Le Conseil communal pas emballé par la stratégie des Remontées mécaniques

| mar, 05. avr. 2016

En présence de 250 personnes environ, la séance d'information sur l'avenir des remontées mécaniques s'est tenue dans le calme lundi soir à Charmey. Le Conseil communal a toutefois fait part de ses importantes réserves face à la stratégie élaborée par le Conseil d'administration.

Après les conclusions de Daniel Fischer, l'expert externe, et celles de Bruno Charrière, président du Conseil d'administration des Remontées mécaniques, le Conseil communal a livré sa position. Sans se déterminer clairement, il a fait part de son scepticisme face au concept proposé. Pêle-même, il s'inquiète de la baisse d'intérêt des stations de sports d'hiver, de l'orientation estivale imposée par les changements climatiques, des risques élevés liés à certains investissements proposés, ainsi que du coût de l'opération pour la commune. «Les problèmes sont structurels, ils ne sont pas conjoncturels. Le déclin de l'attrait des remontées mécaniques additionné au poids financier pour la commune laisse supposer que la stratégie touristique actuelle arrive en bout de course», résume le conseiller communal Yves Page au nom de l'Exécutif charmeysan. Pourtant, l'élu insiste sur le fait qu'il est «totalement exclu que les autorités proposent à l'assemblée communale de laisser tomber les remontées mécaniques.» Le Conseil communal suggère l'idée d'une période de transition de deux ou trois ans afin de permettre «au monde politique régional et cantonal de prendre la mesure des difficultés qui attendent toutes les installations de ce canton».

A noter que c'est Yves Page qui a porté la voix du Conseil communal lundi soir. Le syndic actuel Félix Grossrieder, non réélu le 28 février dernier, a préféré ne pas participer à cette séance, «ne se sentant pas légitimé à parler de tourisme».

Daniel Fischer, lui, a insisté sur la nécessité d'un positionnement clair du tourisme. «Plutôt que de vous focaliser sur les remontées mécaniques, vous devez vous demander où vous êtes les meilleurs et vous profiler dans ce sens», martelle-t-il. L'expert a aussi relevé l'absence de cohésion entre les différents partenaires. Dernier épisode en date: le groupe qu'il devait chapeauter – Vision Charmey 2030 – s'est dissous deux jours avant la présentation de ses conclusions au Conseil communal... Du coup, c'es Daniel Fischer qui l'a fait en son nom propre. «Il faut passer des insultes mutuelles et de la recherche de coupables à la responsabilité commune», insiste-t-il.

Bruno Charrière a quant à lui dressé l'inventaire des investissements proposés selon l'ordre de priorité établi: le renouvellement de la concession (2,1 millions), divers projets (rachat de Charmey Aventure, paintball, sentier suspendu, bar d'après-ski, etc.) pour 1,66 millions et, en dernière position, les canons à neige (3,1 millions). Soit 6,8 millions si tout se réalise. Pour la commune, cela représenterait un soutien annuel de 700000 - 750000 francs en moyenne jusqu'en 2010. Mais qui, selon Bruno Charrière, devrait diminuer avec le temps à la faveur de nouvelles recettes.

De quel côté a basculé l'assistance? Difficile à dire, tant elle a paru d'accord avec les deux visions...

A noter que le Conseil d'administration ne demandera pas l'habituel crédit destiné au fond de compensation lors de l'assemblée du 11 avril, mais probablement à celle du 6 juin, lorsque le nouveau conseil communal sera en place.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Au volant d'une voiture volée, il s'enfuit par les rails

A Bulle, mercredi après-midi, le conducteur d'un véhicule volé a pris la fuite au moment où la police a voulu l'intercepter. Au volant, il n'a pas hésité à emprunter les voies de chemin de fer sur plusieurs centaines de mètres. Il a finalement été interpellé quelques instants plus tard.