De nouveaux bâtiments pour «maintenir les emplois»

| jeu, 17. déc. 2015

L’entreprise R. Morand & Fils SA emménage dans ses nouveaux locaux à Enney le 4 janvier. Un déménagement de près de 500 tonnes de matériaux que la société de construction métallique orchestre depuis plusieurs mois. Dans des bâtiments trois fois plus grands que l’usine de La Tour-de-Trême, elle a pour objectif de rester compétitive face à la concurrence.

PAR VALENTIN CASTELLA

Des dizaines de cartons, du nettoyage, une cave à vider, une camionnette à louer et beaucoup de soupirs. Un déménagement n’est jamais une mince affaire. Imaginez maintenant cette action à l’échelle d’une société composée de 200 employés traitant dans le domaine de la construction métallique. Le défi est encore plus grand. C’est ce qu’est en train de vivre l’entreprise R. Morand & Fils SA. Le 4 janvier, elle aura définitivement tourné la page touraine et commencera ses activités dans ses nouveaux bâtiments situés à Enney.
Un nouveau départ que les dirigeants orchestrent depuis plusieurs mois. «Cela fait depuis septembre que nous préparons ce déménagement», explique Pierre Castella, directeur administratif et financier. Pour la société, il était primordial de bien gérer ce changement radical, notamment au niveau de la production: «Cette semaine, tous les employés sont concernés par le déménagement, poursuit Pierre Castella. Ensuite, ce sera les vacances. Finalement, la production n’a été stoppée qu’une semaine.»
Aujourd’hui sur le site de La Tour-de-Trême, les locaux sont pratiquement vides. Quant à l’administration, elle plie bagage aujourd’hui et demain. «Tout a été mis en place pour que l’entreprise puisse pratiquement suivre son rythme normal», continue le directeur Nicolas Morand.
Le changement de lieu terminé, il sera temps de prendre ses marques dans les nouveaux locaux. «Afin que la mise en route soit efficace et que le rendement ne soit pas trop perturbé, les collaborateurs ont déjà été formés pour utiliser les nouvelles machines installées à Enney, informe Nicolas Morand. Bien sûr, il y aura un temps d’adaptation. Mais il sera le plus court possible.»
Au total, entre 450 et 500 tonnes de matériaux ont été déplacés. Ces chiffres comprennent les machines et le stock d’acier.


Rester compétitifs
C’est en 2011 que la société a pris la décision de changer d’air. «Nous n’avions plus le choix, indique Nicolas Morand. Pour répondre à la demande et rester compétitifs face à la concurrence suisse et étrangère, un nouveau bâtiment était indispensable. Le site de La Tour-de-Trême devenait trop exigu. A Enney, nous pouvons continuer notre développement et bénéficier d’une plus grande automatisation. Notamment au niveau de la charpente métallique. Grâce à nos nouvelles machines, nous pouvons assumer des délais plus courts et donc devenir plus performants.»
Prendre ses quartiers sur une surface trois fois plus grande que l’ancienne n’est toutefois pas synonyme d’augmentation du chiffre d’affaires. «Selon la conjoncture actuelle, il est pratiquement impossible de l’augmenter, révèle Nicolas Morand. Le maintenir est déjà un exploit.» N’est-ce pas frustrant d’investir près de 20 millions – sans compter l’achat des nouvelles machines – pour ne pas voir son volume de transactions progresser? «Oui, bien sûr. Mais on se dit que tout ce qu’on a entrepris permettra de maintenir nos emplois. C’est le plus important.»
Autre fait non négligeable: la motivation des collaborateurs: «Nous avons essayé d’impliquer tout le monde et on sent une certaine euphorie, constate Pierre Castella. Les gens sont contents de travailler dans un nouvel environnement, d’avoir plus d’espace et de meilleures conditions.»


Nostalgie et appréhension
Une page longue de trente-cinq ans se tourne pour l’entreprise et Nicolas Morand, qui vacille entre deux sentiments: «Il y a une certaine nostalgie, c’est sûr. Je ressens également de l’appréhension, car nous avons investi beaucoup d’argent dans ce projet. Mais je suis confiant, car nous pouvons compter sur une bonne équipe. La motivation démontrée par les employés nous a convaincus que nous pouvions aller de l’avant.»

 

----------------------

 

L’efficacité comme mot d’ordre
Le 4 janvier, les collaborateurs de l’entreprise R. Mo­rand & Fils SA bénéficieront d’un nouvel outil de travail construit sur une surface de 26000 m2. La halle principale, de 8000 m2 au sol (165 x 50 mètres) abritera les secteurs de la charpente métallique, de la serrurerie et de la tôlerie. «La chaîne de production est davantage mécanisée», explique Pierre Castella, qui, lors de la visite, a insisté sur le fait que le gain en efficacité était l’objectif principal. Il poursuit: «Notre halle, deux à trois fois plus grande que l’ancienne, regroupe désormais toute notre production. Les matières se trouveront également à l’intérieur, ce qui permettra de gagner du temps. Et puis, tous les bureaux, d’une surface totale
de 2000m2 et qui accueilleront 70 personnes, se situent désormais dans un bâtiment administratif construit à côté de l’usine. Les connexions seront plus aisées.» Ces nouveaux locaux, d’une surface au sol de 10000 m2, sont également considérés par l’entreprise comme un outil de promotion: «Nous avons mis en avant notre savoir-faire, tout en accordant une importance particulière à l’écologie, avec la pose, sur le toit, de 8000 m2 de panneaux photovoltaïques», informe Pierre Castella.
Quant à l’usine de La Tour-de-Trême, son avenir est encore incertain. «Nous nous concentrons sur l’ouverture à Enney. Ensuite, nous communiquerons sur sa prochaine affectation», précise Nicolas Morand. L’entreprise quitte également Vuisternens-en-Ogoz, où elle louait une halle d’environ 3000 m2. «Toujours par soucis d’efficacité, tout a été regroupé sur un site», conclut le directeur général. VAC

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Découverte d’un gigantesque cratère de météorite

Un gigantesque cratère formé par une météorite au Groenland, c’est l’importante découverte d’une équipe internationale de chercheurs, à laquelle l’Université de Fribourg a participé. L’impact a creusé une cavité de 31 kilomètres de diamètre cachée sous un kilomètre de glace. Les scientifiques ont travaillé pendant trois ans pour confirmer leur hypothèse, selon un communiqué ...