l’idée que Minette soit associée à «déchet carné» vous fait frémir, sachez que les animaux jusqu’à 10 kilos peuvent être enterrés dans votre jardin. A condition que l’on respecte certaines précautions: fosse suffisamment profonde et suffisamment éloignée des points d’eau. Dans son propre jardin, pas dans celui de son bailleur sans son autorisation ou dans la forêt.

A moins que ce soit ses cendres, qui peuvent être répandues n’importe où. En Suisse romande, le Crématoire animalier de Lausanne, créé en 2010 par Samuel Debrot, président de la SPA vaudoise (SVPA), procède à ces incinérations. Une fois l’animal réduit en cendre, le propriétaire peut décider qu’elles soient répandues dans le Jardin du souvenir de la SVPA ou de les récupérer pour les répandre ou pour les garder dans une urne. Depuis cette année, les membres de la SPA de Fribourg y bénéficient de tarifs préférentiels. La crémation étant une solution que la société protectrice des animaux préconise, pour qui veut «une fin digne pour son animal». La crémation de Minette, sans récupération des cendres, leur en coûtera 30 francs, contre 60 francs pour les non-membres. Avec récupération des cendres, les prix vont de 100 francs (pour un chat ou un chien de moins de 10 kg) à 330 francs pour un chien de 70 kg (390 francs pour les non-membres).
Quant aux cimetières pour animaux, ils se comptent, pour toute la Suisse, sur les doigts d’une main. Si la société tolère de mieux en mieux ces crématoriums et autres jardins du souvenir (en 1990, Samuel Debrot avait dû démonter une petite installation pionnière d'incinération à Vufflens-la-Ville (VD), alors que vingt ans plus tard, l’ouverture de son centre a été saluée par la ville de Lausanne, le public et les vétérinaires), elle n’en est pas à accepter qu’offrir de vraies sépultures à des animaux devienne convenu.

Commentaires

Bjr.. Oui, tout est question de relation.Quant à la hiérachie des êtres vivants, cela me parait simple: les animaux peuvent parfaitement vivre sur terre sans les humains (qui détruisent la pla nète), or le contraire n'est pas possible... Alors les endeuillés, qui ont déjà leur culpabilité n'ont pas besoin d'entendre "ce n'était qu"un chien, c'est pas pareil". Non, ce n'est pas pareil, c'est pire!
Bonsoir, je suis venue sur ce forum le 15 novembre 2015, pleurant ma chatoune morte 3 jours plus tôt. Aujourd'hui, 21 juin 2018, j'ai toujours tellement mal. Son absence reste si cruelle. Il ne me reste que les centaines de photos que j'ai fait d'elle. Nous avons il y a presque deux ans adopté deux autres petits chats. Je les aime, je leur fait des câlins mais elles n'ont jamais comblé le néant qui est en moi. J'ai lu qu'il existait des deuils pathologiques...Mais pour les humains, pas pour les chats... Je n'en parle à personne bien sûr. J'aurais trop honte de me plaindre pour "un chat" à côté de toutes les tragédies de ce monde.
Qui peut m'aider à atténuer cette douleur? Mon chat est mort, écrasé par une voiture jeudi dernier. J'ai mal j'ai mal j'ai tellement mal. Notre relation pouvait être qualifiée de fusionnelle, j'avais besoin de la voir et de l'avoir toujours tout près de moi, elle me suivait partout dans la maison, dans le jardin, comme un petit chien. J'ai besoin d'elle je suis trop triste aidez moi, elle me manque je vais devenir folle. Je fais marcher la chattière pour me rappeler son arrivée. Je culpabilise de ne pas l'avoir rappelée plus tôt jeudi. Je culpabilise de pleurer "un chat" quand d'autres pleurent leurs enfants. Je suis prends du Xanax depuis jeudi soir, je ne dors pas, je ne mange pas, je pleure jour et nuit. Je voudrais tellement la sentir dans mes bras. Je me sens vide et seule.
Oui, là est le point le plus essentiel : la douleur ne dépend pas du fait qu'il s'agisse d'un animal ou d'être humain, mais bel et bien de la relation que l'on avec l'animal ou l'être humain. J'ai perdu 2 êtres très proches en un an d'intervalle. La douleur est terrible. Parce que je les aimais très forts. Parce que j'ai partagé plein de choses avec eux. En revanche, il y a également eu des décès dans ma famille de personnes que je ne voyais que très rarement (un oncle, un grand-père) et leurs décès à eux ne m'a pas affecté. En revanche, si j'avais eu un animal avec qui j'avais tout partagé et que j'avais aimé très fort, sa mort m'aurait touché. Donc oui, tout dépend du lien d'amour... Plus ce lien est fort, plus la souffrance est terrible. Je n'ai jamais eu d'animal de compagnie, mais j'ai aussi vécu un chagrin d'amour très douloureux il y a plusieurs années (une personne que j'aimais a déménagé et je ne l'ai jamais revu). Sur le moment, la souffrance a été aussi atroce que lorsque j'ai perdu deux personnes très chères à mes yeux par la mort des années plus tard... La seule différence, aujourd'hui, je ne ressens plus rien pour elle, alors que les êtres chers qui sont passés de l'autre côté me manqueront jusqu'à ce que je les rejoigne. Mais je dis ça , tout simplement pour dire qu'il ne faut jamais minimiser une douleur quelle qu'elle soit. Après, on peut tenter de relativiser sa situation en la comparant à d'autres, mais relativiser, pas minimiser !!
Félicitation pour votre article Je l'ai partagé sur la page Facebook Deuil animalier/PetLoss Je vous invite à découvrir le site deuilanimalier.com
Merci pour cet article. On ausculte trop souvent l'impact du départ d'un compagnon à quatre pattes sur nous les humains. On a le droit d'être triste, de pleurer sans que l'on nous juge pour cela ou pire que l'on se moque de nous (bah ce n'est qu'un animal !). Les animaux captent très bien nos sentiments si l'on prend la peine et le temps pour cela.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Chez la famille Gremaud, un quotidien digne d’une colo

Christelle et Laurent Gremaud viennent d’accueillir leur quatorzième enfant.

L’une des plus grandes familles de la Gruyère vit dans sa maison de Marsens une existence presque tranquille.

L’organisation familiale repose en partie sur la collaboration des plus grands qui se chargent avec plaisir de la garde des petits.

CLAIRE PASQUIER

FAMILLE NOMBREUSE. «Certains disent qu’on ne fait pas assez d’enfants en Suisse. D’autres qu’on est t...