Sanctionné pour son attitude

| mar, 22. mar. 2016

Le préfet de la Glâne a clos l’enquête administrative exigée par le Conseil communal de Mézières à l’encontre de son vice-syndic, Johannes Hummel. Après la sanction des urnes ­– les protagonistes principaux ont été évincés le 28 février – Willy Schorderet lui inflige un avertissement sévère.

Jusque-là, il reste conseiller communal. Ses dossiers du dicastère des constructions demeureront confiés à Blaise Seydoux et à Silvio Keller, comme depuis le 23 octobre 2015. Johannes Hummel conserve le droit de participer aux séances et d’accéder aux bâtiments communaux. Les frais de procédure de 21000 fr. seront mis à la charge de la commune.
Le rapport final des enquêteurs, daté du 22 février, recommandait la révocation du vice-syndic en cas de réélection. S’il n’a pas violé le secret de fonction, il n’a pas respecté la collégialité, selon les conclusions de Mes Jean-Dominique Sulmoni et Maryline Boson Sulmoni. Ces derniers ont considéré qu’il avait gravement nui au bon fonctionnement du Conseil communal. «Johannes Hummel manque de savoir être dans ses rapports aux tiers. Il peine à travailler en équipe.» Comme le 5 janvier, lorsque devant le refus de ses collègues de modifier un procès-verbal, il a frappé la table en hurlant.
Le rapport a aussi permis de mettre en lumière des irrégularités dans la gestion administrative de la commune. Il est rappelé au Conseil communal son devoir de collégialité et son obligation au secret de fonction. Il lui est conseillé de rafraîchir ses connaissances législatives. Le préfet prescrit une meilleure conduite formelle de ses séances et le vouvoiement de circonstance. Un représentant de la préfecture assistera aux trois prochains débats pour veiller à leur sérénité. «Après la constitution du nouveau Conseil, cette mesure ne sera plus utile.»
L’avocat de Johannes Hummel, Julien Membrez, déclare son client «scandalisé». Ce dernier n’exclut pas de faire un recours. «Il voudra peut-être se représenter un jour à cette fonction qui lui tient à cœur.» Le vice-syndic reproche aux enquêteurs d’avoir retenu, à tort, l’existence d’un conseil parallèle, formé avec les nouveaux conseillers communaux élus en juin 2015 et dont il aurait été l’instigateur. Il conteste avoir dénigré le syndic et ses collègues. Quant à ses critiques, il estime qu’elles relèvent de sa liberté d’expression. Par la voix de son avocat, Johannes Hummel a encore confirmé envisager de déposer une plainte pour diffamation contre le syndic Eric Girardin. SM

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Chez la famille Gremaud, un quotidien digne d’une colo

Christelle et Laurent Gremaud viennent d’accueillir leur quatorzième enfant.

L’une des plus grandes familles de la Gruyère vit dans sa maison de Marsens une existence presque tranquille.

L’organisation familiale repose en partie sur la collaboration des plus grands qui se chargent avec plaisir de la garde des petits.

CLAIRE PASQUIER

FAMILLE NOMBREUSE. «Certains disent qu’on ne fait pas assez d’enfants en Suisse. D’autres qu’on est t...